samedi 14 juillet 2018

Carbone modifié – Richard Morgan


Avec l’arrivée de l’adaptation en série sur Netflix, Carbone modifié a refait parler de lui cette année, et Monsieur m’ayant encouragée à le lire, je me suis donc lancée dedans… à un moment où j’avais le plus grand mal à lire, hélas. Il est donc probable que ce livre souffre comme pas mal de mes dernières lectures du syndrome « pas lu au bon moment », mais cela ne m’empêchera pas de vous en dire quelques mots.

Carbone modifié, premier tome d’une trilogie signée Richard Morgan (mais pas de panique, il se lit très bien comme un roman complet) nous projette dans un univers futuriste franchement cyberpunk où des piles implantées à la base de la nuque des personnes permettent une forme d’immortalité en transférant d’un corps à l’autre son esprit.

Il est donc possible de ranimer les morts (sauf s’ils sont catholiques et refusent le procédé), de punir les criminels en plaçant leur esprit en suspension et en filant leur corps à quelqu’un d’autre, et les plus riches de ce monde (les Maths, de Mathusalem) passent d’un corps cloné à un autre sans jamais avoir à se soucier de mourir.

Au sein de ce futur où la Terre a également des colonies un peu partout dans l’espace, Takeshi Kovacs, ancien diplo de son état (une sorte de super soldat dont l’esprit peut être envoyé dans des corps un peu partout dans la galaxie), est réanimé et injecté dans un nouveau corps pour enquêter sur la mort d’un Math. Tous les éléments indiquent un suicide, mais le Math en question n’y croit pas et charge Kovacs de mener l’enquête.

L’univers et les concepts de Carbone modifié sont vraiment intéressants et ont été pour moi clairement la grande force du roman. L’idée de pouvoir transférer son esprit d’un corps à un autre (avec tout ce que cela implique sur la question des sauvegardes et de l’appropriation d’un nouveau corps) est fascinante à étudier.

Elle est d’ailleurs très bien exploitée par l’auteur tout au long d’une intrigue à tendance thriller qui doit être haletante... quand on arrive à rentrer dans le roman, contrairement à moi.

Je ne pense pas que le roman soit en faute, c’est juste qu’il ne se prête pas à une lecture trop étendue dans le temps comme je l’ai fait. J’arrivais à peine à lire quelques pages chaque soir, si bien que j’ai fini par me perdre, guère aidée par le visionnage en parallèle de la série qui a apporté encore plus de confusion vu les légers changements entre les deux (note à moi-même : ne plus jamais faire ça).

Difficile donc d’avoir un avis objectif sur cette lecture qui ne s’est pas faite au bon moment. Si les univers futuristes cyberpunk vous intéressent, vous devriez vous régaler, pourvu que vous ayez un peu de temps devant vous pour vous plonger dans l’histoire.

Le détail absurde : En fait il y a une autre raison qui a rendu difficile ma lecture, c’est l’édition poche que j’avais chez moi, dont le texte imprimé tout petit et très serré était assez insupportable à lire. Ça a été tout de suite beaucoup mieux quand j’ai emprunté la version numérique dont je pouvais changer la taille des caractères et l’interlignage !

Et la série ? Assez proche du livre qu’elle adapte, Altered Carbon a un peu souffert (comme le livre) du fait que je l'ai regardée en étant très fatiguée, et en lisant le livre en même temps (au final le livre m'a autant gâché la série que la série le livre !), si bien que je n’y ai qu’à moitié accroché. J’ai trouvé cependant que l'univers était bien rendu et que les questions posées restaient assez pertinentes. Et l’hôtel IA façon gentilhomme anglais est excellent !


9 commentaires:

  1. J'ai lu ce livre il y a des années, puis j'ai embrayé sur ses suites... Au visionnage de la série, j'ai été surpris de constater à quel point les concepts de cet univers me revenaient vite alors que je n'avais plus de souvenirs précis de l'intrigue.

    Comme quoi, tu as tout à fait raison quand tu dis que l'univers et les concepts sont intéressants mais que ça ne garantit pas que l'on entre dans le roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anudar
      Il faut dire que le héros passe plus de temps à casser la gueule aux gens qu'à enquêter, ça n'aide pas xD

      Supprimer
  2. Un thriller nerveux qui doit se lire d'une traite : intrigue parfois complexe, personnages assez nombreux, je comprends que tu sois passé à côté. Pour ma part, quand je mets deux-trois semaines à lire un roman, souvent, c'est que ce n'est pas un roman pour moi (ou pas le bon moment)
    Il faut que je regarde la série cet été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, vu le temps que j'ai pour la lecture dernièrement, deux-trois semaines c'est le temps "normal" qu'il me faut pour finir un livre ^^

      Supprimer
    2. @Le chien critique & Elessar
      C'est mon rythme du moment aussi, donc du coup c'est surtout question de rentrer dans le bouquin pour pas tout oublier quand j'y touche pas pendant trois jours (sinon en ce moment j'alterne entre nouvelles et jeunesse, moins de soucis !)

      Supprimer
  3. J'avais trouvé dommage que le bouquin se résume à un thriller tant il abordait des concepts intéressants. C'était peut-être parce que l'histoire ne m'accrochait pas plus que ça ?
    Ma chronique si jamais : https://dragongalactique.com/2010/06/01/carbone-modifie-richard-morgan/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Clairement pas la bonne période pour ce type de livre je pense. Après j'ai lu des nouvelles, c'était bien plus adapté à mon rythme pas très régulier ^^

      Supprimer
  4. Je le lirai peut-être un jour, tu donnes envie. Mon copain l'a relu après avoir regardé la série et l'a à nouveau apprécié. Je garde les réserves de notre tigresse à l'esprit, toutefois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Peut-être faudra-t-il que je le relise après la saison 2 alors (mais surtout pas pendant xD)

      Supprimer