vendredi 11 juin 2021

Le sang de la discorde – Laura Collins

Le sang de la discorde - Couverture

Oui je sais, en général quand ce genre de couverture apparaît sur mon blog, c’est encore une plaisanterie qui a tourné en lecture commune. Et bien pas cette fois-ci. Enfin pas tout à fait. C’est Dup, vénérable co-tenancière de Book en Stock qui est venue me chercher dans le cadre du Mois de… consacré à Laura Collins. Et comme il est toujours bon de sortir de sa zone de confort pour se confronter à d’autres univers, j'ai sauté sur l'occasion.

(Accessoirement l’autrice fait partie de ma famille -oui je déclare directement mes éventuels conflits d’intérêt- et j’aime bien jeter un œil à ses écrits même si l’urban fantasy n’est pas forcément ma passion. Et puis ça pourrait être pire, elle pourrait écrire de la littérature blanche :D)

De quoi parle Le sang de la discorde ? Alors première surprise, il ne met pas en scène une héroïne mais plutôt un héros. Dans ma vision un peu stéréotypée du genre, je m’attendais à voir le personnage féminin occuper le devant de la scène mais il n’en est rien. Il y a bien deux personnages féminins dont on suit parfois le point de vue mais clairement, c’est Rafael le héros de l’histoire.

Rafael est un métamorphe qui vit en marge de sa meute, essayant d’avoir une vie « normale ». Un accident de voiture met cependant à mal sa situation, d’autant plus que dans le même temps son clan se retrouve attaqué par les Autres, un clan rival de métamorphes qui ne prône pas les mêmes choix de vie. Il est donc bien embêté quand la sœur de son meilleur ami, à laquelle il est très attaché, se retrouve prise dans cette histoire bien malgré elle.

Deuxième surprise : s’il y a une histoire d’amour (on est chez un éditeur spécialisé dans ce genre), elle n’occupe pas non plus une place trop importante dans l’intrigue, ce qui laisse le temps de vraiment soigner l’univers.

Et c’est cet aspect-là que j’ai aimé : on est sur une histoire de métamorphes, mais pas sur des loups-garous. On est sur de la fantasy urbaine dans l’esprit, mais le traitement de l’élément fantastique relève parfois plus de la SF qu’autre chose dans sa manière de présenter les choses de façon scientifique. Et l’intrigue se déroule en France, ce qui assez à contre-courant du genre (adieu grosse métropole américaine, bonjour Clermont-Ferrand !).

Ajoutez à cela une intrigue bien rythmée avec pas mal d’action et une jolie galerie de personnages variés (il n’y a guère que Mia que je n’ai pas trouvé très intéressante au final, sans doute parce qu’elle est un peu cantonnée au rôle de demoiselle en détresse), et vous obtenez une lecture bien divertissante.

Bien sûr si les histoires d’amour vous horripilent ce livre ne sera clairement pas pour vous, mais si vous êtes curieux de voir ce qui se fait aux frontières entre SFFF et romance, n’hésitez pas à y jeter un œil, c’est un roman sympathique à découvrir (et je le trouve meilleur que Initiation que j’avais lu il y a deux ans).

Infos utiles : Le sang de la discorde est un roman de Laura Collins publié aux éditions MxM Bookmark en 2021. Couverture réalisée par Moorbooks Design. 280 pages en version numérique (du moins selon ma liseuse).

D’autres avis : Book en Stock qui consacre ce mois-ci son Mois de… à Laura Collins, vous aurez donc l’occasion de découvrir ses autres écrits en allant faire un tour là-bas.

5 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Ha mais oui tu nous en avais parlé en plus ! C'est rigolo que Book en stock ait fait son "mois de" sur elle ^^

Phooka a dit…

On a aimé plusieurs de ses romans et contrairement à ce que certains pensent, il y a de chouettes découvertes à faire en urban fantasy et en romance paranormale. Et on s'est dit que mettre un peu de lumière sur les auteurs de ces genres, ce serait sympa 😉

Phooka a dit…

Et merci de ta participation Vert 😎

Lianne a dit…

Cette façon de définir les "surnaturels" de façon scientifique en donnant une explication logique et "plausible" sur leur apparition est très courant en UF (depuis le début du genre), mais je n'ai jamais vu un livre de ce genre classé SF nulle part :P

Je suis contente que tu l'ai apprécié même si ça ne fait pas parti de tes genres favoris.
Maintenant le Label Infinity est plus ou moins indépendant de la maison mère qui était spé en romance, du coup ils sortent aussi des livres avec beaucoup moins de romance que dans les débuts. C'est plus centré sur l'imaginaire quoi, et c'est tant mieux !

Yuyine a dit…

J'avoue, j'ai vu la couverture, j'ai cru à un pari perdu XD
Bon finalement ça c'est bien passé cette aventure aux frontières pour toi. Je ne suis clairement pas le public, peu friande d'urban fantasy et plutôt allergique à toute forme de romance, je passerai mon chemin. Mais je le retiens pour les achats de la biblio et pour le conseiller aux amateur-ices.