mardi 4 octobre 2011

Doctor Who 6x13 - The Wedding of River Song



Je suis un peu en retard pour mon compte rendu, vous noterez. Déjà, j’étais occupée dimanche, ce qui n’aide pas. Mais en plus, je ne savais pas par quel bout prendre cet épisode. Il y a énormément de choses à dire sur lui, et en même temps, pas tant que ça, ou en tout cas pas tant que ça qui n’ait pas été dit sur les épisodes précédents.

En cela je trouve que c’est plutôt un bon épisode de fin de saison, qui en s’appuyant sur les précédents, sans franchement développer d’intrigue, rattache à peu près tous les fils et offre une conclusion tout à fait honnête. Même si il m'a fallu du recul pour le voir. Samedi soir, si les quarante premières minutes de l’épisode m’avaient enchanté, les cinq dernières suscitaient des réactions nettement moins positives au début.

Mais commençons par le commencement.


On va faire dans le succinct cette semaine, vu l’intrigue tortueuse je ne me vois pas rentrer trop dans les détails. Entre le monde où le temps s’est arrêté, les flash-backs du premier épisode de la saison, les scènes qui s’intercalent avant et pendant, c’est un beau mélange que s’est offert Moffat, et il le maitrise plutôt bien. A aucun moment ces allers-retours temporels ne m’ont dérangé.

Il s’est aussi fait plaisir sur l’univers, et j’avoue avoir dévoré cette introduction ubuesque… C’est le genre de délire visuel timey-wimey qui fait (entre autres) que j’adore la série.



J’aurais pu mettre bien plus d’images, vu la quantité de références débiles lancées dans l’affaire (Churchill empereur romain, les ptérodactyles dans le parc). J’ai beaucoup apprécié le Dickens qui écrit son Christmas special qui se déroule à la fois dans le passé, le présent et le futur. Vraiment original comme sujet...
Nothing happened. And then it kept happening. Or if you prefer everything happened, at once, and it won't ever stop. Time is dying. It's going to be 5:02 in the afternoon for all eternity.
« It's going to be 5:02 in the afternoon for all eternity. », formule toute aussi ubuesque qui explique le phénomène. Mais revenons au commencement de l’histoire (ou presque), avec un de mes passages préférés de l’épisode :


Eww! I hate rats.

Magnifique référence à Indiana Jones, j’avoue avoir particulièrement rigolé vu que depuis le début de l’épisode, je trouvais un côté très John Williams à la BO (d'ailleurs je pense que tout le budget musique est passé dans cet épisode). Mais point de Saint Graal ou d'Arche d'Aliiance au bout du couloir, uniquement la tête de ce cher monsieur bleu précédemment décapité, qui va enfin éclaircir (enfin si on veut) le pourquoi de la mort du Doctor :
On the fields of Trenzalore, at the fall of the Eleventh, when no living creature could speak falsely, or fail to answer, a question will be asked. A question that must never, ever be answered. The oldest question in the universe, hidden in plain sight.
J’espère que c’est la dernière fois qu’on nous sort une prophétie dans Doctor Who, parce qu’ils vont bientôt faire concurrence à Harry Potter dans le domaine… Bref, le Doctor papote, refuse d’abord sa mort sous prétexte qu’il a encore des tas de choses intéressantes à faire, notamment :
I could help Rose Tyler with her homework, I could go on all of Jack's stag parties in one night.
Petites références qui font plaisir en passant, et puis finalement après avoir appris le décès de son ami le Brigadier (un compagnon de l'ancienne série dont l'acteur est décédé en début d'année, bel hommage tout de même), il se résigne, demande à ses copains Teselecta de jouer au facteur, et s’en va mourir comme dans The Impossible Astronaut.


- Time can be rewritten.
- Don't you dare.

Petite scène très émouvante avec River, j’adore comment ils se renvoient leurs lignes du futur/passé. Et quand il lui dit qu’il lui pardonne avant qu’elle ne s’apprête à lui tirer dessus… Sauf que River ne l’entend pas de cette oreille, ça la tente bien de réécrire un point fixé dans le temps, elle.

Et paf, voilà comment on arrête l’univers à 5h02. Remarquez, l’idée est bonne, rien que pour le plaisir de voir Amy mener une organisation secrète depuis un simili Orient Express, qui rentre dans la Zone 52, qui se trouve dans une pyramide en Egypte.



C’est un peu pour ça que je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé cet épisode. Ce n’est pas l’épisode étourdissant de révélations inattendues auquel on pouvait s’attendre, mais visuellement c’est un tel délice que ça se regarde avec grand plaisir. A part pour la coupe de cheveux du Doctor, dont je suis pas du tout fan pour le coup.

Et il y a des bons morceaux de dialogue aussi, entre Amy et le Doctor, entre Amy et Rory qui se retrouvent encore sans se reconnaître, et bien sûr, entre River et le Doctor !



- How did you swing all this. 
- Hallucinogenic lipstick. Works wonders on President Kennedy. And Cleopatra was a real pushover. 
- I always thought so.
 - She mentioned you.
 - What did she say ?
J’adore la Kovarian complètement écœurée à côté… On ne connaitra jamais son histoire à elle, mais elle trouve sa conclusion dans une ultime confrontation avec Amy que je n’avais pas vu venir.

- You took my baby from me. And hurt her. And now she's all grown up and she's fine, but I'll never see my baby again.
- But you'll still save me though. Because HE would, and you'd never do anything to disappoint your precious Doctor.
- The Doctor is very precious to me, you're right. But do you know what else he is, Madame Kovarian ? Not here. River Song didn't get it all from you... sweetie.
Et au final tout le monde se retrouve au sommet de la pyramide pour l’évènement tant annoncé dans le titre de l’épisode : le mariage ! Enfin il est un peu foireux ce mariage, déjà il s’est déroulé dans une ligne temporelle qui n’existe plus, et vu le gros mensonge du Doctor en plein milieu, il ne m’étonnerait guère qu’il ait improvisé la cérémonie au pied levé.


Mais c’est mignon quand même, cette façon d’annuler la malédiction. Et voilà, pouf le Doctor est mort. Et on retrouve Amy toute seule dans son jardin (la boucle est bouclée), qui reçoit la visite de sa fille. Finalement, avec cette scène et celle avec Kovarian, on fait le tour de la question sur cette relation mère/fille complètement décalée. Mais présente néanmoins.


Et c’est là, lorsque River révèle que le Doctor est toujours vivant, que je me retrouve à ne plus savoir si j’ai aimé cet épisode ou non. Objectivement parlant, il n’y a rien à reprocher. Le teselecta ne sortait pas de nulle part, les improvisations de dernière minute sont fréquentes chez le Doctor, et qu’il ait une longueur d’avance sur tout le monde n’a rien de neuf.

A l’échelle d’un épisode (ou d’un double épisode), ça n’aurait rien de frustrant, mais sur une saison complète, on a un peu l’impression d’avoir été volé sur la marchandise. Surtout que dans mon cas (de fan qui suit la série sans trop chercher à deviner la suite), ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’est le previously en début d’épisode qui insistait trop sur ce point. C’est la deuxième fois que ça me fait le coup cette saison, et ça m’énerve.

Bref une petite déception de ce côté-là, et puis il y a la fin assez surréaliste :

The first question ! The question that must never be answered, hidden in plain sight. The question you've been running from all your life. Doctor who ?
En même temps c’est rigolo, et je trouve magnifique cette façon d’abattre le 4e mur (et effectivement la série prendrait fin si quelqu’un osait répondre à cette question qui apparaît dès le premier générique). Mais j’ai aussi un peu l’impression que Moffat se fout de notre gueule. Bref, je suis partagée sur le sujet.

Mais ceci dit, cela présage des changements intéressants pour les prochaines saisons, avec peut-être un retour à une forme plus classique. Après tout, comme le Doctor le dit lui-même :

I got too big, Dorium, too noisy... time to step back into the shadows.

A voir ce qu’ils nous préparent pour la suite…

Au final, j’ai gardé une plutôt bonne impression pour cet épisode. La narration est bien maitrisée, visuellement on en prend plein la tête, et y’a plein de dialogues rigolos dont la liste serait trop longue à dresser. Globalement, on trouve les réponses à la plupart des questions restées en suspens parfois depuis deux saisons.

