samedi 11 juillet 2009

Fables 8 : Les Mille et une nuits (et jours) – Bill Willingham


La dernière fois que nous avions suivi la vie des Fables, Blue Boy était parti dans les Royaumes pour sauver le Petit Chaperon Rouge, récupérant au passage plein d’informations sur l’Adversaire. Les révélations annonçaient des choses intéressantes pour la suite… et bah non !

Enfin pas que ce ne soit pas toujours un plaisir de lire Fables, mais il faut reconnaître que pour la première fois, on reste un peu sur la faim. Cette fois-ci, on trouve au programme les deux épisodes de « Jack a dit », et l’histoire éponyme du titre en 4 parties.

L’histoire de Jack est sympathique… très Jack quoi, ou comment il monte encore une fois une grosse arnaque pour faire fortune avant de se faire prendre et de finir encore plus misérable qu’auparavant. Cette fois-ci, ça se passe à Hollywood, inutile donc de préciser dans quel domaine il se lance !

L’autre histoire, elle, porte sur la visite d’un délégation de Fables arabes, menée par Sinbad, à Fableville, tandis que le Prince Charmant peine à faire tourner la boutique et que Blue Boy attend son jugement en cellule. Ca sent l’épisode de transition à plein nez, et l’intrigue assez convenue a du mal à surprendre.

Honnêtement sur l’ensemble du comic, à part quelques petits passages sympas (la Belle et son patron, le patron et ses responsabilités, l’art de jouer les interprêtes), c’est quand même pas folichon. L’absence de Blanche-Neige et de Bigdy commence à se faire sentir.

Certes, on a toujours cet univers savoureux de conte de fées revus et corrigés, mais vivement la suite, en espérant que ça bouge un peu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire