mercredi 28 mai 2008

Sandman 8 : Au bout des mondes - Neil Gaiman



Il est là, il est enfin là ! Ils l’annonçaient au moi d’avril, y’a fallut l’attendre jusqu’à mi-mai, mais bon du moment qu’on finit par l’avoir, que demander de plus, et ce sachant qu’en prime ils vont rééditer la mini série Death ?
(enfin que demander de plus à part qu’ils se grouillent de traduire la suite ?)

Au bout des mondes (At Worlds’ end, ça fait penser à Pirates des Caraïbes mais ça n’a rien à voir…) est un épisode à part dans la série Sandman. Si on y retrouve tout ce qui fait le succès de l’histoire, j’avoue qu’il m’a un peu moins plus que les autres, parce qu’il laisse un sacré sentiment d’inachevé sur la fin. J’ai presque l’impression d’avoir lu le prologue du tome suivant (The Kindly Ones) qui est, pour l’avoir feuilleté, incroyable. Mais ne nous égarons pas…

Au bout des mondes, c’est une espèce de poupée russe géante ou les histoires s’emboîtent les unes dans les autres. C’est l’histoire d’un homme qui pris dans une tempête au volant de sa voiture, échoue dans l’auberge du bout du monde, où ses occupants se racontent des histoires pour passer le temps, histoires qui contiennent parfois elles-même des histoires, et même des histoires d’histoires. Enfin en même temps, rien d’étonnant, on parle d’un scénario de Neil Gaiman là.

Chaque histoire est illustrée par un dessinateur différent, et il y en a pour tous les goûts dans le style… Et chaque histoire a sa propre histoire, aucune ne se ressemblant. Elles sont d’ailleurs assez éloignés du casting habituel, même si on y croise tout de mêmes des habitués. Dream lui-même semble quasiment absent… Ce sont des histoires qui parlent de rêves, de légendes, de modèles, de vies, des histoires qui font peur ou rêver, rire pas trop j’avoue, ou alors c’est de l’humour assez noir…

C’est donc une bonne BD, et vu que c'est un Sandman c'est forcement un sacré morceau de... littérature ou va savoir quoi d'autre, mais j’avoue que je la trouve pas au niveau de Fables&Réflexions (le tome 6) qui dans la série recueil de tous pleins d’histoire était un vrai chef d’œuvre. Ceci dit, si j’ai bien compris, je reviendrais peut-être sur mon avis avec la sortie des deux derniers tomes, il semblerait que tout ça soit lié…

Affaire à suivre donc… reste à résister à la tentation de lire tout ça en anglais (de toute façon c’est trop cher…)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire