vendredi 11 janvier 2019

Doctor Who 11x08 – The Witchfinders


Bonjour bonjour, vous pensiez en avoir fini avec la team TARDIS ? Mais c’est que j’ai quelques chroniques d’épisodes en retard, alors on va essayer de rattraper ça fissa. Comme certains ont été vu il y a un moment déjà, les avis risquent d’être brefs, mais rassurez-vous, je n’oublierais pas les spoilers !


Avec The Witchfinders, on attaque le dernier épisode « historique » de la saison. Après deux épisodes très sérieux, celui-ci est peut-être le plus léger des trois (bien que l’ambiance soit sombre et les morts nombreux). C’est aussi celui qui résonne le plus comme un épisode « classique » dans sa construction riche en rebondissements.

Tout commence alors que le Docteur qui souhaite assister au couronnement d’Elisabeth I (ça aurait mis une bonne ambiance tiens !) se retrouve coincée dans la campagne en pleine chasse aux sorcières menée par le roi Jacques Stuart.

Un petit coup de papier psychique plus tard (tiens ça faisait longtemps) et la voilà dans la place, prête à mener l’enquête sur cette sombre histoire de sorcellerie qui n’est pas restée dans les annales de l’Histoire… sauf que voilà qu’un invité prestigieux s’invite dans l’affaire en la personne du roi Jacques Stuart lui-même.


C’est là où l’histoire prend un tournant parfois presque comique : Jacques Stuart étant un homme de son temps, il ne peut pas admettre qu’une femme dirige une équipe de chasseurs de sorcières. Voilà donc le Docteur rétrogradé au poste d’assistant tandis que Graham assure la direction de l’équipe.

C’est je crois bien la première fois de la saison que le changement de sexe du Docteur lui porte préjudice, et c’était bien de le faire. On sent toute sa frustration, mais cela ne va pas l’arrêter pour autant.


En menant l’enquête la team TARDIS ne trouve guère de sorcières, mais des morts-vivants antipathiques. A force d’en faire un peu trop, le Docteur se retrouve elle-même menacée d’exécution mais échappe à la noyade que grâce à des leçons prises avec Houdini.

On finit par apprendre que la fameuse Becka qui chassait avec tant d’énergie les sorcières a en fait tout à voir avec les zombies qui errent dans la campagne. Elle a été contaminée par une race alien qui était enfermée sous un arbre qu’elle avait abattu, et elle a pris ça comme une marque de Satan (ce qui n’est pas l’hypothèse la moins incohérente pour l’époque !).

Après toutes ces révélations, le Docteur reprend la direction des opérations et réussit à renvoyer les aliens dans leur prison et à libérer le roi Stuart grâce à des torches magiques, ou quelque chose de ce genre.


Sur le papier tout cela n’a rien d’extraordinaire, mais j’avoue que j’ai bien aimé cet épisode. L’ambiance est sinistre à souhait (bien que le personne de Jacques Stuart apporte une certaine légèreté comique à certaines scènes), les personnages secondaires intéressants et plein de nuances, et on a envie d’en savoir plus sur la période (sans surprise j’ai ouvert Wikipédia à la fin de l’épisode).

On laisse un peu de côté les problèmes personnels des compagnons ce qui laisse de la place pour de l’action. Pour le coup on ne peut pas reprocher aux héros d’être inactifs, avec une mention spéciale au Docteur qui se donne carrément à fond : sauvetage (raté), papier psychique, enquête minutieuse, discours grandiose (mais peu efficace hélas), évasion in-extremis et grand plan pour contrecarrer les aliens, la totale quoi !

(et y’a même une citation de la troisième loi de Clarke, que demander de plus ?)

The Witchfinders, c’est donc un épisode très classique dans sa facture mais très bien réalisé, avec un bon équilibre à tout point de vue. Prenant et plaisant à regarder, j’en redemande des épisodes historiques de ce genre.

Infos utiles : Huitième épisode de la onzième saison de Doctor Who, The Witchfinders est un épisode écrit par Joy Wilkinson et réalisé par Sallie Aprahamian (environ 47 min, diffusé pour la première fois en novembre 2018).

D’autres avis : Yoda Bor, Zakath Nath

12 commentaires:

  1. Un épisode sympa. Bien aimé le rôle du roi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Oui il est sympa, à la fois inquiétant et ridicule.

      Supprimer
  2. Classique, c'est le mot. Sympathique aussi, d'ailleurs.
    Et le roi est assurément le meilleur personnage de l'épisode. ^^

    [l'association des "commentaires inutiles quand on a rien à ajouter" est fier de vous avoir présenté ce message]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      [Mais ça compte dans le nombre de commentaires, c'est l'essentiel ;)]

      Supprimer
  3. Episode très apprécié ici aussi. J'aime la thématique chasse aux sorcières, et le côté changement de sexe qui porte préjudice, ça fait du bien aussi XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Oui il fallait aborder le sujet, même si c'est bien de ne pas le faire tout le temps aussi ^^

      Supprimer
  4. Beaucoup aimé les 3/4 quart, beaucoup moins la fin et la religiosité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      Y'a de la religiosité sur la fin ? Ca ne m'a pas marqué xD

      Supprimer
  5. Bon, tu sais que je ne regarde pas Doctor Who, donc je n'ai pas d'opinion sur cet épisode, mais j'aime bien les photos que tu as mises et je tiens à te dire que cette citation de Clarke est aussi dans Transformers 5, ce que je disais aussi à Lorhkan sur Facebook ce matin (si tu as vu ça là-bas, du coup, désolée pour le doublon ^^). J'attends tellement de tomber dessus dans un de ses bouquins. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Bah ça fait partie des classiques des citations de SF je crois. Moi j'avais été très intriguée par une vidéo où il chantait les louanges des documentalistes, et en l'écoutant j'ai réalisé qu'il citait je crois Douglas Adams. D'un coup c'est moins prestigieux xD.

      Supprimer
    2. Blasphème ! Hérétique ! Au bucher ! C'est éminemment prestigieux Douglas Adams ! =O

      (le bucher c'est thématique avec l'épisode en plus...)

      Supprimer
    3. @Baroona
      Reconnais tout de même que le sérieux d'une déclaration en prend un coup quand on sait que ça vient de Douglas Adams et qu'on s'attend à trouver une vanne derrière xD

      Supprimer