Mais il lui manque une certaine flamboyance de fin de saison qui était assez traditionnelle sur la série, et je pense que c’est cette nouvelle façon de faire qui surprend, et dérange un peu. Autant j’ai apprécié l’intrigue de fond plus soutenue, et des épisodes forts en début et milieu de saison, autant cette fin surprend.

C’est sans doute parce qu’elle se contente de clore la boucle tranquillement. Après une saison entière à attendre chaque nouvel épisode pour espérer enfin tout savoir, tout à coup on a résolu le meurtre du Doctor, Amy et Rory sont rentrés chez eux, et même l’histoire de River Song est globalement claire. C'est agréable, et surprenant après tant de mystères.

En tout cas, même si la fin n'est pas aussi explosive qu'on aurait pu l'attendre (un épisode de Moffat qui ne donne pas mal à la tête, c'est étrange), elle conclut une saison de très grande qualité, moins bancale que la précédente.

A l'exception de quelques épisodes un peu en dessous (le diptyque sur la Flesh, et Night Terrors), tous les épisodes sont bons voir excellents (The Doctor's Wife en toute objectivité, ou The Impossible Astronaut / Day of the Moon qui offre une entrée en matière épique), et parfois carrément surprenants (The Girl who waited m'a vraiment marqué).

Il y a des univers délicieusement déjantés, des dialogues drôles ou parfois très émouvants, des moments où on se retrouve les larmes aux yeux sans l'avoir vu venir, et des acteurs au top de leur forme. Karen Gillian est beaucoup plus attachante, quant à Matt Smith...

Ce type arrive incroyablement bien à rendre toute la complexité du personnage, notamment avec tout son langage corporel parfois complètement improbable. Je lui souhaite de belles années comme Doctor, et une belle carrière après ça.

Ca fait un petit moment déjà que j'ai constaté cela, mais ça y'est, c'est le Doctor. Enfin disons que quand je pense Doctor maintenant, je pense d'abord à lui, nœud papillon et fez inclus. Dans le dernier Confidential, il y avait un extrait avec Tennant, et ça m'a presque surpris de le revoir sur le coup !


D’ailleurs, en parlant de Doctor Who Confidential, je vous conseille vivement de regarder cet épisode (le dernier en plus, la BBC a décidé de ne pas reconduire ce programme ô combien génial pourtant). On y trouve en effet  une dizaine de minutes d'extraits vidéos qui remettent de l'ordre dans la chronologie de River (quoique l'ordre me semble faux sur certains points) sont à nuancer selon moi), le tout raconté par Alex Kingston.

C’est un délice, consultable ici, en attendant l’épisode de Noël, et bien sûr, la saison 7 !

12 commentaires:

  1. Mouarf un peu décu par ce dernier épisode. Ca boucle bien la saison mais je m'attendais à mieux. J'suis ptet trop fan. Ou je l'attendais ptet depuis trop longtemps. Ou alors j'ai trop adoré les 4 derniers parce que je les ai gardés au chaud et enchaîné les 4 en un week end... 2 minutes après avoir maté les épisodes de dr who correspondants (là j'ai essayé mais rien à 4h du mat samedi soir :p depuis je refresh ;) )... Ha oui, hein je parlais des critiques :D Nan sérieux j'ai moins rigolé que sur les dernières mais spa grave, le reste est vrai, et ca me faisait marrer ce quiproquo volontaire.
    Pour l'épisode en lui-même... bah oui agréable a regarder, du grand n'importe quoi au début, on se demande si on n'est pas en train de rêver qu'on regarde dr who, ca fait marrer tellement c'est loin de ce à quoi on s'attendait. Et effectivement tout trouve son explication, et oui, les ptits pilotes de corps sont pile à leur place (par contre moi le jour ou je verrais un truc arriver...). Et pour le coté du final en deça de ce dont on a l'habitude... Je serais d'accord, mais au final c'est bien l'un des premiers final qui n'est pas un double épisode, pas sûr que c'eut été possible de faire plus épique en 45 min et en résolvant l'intrigue.

