dimanche 20 avril 2014

Etat de rêve - Ian McDonald


Jusqu’à maintenant, j’avais surtout découvert l’écriture de Ian McDonald au travers de romans plutôt épais. Etat de Rêve, c’est un peu tout le contraire puisque c’est un recueil de nouvelles (un format bien différent).

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Ian McDonald est aussi à l’aise dans le format court que dans le gros pavé. En trente pages à peine, il produit sans peine des histoires foisonnantes d’idées qui m’ont souvent évoqué la vieille SF des années 50 dans sa capacité à émerveiller le lecteur, l’aspect désuet en moins.

Et il fait cela sans pour autant en oublier le récit. Il s’amuse d’ailleurs beaucoup avec des modes de narration parfois étranges, insérant des histoires dans l’histoire, des interviews, ou lorsqu’il écrit à la deuxième personne. C’est parfois un peu déstabilisant, voire une source de confusion, mais cela s’associe à merveille aux univers mis en scènes.

En fait ce qui m’a frappé, dans les idées comme dans la structure, c’est la virtuosité dont fait preuve l’auteur, à tous les niveaux : il arrive à écrire des histoires à caractère plutôt fantastique en s’appuyant sur un arrière-plan de SF, tout en trouvant le temps de poser ses personnages, de monter une intrigue, d’interroger le lecteur et de susciter l’émotion.

A ce niveau-là, c’est pratiquement de l’orfèvrerie, et si toutes les nouvelles ne m’ont pas autant plu (comme toujours dans un recueil), je n’ai jamais été déçue du voyage. Du coup, je ne peux résister à l’envie de vous parler de chaque nouvelle en détail.

Rêves impériaux
Ce très chouette texte qui alterne avec brio les points de vue et les modes de récit nous raconte comment des scientifiques tentent de guérir des maladies incurables en plongeant les patients dans un sommeil artificiel où leurs rêves les aident à combattre cancer et autres cellules malades. Très prenant, et la résolution est touchante.

Scènes d'un théâtre d'ombres
Dans une sorte de Venise alternative du futur, un jeune homme fortuné cherche à se venger de l'homme qui lui volé la femme qu'il convoitait. L'ambiance étrange, à la fois futuriste et surannée imprègne tout au long de la lecture, et reste encore à l'esprit bien après.

Christian
Sur une plage, un jeune garçon rencontre un homme qui fait voler ses cerfs-volants à travers les dimensions. Encore une fois, on se retrouve avec une nouvelle qui semble se dérouler dans un futur lointain et pourtant légèrement désuet. Avec ses histoires dans l'histoire, c'est un très joli et très touchant récit de SF.

Roi du Matin, Reine du jour
Le titre vous semble familier, il s'agit en fait de la première partie du roman éponyme (qui était donc une nouvelle à l'origine). Je ne l'ai pas relu, mais de mémoire, c'est excellent !

La Roue de Sainte-Catherine (Notre-Dame de Tharsis)
Le dernier voyageur d'un train de voyageurs sur Mars, du point de vue d'un petit garçon. Là encore, on retrouve ces univers décalés où l'émerveillement est au rendez-vous, sans pour autant oublier la SF. Ian McDonald a vraiment le sense of wonder dans la peau !

Portrait inachevé du Roi de la Douleur, par Van Gogh
Cette nouvelle nous plonge dans l’esprit de Van Gogh, alors qu’il sombre petit à petit dans la folie à cause de l’intervention du Roi de la Douleur, un étrange personnage venu du futur. Un récit très documenté qui se révèle aussi brillant que touchant.

L'Île des morts
Une fois par an, les vivants ont le droit de visiter leurs morts sur une île. Un homme cherche donc sa femme la veille de la Toussaint. Etrange conte fantastique avec un prétexte de SF, c’est encore un texte aussi émouvant qu’intelligent.

Radio Marrakech
Dans un futur où la société se divise entre ultras (dont les perceptions ont été augmentés par un produit chimique) et vulgs (les autres), on suit l’évolution d’un couple formé d’une ultra et d’un vulg. Comme cette histoire prend son temps pour se dévoiler, j’ai un peu peiné à rentrer dedans, mais encore une fois l’ambiance particulière fait son effet.

En des cités singulières
Quatre hommes à la croisée des chemins racontent leur visite de villes particulières, une où le verbe domine, une autre où les vivants vivent avec leurs morts et ainsi de suite. J’ai eu un peu de mal à saisir le but de la nouvelle, mais les descriptions des cités sont très intéressantes à découvrir.

Vivaldi
Cette histoire un peu confuse parle de conquête spatiale et de mort et de disparition. J'ai eu beaucoup de mal à la comprendre à cause du côté très décousu de son récit, mais le parallèle dressé par la conclusion est plutôt joli.

Il faut ajouter à cet ensemble une excellente préface de Gérard Klein qui parle de la place de la nouvelle dans le monde de la science-fiction (à lire ici). Bref à tout point de vue, et jusque dans la préface, Etat de rêve est un excellent recueil de nouvelles, qui confirme tout le bien que je pense de Ian McDonald.

Je vais donc continuer à explorer son œuvre, et ça tombe à pic, la lecture commune du mois de mai sur le Cercle d’Atuan, c’est Brasyl, du même auteur. Elle est pas belle la vie ?

CITRIQ


3 commentaires:

  1. Je voudrais bien le trouver celui-là, mais ce n'est pas facile...
    Il me tente beaucoup en tout cas, surtout que tu confirmes qu'il est aussi bon nouvelliste que romancier !

    RépondreSupprimer
  2. Il y a longtemps, j'ai lu une introduction à un recueil de nouvelles qui expliquait à quel point cette forme de littérature est délicate et difficile à réussir ; le nombre de pages limité oblige à faire preuve d'un talent très particulier. Et c'est vrai que tous les auteurs n'y arrivent pas ! Mais là on dirait que c'est le cas, et tu donnes envie de découvrir ce recueil, d'autant plus que le seul recueil de nouvelles SF que j'ai lu (Axiomatique, de Greg Egan) m'avait beaucoup impressionnée. La question est : avant ou après la lecture commune du Cercle ? :D

    RépondreSupprimer
  3. @Lorhkan
    Je savais même pas qu'il était dur à trouver, je suis tombée comme ça dessus une fois à Gibert xD. Je te souhaite d'avoir autant de chance alors !

    @Nathalie
    Vu que mai approche j'aurais tendance à dire après, surtout si le recueil est pas facile à trouver ^^
    (mais oui la nouvelle de SF c'est trop bien :D)

    RépondreSupprimer