jeudi 3 avril 2014

Recueil factice - Mars 2014

Et en avant pour une troisième édition encore plus touffue que les précédentes… mille pardons, le mois de mars a été fort long (et riche !).

LECTURES


Six mois (revue) – n°7 (printemps 2014)
Six mois est une revue semestrielle (un mook précisément, maintenant que je connais le terme) composée uniquement de reportages photographiques. La bibliothèque où je travaille y est abonnée, ce qui me permet de la lire sans sortir un sou, mais à chaque nouveau numéro je me dis qu’elle vaut bien ses 25 euros.
Ce qui est chouette dans cette revue, outre la beauté des images (bien sûr), c’est que les sujets sont très variés, avec des thématiques éloignées de l’actualité de la presse quotidienne ou hebdomadaire. Ce numéro là par exemple propose trois reportages sur la Sibérie, une véritable plongée dans un univers très différent, qui s’accorde en plus drôlement bien avec ma lecture de Au nord du monde de Marcel Theroux.

Blanche neige, rouge sang (anthologie)

Moi, Cthulhu – Neil Gaiman
Mini-livre acheté aux Utopiales, qui se révèle en fait être un des tous premiers textes de l’auteur. Ma méconnaissance du mythe de Cthulhu fait que je suis un peu passée à côté de cette nouvelle ultra référencée (une vingtaine de pages et autant de notes du traducteur !). Bref c’était plus pour compléter ma collection qu’autre chose.

Sandman intégrale 3 – Neil Gaiman

L’abime arc-en-ciel – Barbara Hambly

Les hommes dénaturés – Nancy Kress

La maison des derviches – Ian McDonald

Mafalda tome 1 - Quino
C’est en lisant un article parlant de la sortie de l’intégrale que j’ai eu envie de me replonger dans Mafalda, que j’ai beaucoup lu dans mon enfance (et en cours d’espagnol). C’est assez marrant de revenir dessus, car je me rends compte qu’une bonne partie des blagues m’échappait à l’époque (et pourtant j’étais quand même fan de cette gamine qui voulait travailler à l’ONU, ce n’est pas banal quand même).

Les soldats de la mer – Yves et Ada Rémy

Gros-Oeuf et Petit-Oeuf / Les griffes du Grogneur – Timothée Rey
Il s’agit de deux nouvelles gratuites que l’on peut récupérer gratuitement sur le site des Moutons électriques et qui se déroulent dans le même univers que Les souffles ne laissent pas de traces. L’une d’elle est un conte préhistorique, la deuxième une mini-enquête de Collembole N’a-qu’un-œil. Sans être mémorables, elles offrent un bon point d’entrée à l’univers du roman, ou un petit bonus sympathique une fois le roman lu.

Au nord du monde – Marcel Theroux

Calvin et Hobbes 1 : Adieu, monde cruel ! - Bill Watterson
Petite crise de nostalgie en passant à la bibliothèque, et même constat que pour Mafalda : cette BD me fait bien plus rire maintenant, je riais toute seule à la fin de chaque strip. C’est drôle, mais pas que. Je suis admirative de tout l’imaginaire que déploie l’auteur, les jeux de Calvin qui partent dans tous les sens, souvent absurdes (comme tout jeu d’enfant), mais fascinants et qui rappellent plein de délires enfantins.

Le vaisseau fantôme et La perle de Lune (Fantastica 1 & 2) – Kim Wilkins
Il s’agit encore de livres de mon filleul, j’étais curieuse de voir ce qu’il lisait en dehors de Astérix… et ma foi si on laisse de côté le récit ultra-simpliste qui va de paire avec des romans pour lecteurs débutants, c’est une bonne série de fantasy plutôt intelligente qui a le mérite d’intégrer que toute magie a ses conséquences. Les deux héros ont en effet des pouvoirs magiques, mais comme les utiliser les rend malades, impossible d’en abuser !

Voilà un mois bien rempli qui m’a permis de faire sortir quelques vieilleries de ma PàL (mais j’en ai fait rentrer de nouvelles du coup c’est un peu bilan zéro au final). Le mois prochain je devrais vous parler du Complot contre l’Amérique de Philippe Roth, de Un an dans les airs, et sans doute de quelques titres que je prévois d’acheter à Zone Franche.


