mardi 2 février 2010

Invictus – Clint Eastwood


Un film de Clint Eastwood, ça ne se refuse jamais, il suffit de voir comme ses réalisations sont acclamées par la critique. Ceci dit, je devrais me méfier, parce que c’est la deuxième fois que je ressors avec un avis assez mitigé de ses films.

Invictus se déroule en Afrique du Sud, lors de l’arrivée au pouvoir de Mandela. Celui-ci décide d’utiliser la coupe du monde de Rugby pour réconcilier son pays. Ce qui implique, forcément, de faire en sorte que l’équipe nationale, fortement critiquée, gagne la finale. Vaste programme, même tout ça est extrêmement prévisible.

C’est un peu le problème de ce film. L’histoire ne laisse pas trop la place à la surprise. Le portrait qui est fait de Mandela est intéressant certes, mais le début du film nous noie sous ses discours (assez fatiguant en VO). J’ai plus apprécié ses dialogues « normaux », tous aussi riches et moins durs à suivre, et la vie de ses gardes du corps, qui sert à suivre l’évolution des mentalités (c’est marrant de passer par de tels personnages pour ça).

La réalisation est classique, comme toujours chez Eastwood. Sauf peut-être pour les matchs, mais j’ai eu du mal à accrocher à sa manière de faire des ralentis qui durent et qui durent. Déjà que je n’ai pas une passion pour le rugby, alors en plus… (oui on peut se demander pourquoi je suis allée voir le film, en effet).

Bref ce n’est pas un mauvais film, mais il lui manque quelque chose pour vraiment accrocher le spectateur. Sans doute un poil trop lisse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire