lundi 10 janvier 2011

Le Lézard lubrique de Melancholy Cove – Christopher Moore


Ceux qui ne fréquentent pas le Cercle d’Atuan l’ignorent, mais le choix de la lecture commune chaque mois est toujours une grande aventure humaine avec tentatives de corruptions, des tractations en sous-main et j’en passe des meilleures. Le fait qu’un ouvrage n’ait pas été choisi un mois n’est en aucun cas signe qu’il ne le sera jamais, et il ne faut jamais hésiter à s’acharner pour le faire passer.

Dans le cas du présent ouvrage, il a été proposé au moins sept fois (sans parler d’autres romans de l’auteur), mais il a fini par passer, et nous voilà donc en plein mois de décembre à lire cet étrange Lézard lubrique de Melancholy Cove. Classé en polar, où va le monde, je vous le demande ?

J’aimerais bien vous proposer un petit résumé, mais pour le coup ça vous gâcherait la lecture, je préfère donc vous propose un extrait du prologue qui ferait parfaitement l’affaire :

« A Melancholy Cove, où rien ne se passe (enfin, où rien ne s’est passé depuis bien longtemps), septembre constitue un évènement, une espèce de célébration passive. Parce que les gens de ce lieu aiment fêter les choses dans le calme. C’est pour fuir les grandes agglomérations où justement il se passe trop de choses qu’ils sont venus habiter la ville qui célèbre la monotonie et la routine dès le retour du mois de de septembre dont on espère qu’il ressemblera comme deux gouttes d’eaux à celui de l’an passé. Mais cette année va constituer l’exception. »

Et encore, je n’ai même pas mis le passage avec la fuite de réacteur, mais vous vous en doutez, la vie de cette ville paisible est sur le point d’être bouleversée, et de préférence dans un enchainement assez improbable d’évènements, racontés avec une plume bien acérée, drôle mais très virulente.

C’est un livre très plaisant à lire. Le portrait de la petite ville américaine est délicieux, avec tous ses habitants déjantés : la tenancière du saloon qui tient plus du cyborg que de la femme au pharmacien aux mœurs quelques peu étranges… Molly Michon, doucement folle et ancienne actrice de série Z, ferait presque normal au milieu de tous ces gens.

Là-dessus Christopher Moore enchaine les péripéties un peu folles, en sautant d’un personnage à l’autre et en adaptant son écriture à chaque protagoniste. Ne cherchez pas trop à comprendre, mais laissez-vous porter, c’est une balade très agréable et rafraîchissante, avec des passages bien drôles.

J’aurais du mal à vous en dire plus, ce n’est pas vraiment un roman qui prête à la palabre une fois terminé (ni pendant d’ailleurs, il est plutôt du genre à se lire d’une traite). Mais c’est bien sympa à lire, dans le genre roman noir avec une pointe de fantastique et une grosse louche de n’importe quoi. Pas dit que j’en lise pas d’autres du même auteur, à l’occasion.

Avis des autres atuaniens : Endea, Shaya, Tigger Lilly

CITRIQ

4 commentaires:

  1. P'têt qu'un jour je le lirai. Un jour ... :D

    RépondreSupprimer
  2. @Olya, oui lis le tu ne regretteras pas, il est vraiment sympa ^^

    Calenwen, je rajoute ton lien chez moi ^^

    RépondreSupprimer
  3. Purée je savais bien que j'oubliais quelque chose : les liens des autres articles xD
    Merci Endea, du coup j'ai ajouté le tien et celui de Lilly

    RépondreSupprimer
  4. Un jour aussi o/ Mais ça a l'air assez fun ouais 8D

    RépondreSupprimer