FILMS


The Grand Budapest Hotel – Wes Anderson

Les aventures du baron Münchausen – Terry Gilliam
Encore un rattrapage de classique que je n’avais jamais vu avec ces étranges aventures historico-délirantes d’un baron autrichien qui cherche à empêcher la prise d’une ville par les Turcs. Comme toujours avec Terry Gilliam, difficile de ne pas être émerveillé par les décors, les personnages, et de manière général l’univers complet fou et décalé de ses films. Comme d’habitude c’est plutôt l’histoire qui souffre un peu de cette débauche visuelle, et si j’aime bien le mystère qui plane sur ce qu’on a vu au final (une histoire ? une histoire d’une histoire ? une histoire d’une histoire dans l’Histoire ?), je trouve quand même l’ensemble un peu brouillon.

Only lovers left alive – Jim Jarmusch
Un film assez étrange qui se penche sur le parcours de deux vampires amoureux (non ne fuyez pas). L’histoire (s’il y en a une) n’a rien de remarquable, mais je suis tombée immédiatement sous le charme de cette atmosphère étrange (on se croirait presque dans un autre monde, tant par les décors, la lumière ou la musique) et de ces deux personnages qui sont les meilleurs vampires que je n’ai jamais croisé depuis Anne Rice : anciens, légèrement baroques, autant passionnés que dégoûtés par le monde des zombies (les humains…). Tilda Swinton et Tom Hiddleston semblent vraiment intemporels, sans âge.

La grande aventure Lego – Phil Lord et Chris Miller
Il s’agit probablement du film publicitaire le plus efficace de l’histoire, puisqu’on assiste finalement à 1h40 de placement produit. Et pourtant, ça marche ! Il faut dire qu’il s’agit d’une histoire bourrée de second degré, qui du coup fait autant rire les enfants que les adultes, tout en jouant la carte nostalgie, car après tout qui n’a jamais utilisé ses lego plage pour construire un tombeau ancien (ou son château de Poudlard pour faire des vaisseaux spatiaux) ?

Ida - Pawel Pawlikowski
Il y a des films qu’on va voir parce qu’ils ne rendraient rien sur notre petit écran de télé ; d’autres avec la certitude qu’on ne les verra jamais à la télévision (ou à une heure absurde sur une chaine méconnue), tant on est loin des standards cinématographiques. C’est le cas de Ida, histoire d’une jeune nonne polonaise qui alors qu’elle s’apprête à prononcer ses vœux, part à la recherche de son unique famille, une tante qui s’avère être juive. Avec une esthétique particulière (format presque carré, noir et blanc) et une histoire qui traite de sujets difficiles tout en retenu, Ida est un film qui a quelque chose de fascinant et de rafraîchissant.

Neuf mois ferme – Albert Dupontel
J’ai rattrapé avec quelques mois de retard cette étrange comédie qui nous raconte les mésaventures d’une juge qui se retrouve enceinte d’un cambrioleur accusé d’avoir mangé les yeux de la victime qu’il cambriolait. C’est complètement absurde, systématiquement inattendu et complètement loufoque (entre les scènes pseudo gores et Jean Dujardin qui nous parle en langage des signes). Je n’avais jamais vu de film d’Albert Dupontel, mais pour le coup j’ai beaucoup aimé son goût pour l’humour très acide.

En bref, même si j’ai un peu abusé du cinéma ce mois-ci, je ne regrette rien, j’ai vraiment vu de très chouettes choses dans des registres très différents. En avril, je vous parlerais du 2e Captain America, et ensuite on verra bien, je n’ai pas encore regardé ce qui sortait.

SERIES


Broadchurch (saison 1)
Parce qu’une série avec David Tennant ça ne se refuse jamais, je me suis plongée dans cette série policière alors que ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Mais l’ambiance petit village un peu refermé sur lui-même et les personnages superbement développés et campés par d’excellents acteurs (dont beaucoup sont passés par Doctor Who, du coup j’étais à deux doigts de la crise d’hystérie lors du premier épisode !) nourrissent une intrigue prenante et très réaliste (qui pose vraiment bien la question du deuil entre autres). Une belle découverte, je me demande par contre ce qu’ils vont bien faire d’une saison 2.

Dragons : Defenders of Berk (saison 2)
Après une saison 1 déjà pleine de qualités, j’ai pratiquement dévoré la saison 2 de cette série animée qui s’intercale entre les films. Les personnages gagnent en épaisseur, les intrigues se développement et la série perd un peu de son côté calibré. Bref une excellente série pour les jeunes et les moins jeunes !

