dimanche 13 février 2011

L'ange blond - Laurent Poujois


Une certaine personne de ma connaissance sera heureuse de voir que son harcèlement paye, j’ai fini par y jeter un œil, à son chouchou ! Et si ce n’est pas le roman du siècle, L’Ange blond est un très bon moment de lecture, avec son rythme haletant et son univers uchronique très riche.

Mais je brûle les étapes, parlons d'abord de l’histoire. Nous sommes dans un monde uchronique où après avoir écrasé les anglais, l’empire de Bonaparte perdure depuis deux siècles, même que l’impératrice actuelle s’apprête à célébrer cet évènement lors d’une grande cérémonie. Evidemment, deux cents ans de dictature, ça ne fait pas que des heureux, et un complot se trame pour mettre fin à l’Empire

C’est dans ce contexte qu’Aurore Lefèvre est recrutée (enfin…) par les services secrets impériaux pour déjouer cette menace. Ancien soldat de la Légion impériale, intelligente, dotée d’une bonne connaissance des milieux underground, et accessoirement volatile, obstinée, tendant à n’en faire qu’à sa tête et à asséner des répliques cinglantes à la louche… la recrue idéale quoi !

J’ai eu un peu peur en commençant par le premier chapitre qui jette littéralement le lecteur dans le vide (enfin techniquement il jette l’héroïne mais on est bien forcé de la suite) au-dessus de Londres, avec une foultitude d’informations à assimiler en peu de temps tout en essayant de suivre une scène presque trop cinématographique pour un livre.

Et puis finalement, on se laisse emporter par l’univers très riche. Difficile de parler de tout, mais le Londres sous domination impériale (je crois qu’on parle de la préfecture de Londres à un moment), le Paris napoléonien futurisme, les transports à coup de dirigeable ou de fusée, l’usage des biotechnologies avec les biônes… ce n’est pas juste un steampunk très futuriste, on sent que l’auteur a bossé son univers.

Même au niveau historique, il y a plein de petits détails sympas. Certes le propos du livre n’est clairement pas l’uchronie qui n’est qu’ici une toile de fond, mais la réécriture historique est tout de même bien fun (j’adore les uchronies napoléoniennes, c’est tellement un bon point de divergence !).

Tout cela est amené par petites touches dans la narration bien sûr, mais aussi par les textes en tête de chapitres (extraits d’encyclopédie et autres « documents »), petit procédé que j’aime beaucoup parce qu’il permet d’enrichir l’univers sans passer par des expositions de trois pieds de long…

Quant à l’intrigue, on ne voit pas le temps passer : l’héroïne enchaine les péripéties, les retournements de situation, et l’intrigue est plutôt dense. Je ne suis pas sûre d’avoir saisi toutes ses subtilités d’ailleurs, mais ça ne m’a pas perturbé outre mesure d’être à la masse la moitié du temps. En tout cas j’ai beaucoup apprécié le fait qu’on voit du pays, et qu’on visite en long et en large ce Paris uchronique et futuriste.

La narration se fait à la première personne par Aurore, sauf quelques passages côté comploteurs. Evidemment, le texte est sarcastique et mordant à souhait, tout comme les dialogues. C’est donc un vrai plaisir à lire, autant pour le fond que pour la forme.

Le seul bémol que je mettrais est finalement sur le personnage principal, un peu trop parfait à mon goût. Elle flirte avec les Mary Sue, à être belle, intelligente, capable de tuer un homme à mains nues et de « cracker » n’importe quel biône, en plus d’être une très bonne musicienne… Ceci dit, elle a suffisamment de mordant pour qu’on suive ses aventures avec plaisir.

Bref c’est une très chouette lecture, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait exprès de me coucher tôt (enfin pas comme les poules non plus, faudrait pas pousser non plus !) pour avancer dans un livre, c’est dire. C’est un très bon texte débordant d’idées, et je serais curieuse de savoir ce que Laurent Poujois va écrire d’autre.


Je n’ai même pas fait exprès, mais une uchronie de plus pour mon challenge ! Par contre ne rêvez pas, je ne lirais pas le Napoléon apocryphe pour le plaisir de comparer deux uchronies napoléoniennes, même si c’est diablement tentant !

CITRIQ

6 commentaires:

  1. Mais tu peux lire la Cité du Soleil de Bellagamba ! 8D Il y a aussi du Napoléon o//
    Il faudra que je lise l'Ange BLond aussi, un jour, quand j'aurais le temps (T-T)

    RépondreSupprimer
  2. J'y jetterais un oeil à l'occasion alors ^^

    RépondreSupprimer
  3. Fichtre, mais c'est que tu me donnerais envie toi alors! Je ne connaissais le livre que de vue, et cela semble bine attirant.

    RépondreSupprimer
  4. L'est bien sympa, alors n'hésite pas ^^

    RépondreSupprimer
  5. hinhin, tu me donnes vachement envie!
    Tout comme julien, en fait ^^

    RépondreSupprimer