dimanche 5 août 2018

Recueil factice – Juin-Juillet 2018



Comme j’étais plus qu’en retard pour publier mon recueil factice de juin (la reprise du boulot et des week-ends bien remplis, ça ne pardonne pas), j’ai préféré faire d’une pierre deux coups et fusionner les bilans de juin et de juillet. Voilà qui donne presque l’impression d’un mois normal du coup !



LIVRES


Mission Kitchenette – Frank Arif & Olivier Gechter
Un livre de cuisine pour débuter aussi drôle qu’instructif – Chronique complète

The Unwritten : entre les lignes : tome 1 – Mike Carey & Peter Gross
Le début d’une série de comics prometteuse pour qui aime les histoires brouillant réalité et littérature – Chronique complète

Aux douze vents du monde – Ursula K. Le Guin
Enfin une réédition complète de ce très beau recueil de l’autrice – Chronique complète

Carbone modifié – Richard Morgan
Un roman doté d’un univers intéressant mais que je n’ai sûrement pas lu au bon moment – Chronique complète

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire vol. 2 à 6 (Le laboratoire aux serpents, Ouragan sur le lac, Cauchemar à la scierie, Piège au collège & Ascenseur pour la peur) – Lemony Snicket
J’avance plutôt à bon pas dans cette série jeunesse très agréable à lire quand on n’a pas forcément le cerveau disponible pour une lecture complexe, sans pour autant dire non à toute forme de subtilité. Comme on s’y attend les orphelins vont littéralement de Charybde en Scylla dans cette série, enchaînant les tuteurs tous plus mauvais les uns que les autres, mais pas pour les mêmes raisons. Pas de lassitude à l’horizon pour le moment grâce à quelques éléments nouveaux (comme les fameux triplés Beauxdraps) qui viennent donner un peu de profondeur à l’intrigue.



FILMS


Ant-man et la guêpe – Peyton Reed
Sans être mémorable, Ant-man et la guêpe est un film Marvel qui fait du bien grâce à son côté film familial bon enfant, son intrigue intimiste et son taux d'explosions plutôt bas. L'histoire est plutôt touchante, posant pour une fois vraiment la question des conséquences (Ant-man paye pour son intervention dans Civil War) et offrant des moments plutôt drôles et plein de peps. Un bon moyen de souffler après la grosse machine Avengers : Infinity Wars (et avant sa suite !). A noter que ce film marque un peu comme Black Panther un certain tournant dans le traitement des personnages féminins qui occupent des places de plus en plus prépondérantes. Ce film aurait presque pu s'appeler La guêpe et Ant-man !

Divergente 3 : Au-delà du mur - Robert Schwentke
Un peu larguée dans l'histoire (je crois que je mélange avec Le Labyrinthe parfois tellement les univers se ressemblent), je ne me suis pas vraiment passionnée par ce troisième volet où l'héroïne est affreusement passive dans son rôle d'« élue ». Ceci dit cette série de films n’est pas plus mauvais que Le Labyrinthe, ce qui m'amène à me demander pourquoi Divergente peine à terminer son adaptation ciné (la conclusion a peu de chance d'être réalisée un jour vu qu'on est passé d'un film à un téléfilm et que l'actrice principale a jeté l'éponge !), contrairement au Labyrinthe.

Downsizing – Alexander Payne
De ce réalisateur, j'avais déjà vu il y a fort longtemps Monsieur Schmidt, un film aussi drôle et improbable que triste sur la retraite et la mort. Downsizing s'inscrit un peu dans la même veine, l'argument SF du rétrécissement en plus. J'avais un peu peur à cause des critiques très dures, mais j'ai passé un bon moment avec ce film un peu loufoque mais parfois d'une grande tristesse.

How to talk to girls at parties – John Cameron Mitchell
Adapté de la nouvelle de Neil Gaiman du même nom (publiée dans le recueil Des choses fragiles), ce film loufoque met en scène un groupe d’ados punks qui croyant s’inviter dans une after party tombe sur une colonie d’aliens. A l’image du texte d’origine, le film n’est pas toujours très clair mais il fourmille de jolis moments et dégage une fraîcheur bienvenue au milieu de tous ces films de SF à gros budget ultra-lisses.

Les Indestructibles 2 – Brad Bird
Suite du premier opus sorti il y a 14 ans, Les Indestructibles 2 reprend l'histoire là où elle s'était arrêtée, avec une nouvelle intrigue où la mère se retrouve à reprendre du service pour améliorer l'image des super-héros tandis que le père se retrouve à gérer les enfants à la maison. Si le scénario m'a semblé sans surprise, il pose néanmoins des questions intéressantes et offre comme le premier des péripéties survoltées et une ambiance rétro-futuriste très réussie. Le moteur du film ? Ce sont clairement les aventures de Jack-Jack (purée la scène avec le raton-laveur !). A noter que le film est précédé d'un court métrage, Bao, que j'ai trouvé juste super mignon.

