samedi 26 janvier 2019

Doctor Who 11x10 – The Battle of Ranskoor Av Kolos


Et nous voilà déjà arrivés à la fin de la saison si on fait abstraction de l’épisode spécial du Nouvel An qui vient après. Nouvelle incarnation du Docteur et nouveau showrunner oblige, cette conclusion ne ressemble en rien à ce à quoi on était habitué. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Regardons cela de plus près, avec des spoilers.


Nous voilà donc sur la planète Ranskoor Av Kolos, où des évènements subvenus quelques 3 000 plus tôt ont conduit à l’émission de nombreux signaux de détresse, qui attirent le Doctor sur une planète qui ressemble à un champ de bataille ou un cimetière de vaisseaux spatiaux.

Entre la planète qui bouscule les esprits de tous ceux qui la visitent, le seul survivant trouvé qui semble bien déboussolé, ses étranges habitants qui ont l’air de vivre très très très longtemps, un étrange cristal qui fascine le Docteur et une sombre histoire de kidnapping, l’épisode est sacrément costaud pour ce qui est des informations à intégrer dès les quinze premières minutes.


A l’image de toute la saison, The Battle of Ranskoor Av Kolos est un épisode qui développe son univers, avec ses personnages secondaires et son intrigue. Chris Chibnall ramène néanmoins pour l’occasion le méchant du premier épisode, le fameux Tim Shaw, histoire de boucler la boucle et de conclure la ligne narrative de certains personnages.

Sans surprise, Yaz reste donc cantonnée au rôle d’assistante (très utile mais quand même assez peu développée) du Docteur dans cet épisode, tandis que Graham et Ryan sont confrontés au responsable du meurtre de leur femme/grand-mère.


Il y a des choses bien intéressantes dans cet épisode. Le duo des Ux notamment est un concept original. Certes, on a souvent des aliens aux pouvoirs complètement pétés dans Doctor Who, mais ceux-ci ont la particularité d’avoir pour centre d’existence leur foi, ce qui n’est pas sans poser problème lorsqu’ils se font manipulés par un faux dieu.

Le retour de Tim Shaw qui cherche à se venger est bien trouvé aussi. Certes c’est un motif on ne peut plus classique, mais force est de constater qu’il y met les moyens et le temps (avec lui la vengeance est un plat qui se mange froid et bien putréfié au bout de 3 000 ans !). J’aime bien le fait que le Docteur se confronte à nouveau à lui après une saison qui lui a permis de « mûrir » et de se trouver une personnalité et des valeurs un peu plus affirmées.

On notera en passant que le coup des planètes volées ne peut que rappeler le final de la saison 4 (il y a bien longtemps), mais en un peu moins héroïque même si une fois encore le TARDIS joue son rôle pour les renvoyer à leur place.


Plus que la conclusion de cette première série d’aventures du Docteur, The Battle of Ranskoor Av Kolos est surtout la conclusion de l’histoire du deuil de Graham, bien décidé à tuer Tim Shaw, et qui décidera finalement de ne pas le faire, suivant finalement les conseils du Docteur (qui a des mots très durs pour lui au début).

Certes, on pourra se demander en quoi mettre quelqu’un en stase pour l’éternité est plus louable que de le tuer (c’est un peu comme les araignées), mais j’imagine qu’on n’a pas toujours un tribunal galactique à qui confier quelqu’un pour juger ses crimes. La review du site Den of the Geek pointe cependant bien du doigt cette hypocrisie un peu constante de la série sur le sujet où le Docteur donne souvent dans le « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ».


Forcément si on joue au jeu des comparaisons, cette conclusion de série fait un peu misérable par rapport à l’époque Russel T. Davies. Mais c’est dans l’esprit de cette nouvelle mouture qui fait moins dans la surenchère, et qui consacre plus de temps à poser ses univers et ses personnages. Il faut sauver l’univers, certes, mais aussi profiter du voyage, avec un esprit ouvert et plein d’espoir. C’est peut-être moins grandiose qu’avant, mais cela reste une jolie conclusion.

Sur le coup j’ai franchement trouvé cet épisode sympathique, si on laisse de côté le côté « on ne s’abaisse pas à tuer mais on ne fait pas mieux » qui m’avait déjà un peu posé problème dans l’épisode avec les araignées. The Battle of Ranskoor Av Kolos souffre cependant un peu de la comparaison avec Resolution, l’épisode spécial du Nouvel An, qui offre finalement une conclusion plus satisfaisante.

Infos utiles : Dixième et dernier épisode de la onzième saison de Doctor Who, The Battle of Ranskoor Av Kolos est écrit par Chris Chibnall et réalisé par Jamie Childs (environ 49 min, diffusé pour la première fois en décembre 2018).

D’autres avis : Yoda Bor, Zakath Nath

6 commentaires:

  1. Complètement d'accord. Un bon épisode, très largement dans la moyenne haute de cette saison. L'apparition de Tim Shaw était prévisible, mais ça colle vraiment bien (sauf peut-être les 3000 ans...) et ça permet de conclure notamment l'histoire de Graham dans un beau moment de tension.
    Par contre l'hypocrisie est vraiment un gros problème de cette saison, alors que le "don't kill" était une vraie base de la série bien maitrisée... =/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      A vrai dire si tu as le courage de te plonger dans l'article de Den of the Geek (enfin je crois que c'est celui-là), il pointe pas mal de cas où le "don't kill" est mal maîtrisé. Mais j'avoue, c'est flagrant dans cette saison !

      Supprimer
  2. J'attndais autre chose du final, mais il y a quelques beaux morceaux.
    J'ai eu globalement beaucoup de mal avec cette saison, entre un Docteur qui ne réagit pas beaucoup, qui tue, qui prie et avec tous les personnages sentant le melting pot de bon aloi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      C'est pas un Docteur à ton goût, je comprends.

      Supprimer
  3. "Certes, on pourra se demander en quoi mettre quelqu’un en stase pour l’éternité est plus louable que de le tuer " Je me suis posé la même question XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      A voir si la saison suivante gère mieux le machin (ça ne m'étonnerait pas qu'on revoit des représentants de l'espèce de Tim Shaw de toute façon)

      Supprimer