mercredi 10 février 2010

Les hérauts de Valdemar – Mercedes Lackey


1. Les Flèches de la reine
2. L’Envol de la Flèche
3. La Chute de la Flèche

Voilà un moment qu’Olya parle régulièrement de Mercedes Lackey sur le forum du Cercle d’Atuan, ce qui a fini par piquer ma curiosité. Oui, si vous voulez me faire lire un livre, tout est dans la répétition. Au bout de la 5e ou 6e fois que vous le mentionnez, ça fait tilt dans ma tête !

Après avoir demandé quelques renseignements (surtout que c’est un peu le bordel entre l’ancienne édition pocket et la nouvelle chez Milady), et déniché le tome par lequel commencer, je suis donc allée à la bibliothèque récupérer les précieux ouvrages, et en avant !

Pour info je n’ai pas choisi le premier dans la chronologie de l’univers, mais le premier à avoir été écrit (si c’est comme Pern, ce n’est pas plus mal à mon avis pour découvrir la série), qui est en fait une trilogie, les Hérauts de Valdemar (qui était le titre de la série complète chez Pocket).

Alors de quoi est-ce que ça parle donc cette série ? Et bien nous avons une jeune fille de treize ans qui se nomme Talia. Elle rêve de devenir Héraut de Valdemar, c'est-à-dire une sorte d’agent de la royauté chargé de rendre justice et de faire appliquer les lois dans le Royaume (en gros hein), dont la particularité est d’être choisi par un Compagnon, un cheval plus blanc, plus rapide et plus intelligent que la moyenne.

Alors qu’un mariage forcé l’attend chez elle, Talia prend la fuite, et un Compagnon croise sa route. Elle a bien du mal à le croire, mais la voilà destinée à devenir Héraut. Le premier tome couvre ses années d’études au Collegium, puis on commence à voir du pays à partir du tome 2 (où les cartes et plans traditionnels font leur apparition, menfin je me demande si leur absence du tome 1 n’est pas une étourderie signée Milady).

Les Hérauts de Valdemar est une lecture plutôt rigolote en fait. Mettons-nous d’accord d’office, c’est de la fantasy très commerciale, qui accumule tous les clichés possibles et inimaginables, mais ça se lit vite et c’est prenant.

L’héroïne est assez archétypale. Petite fille étouffée dans un carcan familiale sévère, elle prend la fuite, trouve un refuge où s’épanouir et accomplir son rêve, se crée une famille de substitution, subit un certain nombre d’épreuves avant de devenir une femme épanouie.

Mais on se prend au jeu parce qu’on s’identifie très vite à elle (elle est renfermée sur elle-même, ne fait confiance à personne, ne croit pas en elle ni en ses capacités…). Pour filer la comparaison avec les dragons de Pern, elle a un parcours très similaire à celui de Menolly la Harpiste (le Chant du Dragon et la Chanteuse-Dragon de Pern). On est d’ailleurs très proche du roman d’apprentissage pour les deux premiers tomes.

L’univers, aussi, brasse pas mal de poncifs du genre : j’ai cité l’incontournable carte du royaume, il y a aussi l’univers médiéval propret (ils prennent des bains tous les jours !), les liens psychiques avec les Compagnons (qui me rappellent Pern une fois encore, décidément), l’apprentissage de la magie (ici principalement des dons psychiques type télépathie, télékinésie et cie)…

Oui, lire les Hérauts de Valdemar, c’est l’assurance de ne n’avoir aucune mauvaise surprise. En plus, les personnages sont ou très gentils ou très méchants, ce qui évite d’avoir à se demander si on doit aimer ou non les méchants (évidemment que non, ils sont méchants !).

C’est donc un univers manichéen un peu cliché, mais il n’a pas vocation à être plus que ça (pas comme M. Goodkind par exemple). Du coup ce qui pourrait exaspérer ne dérange pas plus que ça, d’autant plus que ce n’est pas non plus une lutte épique entre bien et mal, la plupart des épreuves étant intérieures (maitriser ses pouvoirs, gérer sa vie amoureuse –ce qui peut prendre des allures épiques il est vrai-, prendre confiance en soi…).

Oui, pour être honnête, même si certains dialogues bien guimauves m’ont fait lever les yeux au ciel, j’ai pris plaisir à cette lecture. C’est léger, et pas prise de tête pour deux sous, une sorte de bol d’air frais entre des lectures un peu plus complexes. Ca rappelle un peu Pern, avec un peu moins d’exotisme et un peu plus de romantisme.

Mercedes Lackey se rapproche beaucoup à mon avis, de cette fantasy très féministe que peut écrire une Marion Zimmer Bradley, où on a des personnages féminins forts, indépendants et maitres de leur destin.

Bref, il n’y a rien à faire, j’ai beau avoir les éléments pour descendre cette série en flèche, je ne peux m’y résoudre. Sans doute parce que si j’avais lu cette série il y a cinq ans, j’aurais été complètement accro. Aujourd’hui je trouve ça plutôt marrant à lire avec du recul. Je ne lirais pas toute la série de peur de saturer, mais ces trois tomes là ont été plutôt agréables, et ça me rappelle de bons souvenirs…

Par contre soyez prévenus, les livres sont bourrés de coquilles et d'erreurs de typo (des dialogues sans tirets et des tirets sans dialogues !), à se demander si quelqu'un a relu les épreuves tellement certaines sont énormes.

13 commentaires:

  1. :D

    Tu vois, même si on y trouve des défauts, on trouve ces différentes trilogies vraiment sympa.

    Celle qui est en train d'être rééditée en ce moment chez Milady, la Trilogie du Dernier Héraut Mage, ce n'est pas une fille le personnage, mais un homme. Mais c'est tout aussi génial, et je me demande même si je ne préfère pas ce que j'ai lu pour le moment de cette nouvelle trilogie (soit le premier tome, j'attends le second avec impatience), ou La trilogie des flèches qui était ma préférée jusque la.

    Du coup, j'te conseillerai vraiment la Trilogie du dernier Héraut mage si tu souhaites un jour te replonger chez Mercedes Lackey :D

    RépondreSupprimer
  2. D'habitude, je ne fais jamais attention aux couvertures. Mais là. Franchement : ça fout les jetons. Mais c'est (presque) décidé. Je vais essayer les roman(ce)s de Mercedes.
    Et ce sera l'avis ultime. Celui de papy Arutha. Si ça ne passe pas, ça ne voudra rien dire. Mais si ça passe, alors ce sera définitivement recommandable. ;o)

    RépondreSupprimer
  3. @Olya
    J'y penserai, mais je vais attendre qu'ils soient sortis et à la biblio... j'ai le temps de voir venir ^^

    @Arutha
    J'ai hâte de voir ça. On pourrait presque en faire une lecture annexe de cette trilogie :D

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi je vais essayer... car j'ai reçu la trilogie en cadeau ce mois-ci, donc ;)

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui donc vraiment une lecture annexe quoi xD

    RépondreSupprimer
  6. Je suis d'accord avec Arutha, les couvertures filent vraiment les jetons - ça me fait penser au Club du grand galop série à laquelle ma fille vient juste de renoncer (ouf, mais c'est juste parce qu'elle les lit en une après-midi, je crois...)

    Il faudrait aussi quand même m'expliquer pourquoi il semble tenu pour acquit par les éditeur de fantasy que leurs lecteurs se fichent de la qualité de la traduction, du respect de la syntaxe, voire des fautes de frappe et d'orthographe...

    Je suis au 5e tome de La Belgariade (j'imagine que tu connais Vert) série qui m'a été offerte à Noël par Alixe et j'ai arrêté de me poser des questions (c'était ça ou arrêter de lire... et même si j'adore pas, je voudrais quand même lire le combat Garion Torak, histoire de vérifier les théories que j'ai élaborées jusque là...