Solo : a Star Wars story – Ron Howard
Un film correct mais un peu trop planplan pour vraiment vendre du rêve – Chronique complète



SÉRIES


Altered Carbon – Saison 1
Assez proche et parfois différente du livre Carbone modifié qu’elle adapte, Altered Carbon a un peu souffert (comme le livre) du fait que je l'ai regardée en étant très fatiguée, et en lisant le livre en même temps (au final le livre m'a autant gâché la série que la série le livre !). L'univers est plutôt bien rendu et les questions posées restent assez pertinentes, cependant j'avoue avoir eu un peu de mal à accrocher. Comme je n'étais pas dans une grande forme, je me garderais cependant bien de dire si c'est la faute de la série ou la mienne. Le truc que j’ai aimé : l’hôtel IA façon gentilhomme anglais.

Dragons : au-delà des rives – Saisons 3-6
A moitié convaincue par Dragons : au-delà des rives à ses débuts, je me suis finalement laissée entraîner dans l'aventure en compagnie de Hiccup/Harold de ses amis Si l'animation fait très cheap comparé aux films et si on se lasse parfois des nombreuses batailles, on passe quand même un bon moment avec une intrigue qui introduit de nouveaux éléments et réussit à faire le pont avec le deuxième film. La série met en avant des valeurs très positives, offre quelques chouettes moments et ne nous embête pas trop avec les histoires d'amour (sauf sur la dernière saison). C'est également une série très drôle, notamment grâce aux jumeaux et à Snotlout/Rustik qui finissent par voler la vedette à Hiccup/Harold (et c'est tant mieux !).

The Handmaid’s Tale – Saison 2
Après une saison 1 remarquable, je craignais un peu l'essoufflement pour cette saison 2 qui n'avait plus de roman sur laquelle s'appuyer. Pourtant à l'exception de quelques détours dramatiques parfois dispensables (surtout en fin de saison), The Handmaid's Tale conserve toute sa puissance et se révèle toujours aussi glaçante (mieux vaut ne pas enchaîner les épisodes pour éviter les angoisses). Portée par d'excellents acteurs et une réalisation superbe, cette série marque autant par l'anticipation effrayante qu'elle donne à voir que par l'incroyable nuance de ses personnages qui rappelle que rien n'est jamais tout noir ou tout blanc (oui même Tante Lydia !).

Westworld – Saison 2
Contrairement à la saison 1, la saison 2 de Westworld ne repose pas vraiment sur un méga twist, mais joue allègrement sur la chronologie en mêlant des histoires qui ne se déroulent pas à la même époque (mais sur une période moins étendue que la saison 1). Aussi prenante que la première, cette nouvelle saison propose des mystères intéressants et des personnages qu'on finit par adorer détester, comme Dolores qui perd beaucoup en sympathie, au contraire de Maeve qui se révèle le personnage le plus touchant.



PROGRAMME POUR AOÛT

Août étant le mois des vacances, mon rythme de lecture risque de baisser encore (oui oui c’est possible), mais je compte bien terminer L’insondable profondeur de la solitude de Hao Jingfang et avancer dans Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Il faut également que je trouve le temps de lire un pavé et un livre de moins de 350 pages pour mes challenges, ce qui devrait m’occuper… jusqu’en septembre !

Côté écran je crois être à jour pour ce qui est du cinéma (et sinon tant pis ça sera la VOD). Côté séries, je termine en ce moment Avatar : le dernier maître de l’air (c’est prenant à force, même Monsieur finit par y jeter un œil parfois) et je rattrape Cowboy Bebop (la faute au Fossoyeur de films et à Nexus VI). Et c’est déjà pas mal !

A part ça j’essaye de préparer quelques articles d’avance mais je manque parfois de matière (ou de temps pour les deux articles de fond que j’ai en tête), alors ne vous étonnez pas si le blog poursuit sa route sur un rythme hebdomadaire (bihebdomadaire quand vous avez de la chance !).

16 commentaires:

  1. Est-ce que "How to talk to girls at parties" n'est pas l'un des pires titres du monde dans le sens où il donne, à mon avis et sans l'avoir lu/vu, une idée parfaitement erronée de ce qu'est le film ? Ou est-ce que ça se justifie quand même ? ^^
    J'ai dû regarder 2 ou 3 épisodes de "Dragons" à une époque, je ne sais pas si je m'y remettrai un jour. Ravi de voir que tu (vous) apprécies "Avatar" en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      C'est un titre très gaimanien donc je trouve qu'il colle assez bien au texte d'origine. Après comme je savais à quoi j'avais affaire je ne me suis jamais trop posée la question, j'avoue.