The Musketeers (saison 1)
Il serait tentant de crier au scandale à l'idée de voir des anglais adapter le célèbre roman des Trois mousquetaires en série télé, mais pourtant il est difficile de résister à cette série télé qui adapte l'oeuvre plus dans l'esprit que dans l'intrigue.
Tous les personnages sont là, à peine retouchés et portés par un très joli casting (mention spéciale à Peter Capaldi qui campe un excellent Richelieu, et à Tom Burke qui incarne un Athos qui est bien plus le héros de l'histoire que ce parvenu de D'Artagnan), et les intrigues inventées pour l'occasion ont la grande qualité d'être relativement imprévisibles : on ne sait jamais où les scénaristes vont nous emmener avec leurs histoires !
Ajoutez à ça le charme d'une pseudo-reconstitution historique parfois un peu bancal et le délicieux contresens des noms français prononcés à l'anglaise (et les allemands qui parlent avec un accent français), et on obtient un excellent divertissement !

Voilà c’est tout pour ce mois-ci ! J’aimerais vous prédire un mois d’avril plus calme pour cause de vacances, mais j’ai déjà deux articles sur le feu, autant dire que cela commence mal !

8 commentaires:

  1. TOn petit montage donne envie :) J'aime bien la diversité des couvertures. Grâce à ton amour pour Gaiman, tu as pu découvrir un peu de Cthulhu.
    Huhu le baron Münchausen c'est quelque chose :) J'avais eu de bons échos sur le film de Lego que j'avais déjà remarqué tout comme Neuf mois ferme, je note aussi
    Only lovers left alive, Ida. Oh la série de dragons vaut le déplacement ? Chouette !

    RépondreSupprimer
  2. Oh, Mafalda et Calvin et Hobbes, ça me donne envie de m'y remettre ! =D
    Le film Lego est tout simplement excellent.
    The Musketeers aura réussi à tenir le rythme sur toute la saison, même si la fin était un peu plus prévisible (mais bon, c'est pas grave parce que c'est Aramis). L'approche de la saison 2 sera une bonne nouvelle en 2015, même si à priori Peter Capaldi en sera absent (et ça c'est pas glop).

    RépondreSupprimer
  3. @Acr0
    Je vois que je te donne plein d'idées de trucs à regarder :P

    @Baroona
    Oui le dernier épisode est le plus prévisible de tous (surtout quand on a vu L'homme au masque de fer xD), mais on s'amuse bien quand même.
    Et c'est vrai que l'absence de Capaldi va se faire sentir, je vais donc me consoler en imaginant une scène coupée où on le voit sortir un tournevis sonique de sa poche, ouvrir le placard où est planqué son TARDIS et reprendre le cours de ses aventures à travers l'espace et le temps :D

    RépondreSupprimer
  4. Broadchurch, j'ai adoré aussi ! Et comme toi, je me demande ce qu'ils vont trouver pour la saison 2...

    Et Mafalda, ça me rappelle plein de souvenirs de cours d'espagnol : "Es un tebeo de Quino que se llama Mafalda..." ! :D

    RépondreSupprimer
  5. UN beau mois de mars !

    Moi aussi j'ai beaucoup aimé The Musketeer pour toutes les raisons que tu évoques (en plus, les intrigues de la semaine me donnent plein d'idée pour un futur JDR de cape et d'épée comme "Les Lames du Cardinal, par exemple) ! Oui, c'est sûr que je m'y attendais dès l'épisode où Aramis récupère le médaillon, mais bon, ce genre de rebondissements fait aussi partie de ce qui fait le genre...et l'acteur le vend très bien !

    Mais la saison 2 sans Richelieu, je ne sais pas trop ce que ça va donner...

    RépondreSupprimer
  6. @Lorkhan
    Hi hi hi tu as de bons restes ^^

    @JainaXF
    J'imagine qu'ils vont inventer un autre antagoniste à la place.

    RépondreSupprimer
  7. Jamais rien compris au Baron Munchausen.

    Mois bien rempli en tout cas, à tout point de vue.

    RépondreSupprimer
  8. @Tigger Lilly
    Damned, moi qui comptait sur toi pour m'expliquer ! :P

    RépondreSupprimer