mercredi 10 août 2016

Omale 1 – Laurent Genefort


Omale est un cycle qui me faisait de l’œil depuis un moment déjà, notamment à cause des superbes couvertures de Manchu. J’ai fini par me plonger dedans cet été, sous forme de lecture commune avec les copains du Planète SF histoire d’explorer ensemble ce monde extraordinaire.

Composé de deux romans, Omale et Les conquérants d’Omale, ce premier volume nous permet de découvrir un univers immense et extraordinaire où se côtoient trois rehs (des espèces intelligentes si vous préférez) : les Humains, les Chiles et les Hodgquins, tous très différents et avec forcément une certaine propension à se taper dessus (surtout entre les Humains et les Chiles).

Comment tout ce petit monde est-il arrivé là ? Qu’est-ce exactement que ce « là » ? Toutes ces questions sont en partie explorées dans ce premier roman (ou résumées en quatrième de couverture, c’est au choix !) qui nous emmène dans une belle aventure aérienne qui rassemble des personnalités n’ayant à priori rien de commun.

J’ai beaucoup aimé cette première plongée dans l’univers d’Omale : les informations données sont tellement nombreuses qu’il n’est pas facile de tout assimiler, mais on n’a pas forcément besoin de tout retenir. L’intrigue est extrêmement porteuse et le gigantisme de l’univers est juste fascinant.

J’ai beaucoup pensé à Hypérion pour la structure, avec ce groupe de personnes rassemblé à priori un peu par hasard, qui partent pour un long voyage au but mystérieux et qui en profitent pour se raconter leurs histoires personnelles. Le format en lui-même n’a rien d’original, mais il fonctionne à merveille si bien que les pages se tournent toutes seules tandis qu’on va d’histoire en histoire.

Malgré une fin peut-être un peu trop rapide, j’ai donc passé un excellent moment avec ce premier roman qui m’a mis des étoiles plein les yeux.

Le roman suivant, Les conquérants d’Omale, est une histoire à trois intrigues qui met en scène en parallèle un groupe de militaires en mission secrète, une expédition scientifique qui cherche à repousser les limites des cartes et des diplomates des trois rehs en pleine séance de négociation d’intrigues.

L’esprit d’aventure est une fois de plus au rendez-vous, et on prend encore plus conscience dans ce roman du gigantisme de ce monde où les kilomètres se comptent très facilement en milliers. J’ai cependant un peu moins accroché à la lecture.

Les trois intrigues restent finalement assez indépendantes et n’ont pas toutes le droit à la même visibilité, ce qui est un peu frustrant. Mais surtout j’ai commis l’erreur d’enchaîner sur Les conquérants d’Omale à peine le premier roman terminé, et j’ai été très perturbée par l’absence totale de liens entre les deux. Comme en plus j’ai eu du mal à le situer chronologiquement (j’avais oublié que cette information était donnée dans le prologue), je me suis un peu perdue en route.

Bref j’ai idée que ce roman est normalement tout à fait sympathique, à condition de le lire indépendamment de son prédécesseur pour bien apprécier le voyage. D’ailleurs je compte bien continuer à explorer l’univers d’Omale avec le volume 2 de l’intégrale, mais cette fois-ci je prendrais mon temps !

CITRIQ



Item 16 : Lire le premier livre d’une série SFFF que vous n’avez jamais lu
(en fait j'aurais pu proposer Annihilation pour cet item, mais j'avais noté Omale dans mes papiers du coup je n'ai même pas pensé à switcher. Cela me permet à défaut de faire un chouette combo avec un planet-opera de 1041 pages !)

9 commentaires:

Ksidraconis a dit…

Ca fait un moment que je le guette celui-là... ton avis ne me donne que plus envie de m'y mettre !(cela dit, ce n'est pas évident de se trimbaler un pavé pareil (grand format en plus) dans les transports...)

Vert a dit…

@Ksidraconis
Je comprends, même le poche est un peu encombrant !

Tigger Lilly a dit…

Tu lis quand la suite ? Non parce que j'ai hâte de savoir ce que vas penser de la Muraille sainte d'Omale.

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Je la lirais oui quand j'achèterais le tome 2 (donc quand j'arrête le régime estival de PàL quoi :D)

Brize a dit…

J'aime bien quand tu évoques la quatrième de couverture, qui résume tout ce qu'on préfère découvrir à la lecture (comme les bandes annonces des films qui t'en font trop souvent le résumé)!
Beau pavé, en tout cas, et ton billet permet de bien comprendre la composition du volume (j'aurais moi aussi cru que tout s'enchaînait).

Vert a dit…

@Brize
Après la spécificité d'Omale est expliquée dans tous les articles qui parlent de ce cycle donc c'est presque normal de le retrouver en 4e de couv... même si ça gâche un peu le premier roman du coup.

Roz a dit…

Je m’arrête après la première histoire et lirais surement les nouvelles du second tome dans un futur plus ou moins proche.
Je vais m'intéresser de plus près à Hyperion, classique qui traine dans ma PAL depuis un bon moment !

Lorhkan a dit…

Ça fait tellement longtemps que je connaissais la spécificité du monde d'Omale que je n'ai même pas fait attention au fait que la quatrième de couverture spoile carrément un élément de suspense important du premier roman...

En tout cas c'est de la belle aventure planète opéra un peu "low tech" (j'avoue que je m'attendais à un truc un peu plus space-op'), sympathique, sans que ce soit un coup de coeur non plus. mais je lirai la suite parce que je veux en savoir plus, je suis en manque de réponses à touts mes questions ! :D

Vert a dit…

@Roz
Hypérion est très bien (après je trouve que la qualité baisse de tome en tome mais les 2 premiers romans sont vraiment bons).

@Lorhkan
Je crois que je savais plus ou moins aussi comment fonctionnait l'univers mais un peu de surprise c'est sympa aussi ^^.