vendredi 9 mars 2012

Le Clairvoyage - Anne Fakhouri


On a toujours de très bonnes raisons de choisir un roman sur l’étagère : belle couverture, titre ou résumé aguicheur, auteur fétiche, recommandation d’un ami… et puis des fois on a des raisons absolument ridicules.

Tenez pour celui-ci, l’une des principales raisons de mon choix est nombriliste au possible. C’est que l’héroïne porte le même prénom que moi. Quand j’étais petite, ça me perturbait un peu d’avoir un prénom pas courant (enfin comparé à mes copines qui s’appelaient toutes Lisa ou presque), du coup je trouvais ça extraordinaire de trouver des personnages de romans qui s’appelaient Clara. Et je n’ai jamais franchement perdu l’habitude.

Le Clairvoyage commence comme la plus classique des histoires : Clara vient de perdre ses parents dans un accident de voiture, et est envoyé vivre chez son oncle mystérieux. Dans cette maison étrange où de nombreuses pièces lui sont interdites, elle découvre peu à peu une famille très étrange pour qui fées et fantômes font partie de l’environnement naturel.

En toute sincérité, je ne suis pas sûre d’avoir compris grand-chose à l’intrigue (la quatrième de couverture est presque plus explicite que le roman), mais c’est sans doute parce que j’étais un peu trop sous le charme de l’écriture d’Anne Fakhouri pour prêter réellement attention à l’histoire.

C’est un roman avec une belle atmosphère, une très belle même, avec cette étrange maison, ces membres de la famille tous plus siphonnés les uns que les autres en apparence, ces séquences dont on ne sait plus trop si elles sont rêve ou réalité (notamment la poupée qui parle).

C’est le genre d’histoires de fées que j’aime, avec des fées plutôt cruelles, une mythologie bien maitrisée, et une ambiance tellement onirique dans laquelle on peine à distinguer le réel de l’irréel.

Mais tout seul, ça ne suffirait pas forcément à me faire aimer le texte. Ce qui m’a vraiment plus, c’est que le Clairvoyage cache dans son histoire de fées un drame familial comme tout le monde en connait : des fratries fâchées à cause d’un incident à une fête de famille, un mariage mal perçu par l’entourage, des enfants orphelins, de lourds secrets jamais révélés…

On trouve tout un tas de variations dans ce genre dans ce roman, et cela lui donne une belle profondeur (ainsi qu’à l’ensemble des personnages, qu’on perçoit mieux, unis qu’ils sont par des liens plus ou moins proches).

Du coup, on oubliera l’intrigue assez obscure, d’autant plus qu’il est facile de se laisser porter par une écriture pleine de poésie et de musique, avec des passages qui vont droit au cœur.

Il y a une suite (nécessaire, après tout l’histoire commence à peine à la fin du Clairvoyage), la Brume des jours, je la lirais donc dès que j’aurais mis la main dessus (et moyennant que j’écluse un peu ma PàL, soyons sérieux).
« Tu dis souvent ça. C’est triste. Ben non, Clara, c’est pas triste. C’est la vie, non ? Les gens meurent ou disparaissent. Les autres s’en souviennent. Même la mort de tes parents en soi n’est pas triste, parce que tu t’en souviens. Tu l’as dis toi-même. Ce qu’il y a de plus triste, c’est de ne plus avoir de souvenirs. »
CITRIQ

10 commentaires:

  1. Ce qu'aime avec Fakhouri c'est l'atmosphère :)
    Je me note celui là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit manquer un mot dans ta phrase, mais je pense avoir saisi l'essentiel ^^. Faudra que j'en lise d'autres pour juger, mais c'est assez plaisant en tout cas.

      Supprimer
    2. mdr ! Il me faut des vacances ... de looooonngues vacances !

      Supprimer
  2. Vais attendre de lire Narcogénèse de l'auteure pour me faire une idée mais celui-là a l'air fun aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Narcogenèse me fait de l'oeil aussi ^^

      Supprimer
  3. Je te conseille de ne pas trop attendre pour lire la suite, c'est ce que j'avais fait et j'avais été complètement perdue!! Du coup je ne sais pas si c'est parce que le livre était confus ou si c'est parce que j'avais oublié trop de choses!!
    J'attends aussi avec impatience de mettre la main sur Narcogénèse... (et j'adore le dessin de la couverture du clairvoyage!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon bah dès que je le croise en magasin, mais il se fait rare le vil ^^

      Supprimer
  4. C'est une très bonne raison de prendre un roman dont l'héroïne s'appelle Clara ;) Moi aussi j'ai pensé à toi en lisant ce livre.
    C'est vrai que l'intrigue laisse une sensation assez brumeuse... qui peut rendre sceptique le lecteur mais personnellement, cela m'a enchantée !
    Pour ma part, j'ai bien la Brume des jours dans ma bibliothèque mais je ne l'ai pas encore lu, honte à moi. Ceci dit, même si les éditions n'ont pas communiqué sur le fait que ce soit un diptyque, lire le premier tome seulement est quelque chose de concevable, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, mais effectivement y'a dû avoir une communication mal ajustée parce que je tombe régulièrement sur le Clairvoyage en rayon, et jamais sur sa suite (ce qui explique que je ne l'ai pas encore achetée du coup).

      Supprimer