      Supprimer
  2. Oh, j'étais passée à côté de ta chronique de The Unwritten à l'époque et pas encore lu celle de mercredi. Je pense voir Ant-man et la guêpe par curiosité. Je ne sais fichtrement pas si j'ai vu Divergente 3 (c'est dire mon intérêt !). J'ai lu le même genre de critiques sur Downsizing, qui fait que je l'avais relegué un peu au fond de ma liste des films à voir. Oh purée, je ne savais pas du tout que "How to talk to girls at parties" était adapté d'une nouvelle de Gaiman (j'étais déjà curieuse quand on m'avait dit qu'il n'était pas tout le temps facile à suivre). J'ai adoré les Indestructibles 2 et bien évidemment, j'ai préféré les scènes concernant les péripéties de Jack-Jack.
    Côté séries : j'ai abandonné Altered Carbon alors que mon amoureux a continué. J'ai été déçue par la saison 2 de Westworld : une fois le twist temporel de la première saison vécu, le tempo de cette saison-là est plus... alambiqué (et dire que l'épisode le plus important est le premier). J'ai été soufflée par la saison 2 de The Handmaid's tale. J'ai trouvé comme toi que les nuances des personnages étaient crédibles et les rendaient outrement plus réalistes.
    Peu importe le rythme, les suiveurs de ton blog restent in da place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Acr0
      J'aurais dû faire plus la promo du film si j'avais su que personne ne savait ^^

      Supprimer
  3. J'aime toujours autant ton retur mensuel.
    Pour carbone modifié, j'ai lu le livre avant de voir la série, et cela a gâché la série pour moi. Je n'ai pas accroché. Ce fut double peine pour toi, dommage, l'un ou l'autre semble valoir le coup.
    Les 12 vents acheté hier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      Oui avec le recul je me demande si je n'aurais pas dû faire l'impasse sur le bouquin (après tout Monsieur a bien fait l'impasse sur la série The Handmaid's Tale après avoir lu le livre ^^)

      Supprimer
  4. Je rejoins Baroona sur la série "How to talk to girls at parties". J'avais vu passer ce titre sans m'arrêter et ton laïus me dit de m'y attarder.

    Vu en partie Downsizing. Aprsè un bug du lecteur, arrêt pour le regarder le lendemain, ce qui ne s'est jamais fait : pas terrible, m'en fous de la fin ! En outre, je n'aime pas cette manière de filmer assez planplan avec une image assez affreuse. Beaucoup de films américains l'utilisent en ce moment, cela me donne juste envie de fuir. (Je sais pas commen s'appelle cette manière de filmer !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      Ca ne m'a pas marqué cette façon de filmer.
      Pour How to talk to girls at parties ça reste très bizarre comme film alors attention ^^

      Supprimer
  5. Je plussoie pour "The handmaid's tale", toujours aussi glaçant et des personnages approfondis, avec parfois de petits riens qui leur donnent une touche plus humaine. Oui, même Tante Lydia. Et bien sûr Serena Joy qui crève l'écran dans cette saison.
    Ceci dit, la série gagnerait à ne pas trop s'allonger, il y a déjà un phénomène de redite assez désagréable autour des épisodes 4-5-6.
    Mais on reste clairement dans le haut du panier des séries (même si je n'ai plus vraiment le temps d'explorer ledit panier... XD ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lorhkan
      Oui Serena est très intéressante dans cette saison. Effectivement j'espère que la série ne traînera pas trop en longueur, déjà le final de la saison 2 a un côté too much.
      (et ce n'est pas un panier, c'est un océan voyons !)

      Supprimer
  6. Juste pour le plaisir, il faut que je teste la série Dragons.
    Et pour The handmaid's tale, j'approuve complètement pour Serena Joy qui est absolument cette saison-ci, mais à voir ce que ça va donner sur la saison 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Bonne découverte de Dragons alors ^^

      Supprimer
  7. Purée tu les enchaînes les orphelins Baudelaire.

    J'ai manqué How to talk... au ciné, tant pis :/

    J'ai très envie de me mettre à Cowboy Bebop à cause du Fossoyeur et Nexus 6 aussi xd

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      C'est des livres de 100 pages (dans ma liseuse du moins), ça va assez vite ^^

      Supprimer
  8. Je rejoins Baroona et le Chien pour le titre "How to talk to girls at parties", je pensais que c'était une comédie romantique pour ados...!
    Plein de bonnes choses comme toujours. Je note Ant-Man - je devrais peut-être faire l'effort d'aller le voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Comédie romantique, ça pourrait, pour ados, pas sûr xD
      Ant-man est sympathique, c'est pas non plus indispensable ^^.

      Supprimer