vendredi 15 juin 2018

Recueil factice – Mai 2018


Oui je suis à la bourre, alors ne perdons pas de temps et passons directement au bilan du mois de mai !



LIVRES


La fille automate – Paolo Bacigalupi
Une anticipation à l’univers très fouillé mais un peu trop courte – Chronique complète

Cinquante nuances de Grey – E. L. James
Un mélange des genres trop bizarre pour fonctionner vraiment – Chronique complète

La ballade de Black Tom – Victor Lavalle
Une réécriture d’un texte de Lovecraft qui n’a pas réussi à me captiver – Chronique complète

Tout commence mal… (Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire 1) – Lemony Snicket
Après la série, je m’attaque aux livres en recommençant par le début. J’avais déjà lu ce tome il y a fort longtemps, je ne me suis donc pas attardée plus que cela dessus, c’était surtout pour me remettre dans le bain, et quel bain ! Cette série a vraiment une ambiance très noire, c’est d’ailleurs ce qui fait tout son attrait.



FILMS


Anon – Andrew Niccol
A mi-chemin entre un épisode de Black Mirror et Minority Report, Anon nous projette dans un futur où la vie privée n'existe plus, chaque être humain étant doté d'un « Œil » qui filme tous ses instants et qui le plonge en permanence dans un monde en réalité augmentée. Le crime n'y est pratiquement plus possible mais deux meurtres commis sans qu'on ne trouve trace du meurtrier vont pousser un policier à mener l'enquête et à se pencher sur des questions de piratage. J'ai bien aimé les prémices et l'univers en général, mais je me garderais bien de donner mon avis vu que j'ai dormi pendant la dernière demi-heure du film ! Mais de ce que Monsieur m'en a raconté, je crois que le dénouement n’avait rien d’extraordinaire, dommage.

L’île aux chiens – Wes Anderson
Après Fantastic Mr. Fox, Wes Anderson revient au film d’animation avec une histoire de chiens et de maîtres. On retrouve bien sa griffe si particulière (Wes Anderson, on aime ou on déteste) et on se sent en terrain familier avec quelques-unes des voix de doublage, mais en même temps l'univers japonais est plutôt nouveau, et donne lieu à un jeu assez savoureux autour des dialogues à moitié traduits (en effet seuls les chiens sont doublés !!). L'histoire est simple, parfois absurde, parfois grandiloquente, mais une certaine émotion se dégage dans cette manière de parler des relations entre les hommes et les chiens (et de manière générale les animaux domestiques). Une jolie douceur, comme toujours avec ce réalisateur fantasque.

John Carter – Andrew Stanton
Adapté des romans de Edgar Rice Burroughs, John Carter met en scène les aventures d'un Terrien projeté sur la planète Mars au cœur des conflits qui opposent ses différents habitants. L'intrigue n'a rien d'extraordinaire mais fonctionne plutôt bien dans cet univers martien assez désuet où l'on trouve encore de l'eau et où les princesses ont une nette tendance à tomber du ciel (je comprends mieux pourquoi Netflix me proposait Jupiter Ascending en solution de substitution à ce film !). Le film aurait certainement gagné à avoir des acteurs un peu plus charismatiques, arrivée à la fin j'étais plus intéressée par l'histoire des martiens verts et de leurs quatre bras que par celle des martiens rouges (ceux qui ressemblent à des humains) !

Jumanji : Bienvenue dans la jungle – Jake Kasdan
A la base un peu perplexe devant les premières images, j'ai été très surprise par ce Jumanji qui modernise l'intrigue du premier en remplaçant le jeu de plateau par un jeu vidéo et en exploitant tous les archétypes du format (sauf le passage de niveau, quelle déception). Le résultat est une comédie d'action plutôt prenante avec un joli double-jeu entre les lycéens et les avatars qu'ils incarnent dans le jeu (Jack Black est juste excellent dans son rôle de midinette coincée dans le corps d'un professeur binoclard).



