lundi 24 septembre 2012

Les Enfants Loups : Ame & Yuki - Mamoru Hosoda


En 2010 (deux ans déjà !), j’avais découvert les films d’animation de Mamoru Hosoda avec Summer Wars, qui avait été un gros coup de cœur. Dans la foulée, j’en ai profité pour regarder son premier film, La traversée du temps.

Je n’en ai pas parlé sur mon blog (parce que si je devais m’occuper de tous les films que je regarde en dehors du cinéma, il me faudrait un retourneur de temps pour m’en sortir, un qui retourne les jours et non les heures !), mais c’était un film plutôt sympa qui mélangeait très bien voyages dans le temps et affaires de lycéens.

Du coup c’était assez naturel que j’aille voir sa dernière réalisation, Les enfants loups : Ame et Yuki, au cinéma. Point de voyage dans le temps ou d’univers informatique cette fois-ci, juste une histoire assez intimiste d’une famille pas comme les autres (dont le titre résume assez bien la situation mais pour le principe on va faire comme si ce n’était pas le cas).

Lors d’un cours à l’université, Hana rencontre un mystérieux garçon qui cache un secret, c’est un homme-loup (c’est comme un loup-garou mais en beaucoup plus classe et beaucoup moins contraignant niveau transformations). Cela ne fait pas fuir Hana, qui est follement amoureuse de lui, et très vite, ils ont un enfant, puis deux… et l’homme-loup meurt.

(et non il n’a pas de nom, j’ai réalisé ça au générique de fin, c’est presque effrayant en fait)

Hana se retrouve donc toute seule, sans travail avec deux très jeunes enfants sur les bras (Yuki n’a guère qu’une année et un caractère bien trempé, et Ame vient de naitre et est un peu fragile) qui se changent en loup sans prévenir, autant dire que ce n’est pas facile tous les jours.

Si vous n’aimez pas les belles histoires pleines de bons sentiments, passez votre chemin, parce que c’est Les enfants loups résumé en moins d’une ligne. Du coup j’ai passé tout le film à attendre le pire, tellement ça me semblait improbable une histoire aussi gentille.

Entre la mère courage qui fait face à tout (à tel point que j’ai bien cru qu’elle allait mourir d’épuisement durant le premier tiers du film), et la gentillesse de l’entourage (à l’exception de quelques citadins crétins au début), on ne passe pas loin de « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Cependant le film sait être poignant, à voir la pauvre Hana trimer pour élever ses enfants, qui eux ont du mal à choisir ce qu’ils veulent être plus tard, hommes ou loups. Je regrette juste que le film s’arrête finalement aussi tôt dans leur histoire, et qu’on n’ait jamais l’occasion de voir ce qu’ils deviennent après.

J’aurais largement préféré que l’histoire aille un peu plus loin, quitte à tailler dans la belle histoire de « cultivons notre jardin » (oui pardon y’a que des citations de Candide qui me viennent ce soir !), qui est certes une jolie fable sur le retour à la nature et la vie à la campagne, mais n’apporte pas forcément grand-chose à l’intrigue.

Côté animation, c’est assez étrange, puisque les décors sont plutôt fouillés (avec quelques très beaux passages comme cette course dans la neige où j’aurais presque cru que mon fauteuil bougeait), mais les personnages très stylisés, ce qui créé un contraste étrange (et surprenant, les films précédents de Mamoru Hosoda étaient bien moins stylisés dans mon souvenir).

Je l’avoue, après Summer Wars, je m’attends à un autre petit chef d’œuvre, et je me retrouve avec un film tout gentil à la place. Du coup j’ai passé un bon moment, mais je suis sortie un petit peu frustrée de la séance (ça semble être une constante ces temps-ci ma parole !).

6 commentaires:

  1. J'ai failli aller le voir, mais l'aspect trop gentil (que tu confirmes) m'a effrayé... Non pas que je cherche de la violence à tout pris, mais je ne crois pas être la cible de ce film qui est sans doute de qualité (et les critiques sont par ailleurs franchement positives !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la guimauve t'ennuie, c'est à éviter en effet. Enfin c'est moins gentil que Totoro si tu veux une échelle :D

      Supprimer
  2. J'hésite encore sur le choix de mon "Mamoru Hosoda" préféré, j'ai beaucoup aimé Summer wars et la traversée du temps (j'ai d'ailleurs re-regardé Summer wars dans la soirée en sortant du cinéma), mais contrairement à toi je n'ai pas été frustré des Enfants Loups, à part peut être de ne pas avoir trouvé de projection en version originale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compatis, y'a fallut une séance du soir pour y avoir droit dans mon cas, sinon c'était même pas la peine d'y penser...

      Supprimer
  3. Je suis généralement ennuyée par la guimauve mais alors ce film-là m'a beaucoup plus. C'est beau, c'est émouvant, c'est bien fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais presque trop court paradoxalement ^^

      Supprimer