mardi 5 décembre 2017

Toasts et autres tributs – Timothée Rey


Cela faisait un petit moment que je n’avais rien lu de Timothée Rey, du coup j’ai profité d’un mini-recueil numérique publié par ActuSF pour retrouver sa plume. Avec Toasts et autres tributs, c’est six nouvelles auxquelles on a le droit, toutes plus folles et référencées les unes que les autres.

La première, Toasts, est une nouvelle fantastique qui rend hommage à Edgar Allan Poe. Le résultat est bien sympathique, surtout quand on aime les textes où on peut hurler au héros « non ne fais pas ! » tant on pressent qu’il va se jeter droit dans les ennuis.

On change ensuite complètement de registre avec Manhã De Carnaval (samba canção), un étrange récit de fin du monde avec des robots, des zombies… et de la musique brésilienne. C’est un texte curieux et légèrement barré, mais plaisant à découvrir.

Les Djinns funèbres, fils du trépas, dans les ténèbres pressent leurs pas est une histoire qui joue clairement la carte de l’hommage à Jack Vance, où l’on suit un commis chargé de livrer une étrange marchandise sur une planète qui l'est tout autant. La balade est agréable, même si l'auteur a un peu tendance à trop en faire dans la surenchère de mots tarabiscotés, ce qui nuit parfois à l'immersion quand vous ne comprenez plus qu'un mot sur trois !

Vient ensuite Le tour du jour en quatre-vingts mondes, un voyage ésotérique et émerveillant comme Timothée Rey en a le secret (ça m'a rappelé la nouvelle Araignées scintillantes au-delà des gouffres du recueil Dans la forêt des astres). J’ai raté sans doute pas mal de références (sauf celles à Jules Verne) mais le texte reste néanmoins fascinant.

Sophie fait une grosse bêtise est un texte assez court au titre on ne peut plus évocateur. J'ai bien aimé cette nouvelle écrite à la manière de la Comtesse de Ségur qui prend assez vite un virage surprenant (et fantastique).

Le recueil se termine sur L’ectoplasme disloqué, une aventure d’Harry Dickson où s'invitent des membres du mouvement surréaliste dans une séance de spiritisme qui tourne mal. Comme je connais rien à Harry Dickson, je suis sans doute passée à côté de plein de références une fois encore mais le côté enquête à la Sherlock Holmes fonctionne très bien, et on accroche à cette nouvelle pleine de mystères finalement pas si insolubles que ça !

Voilà pour ce recueil très bien nommé, tant l’ensemble des textes semble rendre hommage à d’autres œuvres (littéraires ou non). Cela ne facilite pas toujours la compréhension des textes lorsque l’on n’a pas toutes les clés, mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier la balade, sauf quand l’auteur part dans des envolées lyriques de vocabulaire étrange (à consommer avec modération !)

D’autres avis : Quand il y en aura !

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. @Alys
      En plus c'est un auteur français, tu ne pourras pas râler sur la traduction :P

      Supprimer
  2. Sophie fait une grosse bêtise, ça me fait tellement penser à de la littérature jeunesse genre album... xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Normal pour une histoire hommage aux Malheurs de Sophie ^^

      Supprimer
  3. Je me méfie de plus en plus des livres qui rendent hommage et font référence à plein d'autres choses, je n'aime pas cette impression de rater la moitié des trucs. =/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      Je comprends tout à fait, vaut mieux cibler ceux où on est sûr de comprendre en effet ^^.

      Supprimer