dimanche 8 septembre 2013

Le prince de l'aube - Nancy Kress


Je ne sais pas si vous souffrez du même problème, mais il m’arrive souvent d’être blasée face à la lecture. J’ai beau adoré la SF et ses consœurs, j’ai parfois l’impression de voir toujours le même genre d’histoire, les mêmes auteurs, les mêmes univers. Du coup ça me fait toujours très plaisir quand je déniche des livres aussi improbables que celui-ci.

Le nom de Nancy Kress (qui me semble une auteure très respectable) apposée sur cette couverture affreusement kitsch, le tout coordonné avec le résumé qui va bien et que je suis obligée de vous recopier...
Qu'y a-t-il au Coeur du Monde ? Pour le découvrir, la princesse Kirila quitte son château, prête à toutes les aventures. Mais n'est-ce pas naturel d'entreprendre une Quête quand on est jeune, intrépide et ambitieuse ?

Que d'obstacles à vaincre ! Le premier sortilège étant ce chien surgi de nulle part et qui n'est autre qu'un prince ensorcelé. Un chien mauve aux yeux de caramel, plein de ressources, en vérité ! Car il sait où se cachent les Tentes de l'Omnium, siège du Coeur du Monde...

Obstinée et lucide, Kirila vient à bout de bien des dangers, notamment des féroces Lielthiens, une race de faucons immortels. Mais l'énigme ultime ne réside-t-elle pas dans ces graoulis, minuscules dragons volants, messagers de l'Invisible ?

Je n’ai juste pas pu résister à l’acheter, persuadée qu’au pire je me paierais une bonne tranche de fous rires, ce qui pour un livre déniché chez un bouquiniste à 1,50 euros, est déjà pas mal.

Le prince de l’aube démarre donc comme un conte de fées : princesse, quête, magie, rien ne nous est épargné, avec un humour discret qui se moque en arrière-plan les clichés du genre. Mais au fur et à mesure que l’intrigue avance, l’histoire prend des tournants inattendus (sans en dire plus, il suffit de voir l’ellipse en milieu d’histoire).

Du coup loin d’être une simple variation humoristique sur le conte de fées, ce livre m’a surpris en appelant à s’interroger sur chaque étape de la Quête, sur l’amitié qui unit Kirila et Chessy, sur les actions de chacun qui donnent à voir des personnages infiniment plus complexes qu’on ne pourrait le croire.

Je trouve que l’auteure a bien réussi à mettre en perspective la notion de quête (qui est le moteur de tant d’histoires) et comment les personnages se positionnent vis à vis de cette quête, comment ils évoluent. C’est difficile de mettre des mots sur mes impressions de lecture, mais Nancy Kress va bien plus loin que l’auteur moyen, avec sa manière bien à elle qui m’avait tant fait aimé ses autres écrits.

Du coup même si l’histoire en elle-même n’a rien d’extraordinaire et se révèle même parfois frustrante tant certains éléments de l’univers restent inexpliqués, Le prince de l’aube se révèle une lecture surprenante qui ne manque pas d’originalité. Ce n’est pas un chef d’oeuvre, certes, mais il y a définitivement un petit quelque chose qui rend la lecture plaisante. Ce qui est plutôt pas mal quand on sait qu’il s’agit du premier roman publié de l’auteur.

Et en dépit de la couverture (très mensongère soit dit en passant, il n’y a pas une seule licorne dans l’histoire), pas vraiment d’histoire d’amour à l’horizon (enfin si il y en a bien une mais elle est loin de dominer le livre), en tout cas rien qui justifie de classer ce roman dans mon challenge en tout cas, comme quoi il faut pas juger un livre à sa couverture !

CITRIQ

8 commentaires:

  1. Tiens, je ne connaissais pas du tout. Noté, donc. Et my god, cette couverture! C'est épouvantable!

    RépondreSupprimer
  2. Jette-toi sur le Matheson. C'est l'un des plus beaux livres que j'ai lus.

    RépondreSupprimer
  3. @Karine
    C'est ce qui fait son charme la couverture (j'aurais dû scanner le dos aussi, le brushing de l'auteure est à peu près aussi extraordinaire xD).

    @Gromovar
    C'est prévu dès que j'en ai fini avec le Varley ^^

    RépondreSupprimer
  4. Moi je trouve la couverture juste géniale ahah
    Et je comprends ce que tu ressens, c'est vrai qu'à force de lire de la science fiction (mais c'est aussi le cas avec d'autres genre) on fini par sentir un déjà vu au fil des lectures.
    Et je crois que je vais l'ajouter a mes envies ce petit livre uhuh

    RépondreSupprimer
  5. Je plaide coupable : oui, j'ai eu un gros a priori quand j'ai vu la couverture.
    Du coup, ça n'en devient que plus intrigant si le contenu ne correspond pas au contenant. =O

    RépondreSupprimer
  6. @May
    Bon courage pour le trouver par contre (moi c'était un coup de chance... ou le Destin xD)

    @Baroona
    Si ça peut te rassurer moi aussi j'ai eu un gros à priori, c'est le nom de l'auteur qui m'a attiré l'oeil plus que la licorne !

    RépondreSupprimer
  7. Moi je trouve ça scandaleux cette histoire de couverture. Et si on achète le livre PARCE QU'il y a une licorne sur la couverture ? Combien de coeurs brisés de jeunes filles, je vous le demande ma bonne dame ! Un véritable scandale !

    RépondreSupprimer
  8. @Tigger Lilly
    Oui et imagine toi qu'elle ne porte pas de rose non plus dans l'histoire si ma mémoire est bonne. Menfin bon on va pas rouvrir le débat sur la pertinence des couvertures sinon je vais ressortir le cas du vaisseau spatial en couv d'une histoire de pirates de Tim Powers xD.

    RépondreSupprimer