dimanche 15 juin 2014

Marouflages - Sylvie Lainé


Après L’opéra de Shaya, j’ai assez logiquement porté mon regard sur Marouflages, le précédent recueil de Sylvie Lainé (et après je m’intéresserais à Espaces insécables et au Miroir aux éperluettes, soyons fous, remontons le temps !). Et une fois encore je n’ai pas été déçue de ma lecture.

Marouflages ne contient que trois nouvelles, mais il s’agit de trois très beaux textes. Alors quand on pense à ces recueils et ces anthologies où on apprécie jamais tout, Marouflages est une excellente affaire : zéro déception, zéro regret !

Il y a tout d’abord Les yeux d’Elsa, nouvelle récompensée de nombreux prix qui nous raconte la très belle rencontre entre un homme et un dauphin génétiquement modifié. De manière assez surprenante, alors qu’on attendrait une étude du rapport à l’Autre, Sylvie Lainé fait tourner sa nouvelle autour de la difficulté à construire une relation avec quelqu’un et à s’engager. C’est surprenant, touchant et presque magique.

La deuxième nouvelle, Le prix du billet, est presque dénuée d’argument SF. Là encore on parle d’une rencontre, cette fois-ci sur le quai d’une gare alors qu’une jeune femme s’apprête à tout plaquer pour… l’amour ? Pour se trouver elle-même ? C’est encore une fois un texte qui m’a surpris dans la direction qu’il prenait, et qui sonne très juste.

Enfin, le recueil se termine avec Fidèle à ton pas balancé, qui suit les traces d’un homme qui vient de se faire larguer par sa copine, et qui se reconstruit peu à peu, non pas en l’oubliant mais en se l’appropriant en quelque sorte. Une fois encore, j’ai été étonnée, charmée, bref je commence à manquer de synonymes pour exprimer mon ressenti !

Alors que L’opéra de Shaya nous faisant voyager à travers l’univers en question le rapport à l’Autre, Marouflages est un recueil plus centré sur nous, les humains. Chaque texte parle d’amour, mais pas au sens affreusement romantique du terme. Ce recueil interroge plutôt sur comment on se construit/déconstruit/reconstruit autour d’une relation. Avec Marouflages, c’est finalement un peu sur son nombril qu’on se penche, et c’est aussi fascinant que de visiter d’autres galaxies !

CITRIQ

9 commentaires:

  1. Tout comme l'Opéra de Shaya il m'attends dans ma PAL et je pense que ces deux recueils ne vont attendre trop longtemps.

    RépondreSupprimer
  2. Ayant aussi beaucoup apprécié "L'opéra de Shaya", je pourrais bien faire comme toi...
    Dommage que les recueils de Sylvie Lainé soient si courts...

    RépondreSupprimer
  3. @BlackWolf
    Faut pas les faire trop attendre (mais faut pas les lire trop vite non plus, sinon après tu n'auras plus rien en réserve ^^)

    @Lorhkan
    C'est vrai que c'est un peu frustrant, mais c'est agréable aussi d'avoir un recueil où tout est excellent (en général on est toujours un peu mitigé sur ce genre de format).

    RépondreSupprimer
  4. Ah, contente que tu aies aimé, il est très chouette ce recueil, et l'auteure est sympathique aussi (je l'avais rencontrée aux Utopiales il y a deux ans)

    RépondreSupprimer
  5. @Shaya
    Tout à fait, je lui ai parlé aux Utopiales l'an dernier, c'est une des personnes les plus gentilles que j'ai eu l'occasion de rencontrer ^^

    RépondreSupprimer
  6. Il a l'air chouette, je me l'achèterai ^^

    RépondreSupprimer
  7. @Endea
    Tu peux y aller les yeux fermés, je pense qu'il te plaira beaucoup ^^

    RépondreSupprimer
  8. J'envisage très sérieusement de faire l'acquisition (numérique probablement) des recueils de nouvelles de Sylvie Lainé chez ActuSF.

    RépondreSupprimer
  9. @Tigger Lilly
    Ca me parait une très bonne idée, je vais probablement faire pareil avec les versions papiers ^^

    RépondreSupprimer