mardi 10 janvier 2012

Doctor Who - The Doctor, the Widow and the Wardrobe


Oui je sais, d’habitude, je ne prends pas quinze jours (!) pour rendre ma copie sur le dernier épisode de Doctor Who. Ceci dit j’ai été très occupée pendant les fêtes de fin d’année (*tousse* Dragon Age *tousse*), si bien que je n’ai regardé cet épisode de Noël que la semaine dernière.

Et si la première impression a été le ravissement, après coup je ne savais pas trop quoi écrire. Ce n’est pas que l’épisode soit mauvais, il rentre tout à fait dans la case épisode de Noël (presque plus que tous ceux qui l’ont précédé, à l’exception peut-être de A Christmas Carol), un plaisir à regarder en période de fête.

Mais le résultat ne ressemble pas trop à du Steven Moffat : l’histoire est presque trop simple, trop gentille. Comme s’il n’était pas franchement inspiré par le sujet (à titre de comparaison, pour avoir regardé le premier épisode de la saison 2 de Sherlock, je le sens bien plus inspiré !).


Comme son titre l’indique, The Doctor, the Widow and the Wardrobe se veut un hommage à Narnia. Et dans le domaine, on est servi. En pleine seconde guerre mondiale, une mère emmène ses enfants passer Noël à la campagne, alors que son époux aviateur est porté disparu.

Souhaitant ne pas ternir l’image de Noël à jamais pour ses enfants, elle leur cache la vérité, et le Doctor (qui se fait passer pour le concierge et sera appelé Caretaker jusqu’à la fin de l’épisode) qui devait une fière chandelle à cette femme décider de rendre ce Noël magique à sa façon.

Le début est absolument charmant, avec ces cinq premières minutes d’introduction légère (on coupera sur le Doctor évoluant comme ça dans le vide spatial, je sais qu’il est extraordinaire mais même pour moi c’était un peu too much !) avec vaisseau alien, scaphandre et quête du TARDIS.

Puis on rentre dans l’histoire à proprement parler, et le Doctor fait visiter la maison de campagne revisitée. Grand moment de magie et d’humour. Une image vaut mille mots : la chambre des enfants.


Il y a aussi ce mystérieux cadeau au pied d’un sapin enchanteur (motorisé qui plus est, ça m’étonne que le Doctor n’ait pas gardé de séquelles de sa dernière rencontre avec un sapin tueur), qui forcément attire l’attention du plus jeune (qui a vraiment la tête de l’emploi du gamin de Narnia ou de Peter Pan).

Le voilà donc qui l’ouvre en plein milieu de la nuit, et qui y découvre à l’intérieur un monde.


Une forêt sous la neige, sur laquelle poussent des boules de Noël, il ne manque plus que les faunes et le lampadaire ! Le voilà qui part à l’aventure jusqu’à une haute tour (avec un lion sur la porte, rien que ça !) où se trouvent d’étranges personnages de bois.

Parce que nous sommes dans Doctor Who, il y a tout de même un peu de SF derrière tout ça, principalement sous la forme d’une équipe d’ouvriers pas très finauds du futur, et une sorte de mécanopode que Maman sera ravie de piloter pour partir à la rescousse de sa petite famille.


En fait cet épisode est vraiment bizarre. C’est je pense à date l’épisode le plus Noël jamais écrit pour Doctor Who, tant il est gentil. Il n’y a pas de grand méchant, tout le monde s’en sort à la fin, et le Doctor a même le droit à son repas de Noël, c’est dire. Du coup on passe un bon moment sur le coup, mais on reste un peu sur sa faim.

Il y a quand même quelques éléments intéressants ceci dit. Il faut relever notamment que le Doctor, comme s'il cherchait à se faire plus discret (il sauve le monde en douce au début, et se fait appelé Caretaker tout du long) n’est définitivement pas le héros de cette histoire (tout au plus il pourrait passer pour l’élément perturbateur).

Ce rôle revient à la mère, Marge. Doctor Who a souvent de pures héroïnes, mais on ne nous avait pas encore fait le coup de « Maman ». C’est assez drôle de voir le Doctor complètement inutile à côté avec son tournevis sonique qui ne fait pas le bois, et à qui Marge fait la morale à la fin qui plus est.

Alors même si ce n’est pas un grand épisode, on peut retenir un bel effet « magie de Noël » (qui marche même au revisionnage). Et puis c’est Doctor Who, même avec une qualité moindre, ça reste toujours bien ! Et ça en fait toujours un de plus à se mettre sous la dent avant la saison 7, qui n’est pas prévue pour tout de suite…

12 commentaires:

  1. C'est vrai que c'est pas l'un des meilleurs. Mais moi le happy end, je le voyais venir depuis le début, et ça fait du bien. C'était Noël, merde !

    Et puis bof, ça nous permet de patienter jusqu'à la saison 7 ... ça va être long maintenant ._.

    RépondreSupprimer
  2. Bah tu vas avoir le temps de revoir tous les épisodes depuis la saison 1, faut voir le positif :D

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai trouvé également un peu moins réussi mais se rapprochant plus de l'esprit de noël dans son essence. C'est en googlant Dr Who classics que je suis tombée sur ton blog... et je n'ai pas encore fini de lire tous les articles s'y rapportant. Je me re-visionne d'ailleurs la série ;) Je suis définitivement fan de Eleven. Certaines répliques sont de même cultissimes ("oh, no I'm a girl !!!").

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je suis restée bloquée sur "I'm the Doctor, I'm worst than anybody's aunt" personnellement ^^

      Supprimer
  4. Certes pas un des meilleurs, mais qu'il est bon de retrouver ce bon Docteur ^^. Le seul point négatif est que je n'ai pas pu voir la fin... maudite coupure d'électricité >_<. En tout cas je suis surprise j'ai trouvé des romans de Dr Who dans ma petite librairie ^^. Je savais pas qu'on pouvait les trouver traduit !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout récent, Milady a investi dans la licence cette année (à raison je pense, avec l'attente de la saison 6 je suis sûre que ca va se vendre comme des petits pains ^^)

      Supprimer
  5. J'ai aimé l'effet visuel mais un peu déçue quand même. Comme tu dis, un peu trop gentil. Ceci dit, je l'ai quand même vu 3 fois et j'adore la finale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui trois fois quand même, t'es vraiment une mordue xD

      Supprimer
  6. Pas accroché (moins que toi même je pense). J'ai mis très longtemps à le regarder, j'avais un mauvais pressentiment, qui s'est avéré juste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah regardé en dehors de la période des fêtes je pense que ça ne ressemble vraiment à rien ^^

      Supprimer
  7. Les pommes c'est bon16 mai 2012 à 14:58

    Je suis d'accord avec ce que tu dis, à un petit point près :

    "(on coupera sur le Doctor évoluant comme ça dans le vide spatial, je sais qu’il est extraordinaire mais même pour moi c’était un peu too much !)"

    Il a été établis dans la série classique que le docteur pouvait survivre quelques minutes dans l'espace, via entre autre son système respiratoire, différent du notre ; et crois-moi, par apport à la séquence de "Four to doomsday" (5ème docteur) où il rejoint le TARDIS en nageant (!) dans l'espace, habillé avec son survet' de criquet, ce passage n'est rien x).

    Enfin, je pinaille, bonne continuation :3 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais il peut tout faire, menfin quand même, y'a des limites (je préférais encore les vestes de protection atmosphériques :D)

      Supprimer