mardi 15 février 2011

Black Swan - Darren Aronofsky


Dès la bande annonce, il y a quelque chose qui m’a furieusement donné envie de voir le film, sans même savoir qui était le réalisateur, et le fait de savoir que c’était le dernier film de Darren Aronofsky n’a été que la cerise sur le gâteau. Je n’ai toujours pas vu Requiem for a Dream, mais tous les autres films que j’ai vu de lui ont été des gros coups de cœur.

(oui, même The Fountain mon cher Silvère, pas la peine de râler !)

Après le catch, le réalisateur s’intéresse cette fois-ci au monde des ballets. Nina, magnifiquement incarnée par Nathalie Portman, est une danseuse qui rêve de sortir du rôle et devenir étoile. L’opportunité se présente lorsque le directeur de la compagnie décide de monter le célèbre Lac des Cygnes de Tchaïkovski, et voilà Nina chargée d’incarner à la fois le Cygne blanc et le Cygne noir.

Si le premier rôle lui va comme un gant, c’est une autre paire de manches pour le deuxième, et pour arriver à devenir cygne noir, elle va peu à peu sombrer dans la folie : hallucinations, paranoïa, doubles dans le miroir, blessures imaginaires ou réelles… sans parler de la pression de l’entourage (je n’arrive pas à déterminer qui est le plus flippant des deux, entre la mère et Vincent Cassel) et la dureté du milieu de la danse (où à 30 ans on est « à la retraite », entre autres joyeusetés).

Black Swan est un film duquel on sort complètement lessivé. C’est un film horrible et malsain à souhait (je ne le recommanderais pas aux âmes sensibles d’ailleurs), mais c’est une histoire si prenante et intense, si brillamment réalisé, qu’on accroche complètement d’un bout à l’autre.

La patte de Darren Aronofsky y est pour quelque chose : on y retrouve les plans très serrés comme dans The Wrestler (on a parfois l’impression que la caméra est pratiquement posée sur l’épaule de Nathalie Portham), mais aussi des délires visuels qui m’ont presque rappelé The Fountain.

Ajoutez à ça pas mal de jeux sur les miroirs, et toute la transformation physique de l’héroïne qui s’intègre qui s’intègre de façon très naturelle dans l’histoire (on est plus à une hallucination près, surtout que comme Nina, on arrive jamais à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas), et vous obtenez un sacré morceau de film.

Film porté qui plus est par sa BO, qui m’a fait replongé direct dans Tchaïkovski (après Le Concert, ça devient une habitude…), à ceci près que la partition retravaillée par Clint Mansell rend la musique bien glauque par moments (je n’ai pas l’original pour comparer, mais certains passages lui ressemble plus à lui qu’à Tchaïkovski de toute façon !). Autant dire que je l’ai acheté à peine sortie !

Pfiou, je crois que je vais trouver les autres films un peu fades après celui-là…


9 commentaires:

  1. Pas encore vu, mais je l'attend au tournant celui-là! J'ai vu et aimé tous les autres longs métrages d'Aronofsky (oui, même π), qui est un de mes réalisateurs préférés.
    Content de lire ta critique, parce que celles que j'avais vu jusqu'ici étaient assez mitigées.

    RépondreSupprimer
  2. Ma soeur m'en avait parlé, mais je ne sais pas encore si j'irai le voir. Surtout si tu dis que les personnes sensibles devraient s'abstenir :D

    RépondreSupprimer
  3. @Maëlig
    C'est le genre de film qui ne laisse pas indifférent, soit les gens adorent, soit les gens détestent je crois (ce qui explique que dans Studio il y ai les deux points de vue xD)

    @Olya
    Ouais non je sais pas si c'est un film pour toi xD

    RépondreSupprimer
  4. Hop, je suis obligé de ressurgir sur ton blog après cette petite pique à mon égard :)

    Juste pour dire comme les autres que je n'ai toujours pas vu le film mais je vais m'y précipiter dessus dès que j'ai un moment de libre... Tout le monde m'en dit que du bien !
    J'ai deux peurs quand même : 1) les "délires visuels" à la the fountain (un très mauvais film soit dit en passant :)) et 2) j'ai du mal à m'imaginer Vincent Cassel en prof de danse(j'ai toujours eu du mal avec cet acteur, qui prend souvent des poses assez racoleuses et caricaturales dans ses rôles)
    Sur le premier point, tu n'es pas objective, inutile de t'exprimer :) mais que peux-tu me dire par rapport au deuxième ?

    Tu le regardes quand alors Requiem for a dream, son meilleur film ? Après Memento c'est ça ? :)

    RépondreSupprimer
  5. Yeah t'es toujours en vie :D
    A propos du 1, je tiens à signaler que ce n'est pas au niveau de The Fountain, en fait ça n'a pas grand chose à voir, en fait je ne saurais pas l'expliquer... bref ok je me la ferme !
    Pour le 2, le personnage m'a pas énormément marqué (paradoxalement il est plutôt secondaire dans l'intrigue contrairement à ce qu'on pourrait croire), du coup ça limite le risque qu'il te soit insupportable :D

    Et pour Requiem et Memento, j'attends que tu me les prêtes bien sûr :D

    RépondreSupprimer
  6. à force d'en entendre parler par des gens époustouflés, j'avais envie de le voir quand je pourrai, mais j'avais pas fait le rapprochement pour le réalisateur...
    Requiem for a dream c'est pareil, j'avais fini par le regarder à force d'en entendre parler, et même en étant prévenue, ça m'avait quand même trop remuée à mon goût. Même si finalement je suis "contente" d'avoir encore quelques images qui m'ont bien marquée, mais du coup j'hésite à nouveau pour Black Swan.
    Bon de toute façon c'était pas prévu dans l'immédiat, je manque trop de temps!

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai (toujours pas, honte à moi) vu Requiem for a dream, du coup je ne peux pas dire si celui-là brasse autant. Mais c'est à voir en tout cas ^^

    RépondreSupprimer