    Le bémol: l'histoire d'amour du Dr et de River... Au final j'ai toujours eu l'impression que ça avait commencé par une River très entreprenante, qui plutot que de faire succomber le Dr par ses charmes bouscule les choses et le place devant le fait accompli, du genre "on va finir ensemble, donc mettons nous ensemble direct" pr résumer. Et bon vu qu'elle fait tout le boulot et qu'au fond quelques centaines d'années de célibat ça pèse, le Dr se laisse faire, sans qu'on ait vrmt l'impression que le véritable Amour ne soit né entre eux à un épisode bien précis. Perso j'attendais hypothétiquement un tel épisode un jour, mais non, finalement ils se marient, et pour couronner le tout, ce mariage est improvisé et est en fait, un moyen de sauver le monde, le temps, l'univers (comme d'hab mais sans les daleks ou le master en gros)... Bah quitte à mettre une relation amoureuse, z'ont zappé le romantisme d'apres moi, c'est con normalement rien ne manque a cette série...
    Mais sinon tout se tient, et pas ridiculement, c'était pas gagné donc bravo.

    Et bravo pour les critiques, intéressantes et honnetement certaines étaient vrmt drôles alors que je suis plutot difficile, ca va me manquer :)
    Et puisqu'on dit au revoir au Dr pr un temps, faisons le en chanson (je m'en lasse pas perso, donc même si vous connaissez ca fera une piqûre de rappel) http://www.youtube.com/watch?v=f-3jBaDXZpY&feature=player_embedded
    Et tiens une petite 2eme, un peu moins bien d'apres moi mais elle vaut le coup, et puis j'ai découvert ce groupe grace a un article de ce blog alors... http://www.youtube.com/watch?v=FmsDKnPKCqE&feature=player_embedded#!

    ps: me vient une question... River compagnon pour la saison prochaine? J'veux dire ils sont mariés quoi... Bon apres je capte pas tout a leur timeline donc je me trompe peut-être...

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'ai adoré le visuel, c'est le fond qui est décevant !
    Et j'ai largement préféré la saison 5 à la saison 6 (même s'il y a quelques très bons épisodes), mais la résolution de l'intrigue de la saison 5 était plus satisfaisante pour moi (et c'était agréable d'avoir repéré le Docteur du futur avant le finale, ça faisait parti du jeu de la mythologie)!

    RépondreSupprimer
  3. @Balt
    Moi je l'aime bien l'histoire du Doctor et de River, je pense qu'il y a beaucoup d'amour entre eux deux, le problème c'est qu'ils ne sont jamais synchronisés xD. Bon c'est sûr qu'on peut se poser des questions sur leur relation parce qu'on dirait un peu qu'ils sont tombés amoureux l'un l'autre parce que l'autre était amoureux (dans la Bibliothèque pour le Doctor, dans Let's Kill Hitler pour River), c'est un peu le certain qui se mord la queue !
    Mais sinon je la trouve cohérente, étonnamment discrète (finalement tout se passe entre les épisodes ou à voix basse), et complète. Je ne vois pas trop River compagnonne la saison prochaine, peut-être pour des apparitions mais pour le reste leur histoire a été racontée pour moi (je te renvoie au lien en fin d'article si tu veux des éclaircissements ^^)

    @JainaXF
    La saison 5 m'a demandé un temps d'adaptation (pas mal d'épisodes mitigés pour moi au milieu), du coup j'en ai pas un aussi bon souvenir que la 6, même si j'ai bien apprécié l'histoire de la veste en effet ^^. Mais on ne peut pas toujours utiliser la même recette...

    RépondreSupprimer
  4. oui j'avais maté la vidéo le jour ou j'ai posté... m'a donné envie de remater l'épisode library mais ca m'a limite encore plus embrouillé X)

    Et oui tu dis exactement ce que je pense et il est vrai que tout est très cohérent (River ne peut agir autrement, sachant qu'elle a déja tout vécu avec son docteur) et qu'il est évidemment sous-entendu qu'on passe sous silence une bonne partie de leur histoire, mais qu'au fond ca s'est construit de facon bizarre mais cohérente pour les 2 parties... Mais quand meme en tant que spectateur, je suis décu qu'il n'y ait pas un épisode vraiment consacré à la naissance de leur relation etc... Pas nécessaire mais fichtrement agréable, d'autant plus que ca aurait pu être fait d'une manière vraiment forte (les a-t-on jamais vu énoncer clairement leur amour?). Et puis tu dis histoire "étonemment discrète"... j'aurais dit "bcp trop discrète"... Je veux dire, le Dr se marie, c'est juste énorme... Ca peut pas être aussi discret, tu introduis un truc énorme, tu vas au bout du truc, tu expliques comment c'est né etc... Mais ca reste agréable, car leurs rencontres sont bien écrites, pleines de complicités etc, mais ca aurait pu être mieux. Grandiose à la Dr Who quoi.

    Mais oui une bonne saison quand même, des moments forts et le fil rouge le plus important de la série. Et n'oublions par le meilleur christmas special de la série d'apres moi.

    ps: tsss personne pr dire que mes liens youtube sont mortels? Ingrats. Moi je mate le 1er une fois par jour minimum...

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'ai bien cette discrétion (en fait le mot que je cherche depuis 1 semaine est "pudeur", plus exactement). Le Doctor est toujours très discret sur sa vie privée, sa famille, etc. C'est normal que son histoire avec River suive le même schéma ^^

    RépondreSupprimer
  6. Pas d'acc.
    Il est discret sur sa vie privée avec les autres personnages mais, en tant que spectateurs, il n'a pas le "pouvoir" de nous cacher quoi que ce soit: il le vit, on peut le voir "en direct".
    Ce n'est pas dans l'habitude de la série soit, mais le fait qu'il se marrie non plus, donc c'était une occaz de partager un vrai moment important de sa vie, et ca aurait pu etre fou parce que tous les épisodes paraissent déjà importants, alors encore plus... Disons que je trouve que passer à coté de cet épisode de naissance des sentiments n'est pas décevante puisqu'on n'a pas l'habitude de voir ce genre de choses, mais je pense que c'est "ne pas exploiter pleinement les possibilités de ce mariage" pour renouveler les styles de la série, justement en allant au-delà de ce que cette "pudeur" nous empeche de voir d'habitude.
    Mais bon j'dois pas être objectif, j'aime bcp Alex Kingston depuis Urgences :p

    RépondreSupprimer
  7. Et bah au moins on sera d'accord sur le fait que nous ne sommes pas d'accord ^^

    RépondreSupprimer
  8. Haha oui tiens ca me fait penser... Je ne suis jamais d'accord, j'aime la polémique et je ne peux pas me retenir de contredire la majorité, c'est parfois chiant meme pour moi mais j'y peux rien... Bon la t'es toute seule, mais tu verras le jour ou tu seras minoritaire tu seras contente que je vienne farfouiller :p
    *s'est dit qu'il allait venir voir si y avait une réponse parce c'était l'heure du "I can ride my bike with no handlebar" de la journée :D*

    RépondreSupprimer
  9. je découvre ton blog grâce à Snow et son compte rendu des Imaginales, et là que vois-je ? Un fan de DW ! Mouhaha trop biien ! :D *-*
    J'tombe donc sur cet avis sur le final de la saison 6 ! Moi j'ai adoré ! Et j'suis d'accord avec pas mal de choses que tu as dites !
    Pour répondre à ton dernier paragraphe par rapport à River, et sa ligne chronologique... En même temps, on est dans Doctor Who, on ne sait plus vraiment trop où est le passé et où est le futur.. Donc, ça doit être dur de tout remettre dans l'ordre.. ou même impossible XD

    En tout cas, j'suivrais tes avis des épisodes de la saison 7 ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas pour tout de suite la saison 7 (mais je ne désespère pas de me faire la saison 3 des Classic cet été ^^)
      Sinon c'est juste pas possible de remettre les choses dans l'ordre dans DW, rien que l'histoire des Daleks tient pas debout dans l'ordre dans laquelle on la prend xD

      Supprimer
  10. je me demande si ils sont vraiment marié ou pas car la cérémonie ne fait pas très officiel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, va savoir ce qui est officiel pour un Time Lord ^^

      Supprimer