samedi 19 novembre 2022

Ursula K. Le Guin : De l’autre côté des mots (collectif)

Couverture de l'ouvrage Ursula K. Le Guin : De l'autre côté des mots avec un portrait de l'autrice en couverture

2021 a été une année très riche en publications autour Ursula K. Le Guin. Il y a eu de nombreuses rééditions, des publications de textes inédits, ainsi qu’un très bel ouvrage d’études et de témoignages à son sujet, dont je vais vous parler aujourd’hui.

Ursula K. Le Guin : de l’autre côté des mots est une monographie dirigée par David Meulemans qui propose une trentaine d’articles écrits au sujet de l’autrice et de son œuvre.

Les contributeurs sont variés : auteurices, universitaires, éditeurs et même… simples blogueuses, puisque j’ai moi-même participé à cet ouvrage en écrivant un des articles, ce qui rend l’exercice de la chronique assez délicate.

Mais je l’ai lu, j’ai pris des notes et j’ai envie d’en parler parce qu’on ne parle jamais assez des initiatives autour d’Ursula K. Le Guin et des autrices de SFFF en général, alors allons-y !

Au menu de cet ouvrage on trouve donc une courte biographie, beaucoup de choses sur ses écrits les plus connus : Terremer et Les Dépossédés en tête mais aussi L’autre côté du rêve (et de son adaptation en série), La vallée de l’éternel retour, Lavinia et j’en oublie.

Le livre propose également des entretiens, une interview de l’autrice, une préface de Gérard Klein (qui n’ouvre pas l’ouvrage, c'est la préface du Livre d'or de l'autrice qui est ici reprise comme une contribution), des témoignages très touchants de personnes sur leur rapport à l’œuvre de Le Guin et des textes sur des aspects beaucoup moins connus de son œuvre comme ses poésies et ses traductions (avec une méthode assez originale).

C’est un ouvrage très riche, où forcément on n’aimera pas tout. Dans mon cas, autant j’ai apprécié toutes les contributions qui sont de pures invitations à la découverte, autant j’ai eu du mal avec les analyses très poussées des œuvres qui doivent il me semble plus s’apprécier en accompagnement de la lecture des dites œuvres.

C’est typiquement le genre d’ouvrage où il vaut mieux piocher, apprécier les textes qui nous parlent et laisser de côté les autres, quitte à y revenir à un meilleur moment. Donc oui J’AI SAUTÉ DES PAGES ET ÇA NE CHANGE RIEN À LA QUALITÉ DU BOUQUIN (oui j’ai déjà eu des reproches à ce sujet).

Ursula K. Le Guin : de l'autre côté des mots, c’est donc un très beau panorama de l’œuvre d’Ursula K. Le Guin. Éclectique, il est aussi utile pour découvrir son œuvre que pour pousser plus loin l’analyse. C’est aussi un bel objet-livre très agréable à avoir en main et qui accompagnera parfaitement une belle bibliothèque d’ouvrages d’Ursula.

Vu le nombre de contributions, je ne suis pas revenue en détail sur chacune d’entre elles mais je peux vous pointer du doigt celles que j’ai le plus appréciées :

  • L'Utopie des Dépossédés au prisme des théories du temps de Ketty Steward : Des trois textes qui traitent de ce roman, c’est celui qui m’a le plus parlé ; 
  • Entretien avec Stéphanie Nicot, essayiste et anthologiste par David Meulemans : un entretien (ou plutôt une discussion) très intéressante qui part de La main gauche de la nuit pour aborder plein de sujets ; 
  • Perpétuelle étrangère : Ursula K. Le Guin ou la poésie du regard extérieur d’Aurélie Thiria : un article très didactique qui m’a donné envie de lire des poésies de Ursula K. Le Guin alors que je suis assez réfractaire à ce type d’écrit ; 
  • Ursula K. Le Guin et la presse spécialisée en France : un panorama rapide et succinct de Xavier Dollo : une rétrospective très intéressante sur la façon dont l’autrice était perçue par les critiques en France et l’influence qu’elle a pu avoir sur des auteurs français ; 
  • À propos d'Ursula K. Le Guin d’Élisabeth Vonarburg : Un joli texte sur l’impact que peut avoir Ursula K. Le Guin. Je m’y suis parfois égarée, mais il y a plein de moments où je me suis complètement retrouvée dans certains de ses propos.

Vous pouvez également lire Ursula K. Le Guin est-elle la grand-mère d’Harry Potter ? qui est bien sûr d’une excellente qualité, ce qui n’est pas très surprenant vu son autrice 😜.

Infos utiles : Ursula K. Le Guin : de l’autre côté des mots est un ouvrage dirigé par David Meulemans et paru aux éditions ActuSF en 2021. Couverture et illustrations intérieures de Zariel. 426 p.

D’autres avis : L’Atelier de ramettes, Cat(s), Books and Rock’n’Roll, Charybde 27

6 commentaires:

Baroona a dit…

Ah, parfait, j'ai eu peur que tu oublies de t'auto-critiquer de manière objective. 😋
Je ne l'ai pas pris parce que ce n'est pas le genre d'ouvrage que je lis, mais je suis bien content qu'il existe - et qu'il soit de qualité, même quand on saute des pages. ^^

Alys a dit…

Yeah! Yeah! Yeah! \o/
Est-ce que tu as écouté la musique du peupleu des Kesh, en même temps?
"Vous pouvez également lire Ursula K. Le Guin est-il la grand-mère d’Harry Potter ? qui est bien sûr d’une excellente qualité, ce qui n’est pas très surprenant vu son autrice 😜." --> Ben, oui. C'est une évidence.

Vert a dit…

@Baroona
Oh j'ai fait une autocritique mais vu le caractère hautement égocentrique de l'exercice j'ai gardé mes commentaires pour moi 😁

@Alys
Non l'opportunité ne s'est pas présentée, mais j'aimerais bien le faire si je relis un jour La vallée de l'éternel retour

Tigger Lilly a dit…

Miam miam, j'ai hâte de lire ça, bien que peut être je vais attendre d'en avoir lu quelques uns d'elle histoire de mieux en profiter et même si j'ai quand même déjà lu un des articles (tu ne devineras jamais lequel 😏)

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Je me demande bien lequel 🤔🤣

shaya a dit…

Exercice réussi en tout cas :D Bon, je ne suis pas assez fan de l'autrice pour cet essai, mais je le feuilletterai bien volontiers ^^