    RépondreSupprimer
  7. Nan mais c'est encore correct comme couvertures. On voit que vous n'avez pas vu celle de la nouvelle collection Harlequin : Nocturne (http://www.harlequin.fr/index.php/Collections-sentimentales/Nocturne.html), qui ferait rougir les anciennes collections de fantasy ! Là ça fait vraiment peur (ne me demandez pas comment j'ai découvert ça)

    Ceci dit j'ai du mal avec les couv de chez Milady en général (et avec les textes aussi xD)

    Pour ce qui est de la qualité de la traduction et de la relecture, je pense que c'est des questions de rentabilité à 80% (et 20 % d'incompétence éditoriale)
    Et la Belgariade c'est très bien parce que c'est cliché mais rigolo et bien prenant (et ça fait un bon roman jeunesse accessoirement ^^).

    RépondreSupprimer
  8. Rooooh, mais ne critiquez pas les couvertures de Milady. Je les trouve très belles moi :D Fin tout du moins celle pour Les hérauts de Valdemar, après celles pour Anita Blake ou autre, on dirait des livres de cul, mais bon :D
    D'ailleurs, j'ai acheté cette trilogie, parce qu'il y avait les chevaux sur la couverture.

    Et qu'on ne critique pas non plus les Grands Galops ! Bon, j'étais jeune quand les premiers Grands galops sont sortis, mais moi j'adorais trop :D Mais c'est vrai qu'au bout de 10 livres, qui ne tenaient vraiment pas longtemps, j'ai arrêté de les lires. Et j'avais tellement plein d'autres livres avec les chevaux, que j'ai pu abandonner Grand galop sans regret.

    Bon, par contre, vous pouvez critiquer les coquilles, j'aime pas ça non plus ^^

    RépondreSupprimer
  9. Ben comme roman jeunesse, La Belgariade, je ne sais pas : mon fils et son meilleur pote (13 ans et demi) ont essayé et ça met trop de temps à commencer d'après eux...
    Ce sont pourtant des lecteurs solides qui ont lu SDA sans sauter de pages, la horde du contrevent jusqu'à la fin...
    Je trouve d'ailleurs un peu comme eux qu'il y a de sacrées longueurs...mais je garde mes arguments pour une vraies critiques à venir... lol

    RépondreSupprimer
  10. @ Olya
    après celles pour Anita Blake ou autre, on dirait des livres de cul, mais bon :D
    Et encore, c'est rien comparé aux anciennes couv de fantasy... jamais compris pourquoi les femmes combattantes devaient toujours être vêtues le moins possible (non ne répondez pas)

    @Fenice (une nouvelle variante Fenisa ?)
    mon fils et son meilleur pote (13 ans et demi) ont essayé et ça met trop de temps à commencer d'après eux
    Rah ces jeunes ! Remarque maintenant que j'y pense, c'est si jeunesse comme ça, c'est quand même un livre où on part à l'aventure avec une tante qui te harcèle pour que tu prennes ton bain, c'est un peu rasoir quand même xD

    RépondreSupprimer
  11. Fenisa sévit sur Gmail, l'avantage c'est que ça me dit si quelqu'un me répond, c'est plus pratique que de revenir voir !
    Mais tu as raison, je crois qu'ils ne sont pas encore nostalgiques du temps où on leur disait de prendre leur bain (ils sont en plein dedans)... Bon moi, j'ai pas de princesse dryade à leur envoyer pour accomplir une prophétie de 3000 ans sous le coude... Ils y gagnent ?

    RépondreSupprimer
  12. Effectivement, je vois qu'on est d'accord sur le Cycle de Valdemar... On pourrait détester tant c'est bourré de clichés, et pourtant on se laisse faire sans protester !

    RépondreSupprimer