SÉRIES


Dark – Saison 1
J'avoue être un peu jalouse car quand on a le droit à Marseille comme série nationale sur Netflix, les Allemands ont Dark, une série bien fichue qui ressemble à un croisement entre Stranger Things et Broadchurch. Je ne parlerai pas de l'intrigue car le plaisir tient dans sa découverte, mais sachez que l'histoire est prenante et demande de la concentration pour ne pas se perdre entre les personnages. D'ailleurs chapeau à ceux qui ont réalisé le casting, ça n'a pas dû être évident d'arriver à recréer aussi bien des familles avec une vraie ressemblance entre les personnages. Les habitués de certains thèmes trouveront peut-être le dénouement final prévisible, mais la série garde encore pas mal de mystères pour la saison 2 que je regarderai avec plaisir.

The Big Bang Theory – Saison 11
Centrée principalement (pour notre plus grand bonheur) sur la relation entre Sheldon et Amy, cette nouvelle saison offre son lot de situations absurdes et de guests prestigieux. Les épisodes sont souvent vite vus, vites oubliés mais on rit beaucoup et on se surprend presque parfois à verser une petite larme d’émotion. Deux choses que j’ai bien aimées : le développement du personnage de Raj (toujours un peu oublié mais un peu plus présent) et toutes les questions sur la parentalité pour Howard et Bernadette (la diffusion des épisodes en question a collé avec la naissance de ma fille, le timing parfait improbable !).

Jessica Jones – Saison 2
Après avoir adoré la première saison de Jessica Jones, j'ai retrouvé avec plaisir la super-héroïne la plus alcoolisée de l'univers Marvel (sur Netflix du moins), confrontée une fois de plus aux fantômes de son passé. Si la recette fonctionne toujours, j'avoue avoir moins accroché à cette deuxième saison, la faute à un fil rouge qui ne m’a pas convaincu. J'aurais pour ma part préféré la voir aller de l'avant et se confronter à un vrai méchant (après l'excellent Kilgrave, on s'ennuie un peu pendant la saison 2 du côté des antagonistes). Ça n'empêche pas de passer un bon moment en compagnie de ces personnages tous très torturés, mais j'espère que la saison 3 saura être plus ambitieuse en matière d'intrigue.

Stargate Origins
Cette mini-série de dix épisodes semble vouloir relancer la franchise en proposant un prequel au film et à la série, où l'on suit la jeune Catherine Landford qui cherche à résoudre les mystères de la porte des étoiles. Franchement ça ne casse pas trois pattes à un canard (et bonjour le Deux ex Machina à la fin pour respecter la chronologie), mais le fan appréciera l'ambiance très Indiana Jones avec des méchants allemands bien clichés et le fan-service sous forme de personnages ou éléments connus de l'univers. A défaut d'apporter réellement quelque chose, cette mini-série donne envie de revoir quelques bons vieux épisodes des aventures de SG1. Et au moins on saura désormais qui est le plus mégalo entre le nazi et le goa'uld !



À VENIR EN JUIN…

Le mois de juin étant déjà bien avancé, je pense que vous vous doutez qu’il ne sera pas très productif (j’ai une chronique d’écrite et je la garde pour le Summer Star Wars !). Je lis assez peu en ce moment et quand j’ai du temps devant moi j’en profite plutôt pour voguer sur les mers agitées de l’Archipel du Feu éteint (traduction : je joue à Pillars of Eternity 2).

C'est pas la classe d'être aux commandes de son propre navire ?
Le rythme va donc rester très aléatoire, entre périodes d’inactivité prolongées et avalanche d’articles quand l’envie m’y prends de m’y coller, mais je ne lâche pas l’affaire, et je vous propose une petite mosaïque de ce qui m’occupe en ce moment.

  

 Certes il n'y a pas beaucoup de livres mais comme je reprends le boulot prochainement, j'ai bon espoir d'augmenter le nombre de pages lues par jour !

15 commentaires:

  1. C'est une vieille édition des Orphelins Baudelaires ça non ? Je n'avais jamais vu cette couverture ! (Et merci de me rappeler qu'il faut que je regarde Dark et Stargate Origins, il faut que je me prépare un stock de séries pour juillet :p)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Première édition française je pense, effectivement ils ne ressemblent plus à ça maintenant. Pour les séries ça va pas te durer longtemps Stargate Origins ^^

      Supprimer
  2. Mais tu me donnes trop envie de revoir John Carter, toi aussi, comme Lorhkan!! :)
    Tu n'as pas envie de rattraper la dernière demi-heure d'Anon pour voir le film en entier? :p
    L'affiche de Dark me fait beaucoup penser au Labyrinthe de Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      J'ai jamais trouvé la motiv, en fait je somnolais à moitié du coup j'ai vu des images à défaut de comprendre ce que je voyais et ça m'a suffit xD.
      Y'a un air de sur l'affiche de Dark, mais l'ambiance est très différente ^^

      Supprimer
  3. "La Fille automate" et "Cinquante nuances..." côte à côte, c'est vraiment étonnant. xD
    J'avais repéré "L'Île aux chiens" mais je ne me suis pas lancé, il faudra que je rattrape ça, ça a l'air dingue.
    J'ai vu les trois premiers épisodes de la S2 de Jessica Jones depuis plusieurs semaines... et je ne me suis toujours pas lancé dans la suite... =/
    Tu n'as jamais vu Avatar ou tu te la refais ? =O

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      Je n'avais jamais vu Avatar, du coup je rattrape la série pendant les biberons (mais bon avec la reprise ça va moins avancer je pense ^^)

      Supprimer
    2. Ça reste de courts épisodes, on trouve toujours un petit trou pour en regarder un. =P

      Supprimer
    3. @Baroona
      Pas depuis que j'ai repris le boulot mais je ne désespère pas xD

      Supprimer
  4. Va y avoir une petite inversion entre les livres et les séries télé à la reprise ^^ Bon courage en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      C'est fort probable ^^

      Supprimer
  5. Voilà un billet efficace :) J'ai été agréablement surprise comme toi par Jumanji : j'ai passé un bon moment et comme toujours, j'ai été conquise par le jeu de Jack Black. Tiens, juste avant de découvrir ton billet, j'ai lu le tweet de Netflix dans lequel ils annonçaient le démarrage de la production de la saison 2 de Dark. J'ai beaucoup aimé cette série bien qu'elle demande - effectivement ! - de la concentration (on ne répète pas les prénoms, ni les liens entre les personnes). Le "méchant" est finalement un lieu, la centrale. Et j'aime particulièrement la photographie. C'est très juste : on sourit mais on oublie les épisodes de la saison 11 de TBBT ; pour le coup, je suis moins enthousiaste que toi et je me lasse un peu.
    J'ai abandonné Altered Carbon, mais je suis Westworld et je reste en haleine avec The Handmaid's tale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Acr0
      Je crois qu'on a jamais retenu les noms des protagonistes de Dark, je me souviens on leur donnait des noms de code style "ciré jaune".

      Supprimer
    2. Ahah, nous aussi ! Ils ont presque tous un nom avec la lettre K dans le dedans.

      Supprimer
  6. Chouette liste, mais je dois avouer être plus emballé par la suivante, notamment à cause de WestWorld S2, que je viens de finir, Handmaid Tale's et Altered Carbon, qui a eu de mauvaises critiques, alors que je l'ai trouvé plutôt réussi (attention c'est assez violent).
    Je suis entièrement d'accord à SGO, et j'ai bien envie de ressortir les épisodes des aventures de Jack O'Neill ; et pour Anon comme c'est assez spécial, et plutôt lent, ça explique surement ta somnolence.
    J'ai fait l'impasse sur l’île aux chiens, à cause du design m'a rebuté, c'était peut être un tort finalement.

    Et bonnes pérégrinations dans l'archipel du Feu éteint, sinon as-tu déjà trouvé ton épée parlante ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fánaríë
      J'espère que tu n'es pas pressé de voir la prochaine édition, vu mon emploi du temps ça sera sûrement fin juillet ^^.
      J'ai trouvé l'épée parlante mais je n'avance pas très vite, déjà que je joue pas beaucoup mais en plus j'aime bien tester différentes approches, forcément je traîne (mais j'aime beaucoup ^^).

      Supprimer