vendredi 1 juillet 2016

Vostok – Laurent Kloetzer



Il y a quelques années, j’avais lu le très étrange Cleer, un roman brillant mais pas toujours très facile d’accès. Je m’étais depuis tenue à distance des écrits des Kloetzer, mais, ce nouveau roman de Laurent Kloetzer me faisait vraiment de l’œil, j’ai donc craqué.

Pourquoi ? Tout simplement à cause du lieu qu’il met en scène : la base Vostok, une station de recherche russe installée en Antarctique à la fin des années 50. Il s’agit sans aucun doute d’un des endroits les plus perdus, les plus hostiles et les plus mystérieux de notre planète. Alors quel meilleur moyen de l’explorer que la littérature ?

Le roman ne nous emmène cependant pas tout de suite là-bas. Il faut d’abord faire connaissance avec notre héros, une héroïne en l’occurrence, la jeune mais déjà brillante Leo, sœur d’un trafiquant de drogue qui aimerait bien prendre son indépendance. Jusqu’au jour où son frère monte une expédition en Antarctique pour aller récupérer un code secret qui lui permettrait de prendre l’ascendant sur l’ennemi de son cartel. Une telle aventure, forcément, ça ne se refuse pas.

Je sortais tout juste du roman Annihilation lorsque j’ai enchaîné sur Vostok, ce qui fait que je m’attendais à une histoire de fantastique ou d’horreur (j’étais vraiment encore dans la Zone X !). Quelle n’a pas été ma surprise qu’il n’en soit rien : on est finalement plus à mi-chemin entre le récit d’aventure et le roman d’apprentissage.

Rassurez-vous, il y a quand même quelques mystères et un peu de technologie futuriste (drones et interfaces), mais l’impact est finalement assez faible sur une bonne partie du récit. Je me suis même demandé ce qui aurait changé si l’histoire se passait à notre époque (enfin jusqu’à la troisième partie).

Globalement j’ai beaucoup aimé cette lecture vraiment dépaysante, cette étrange chasse au trésor dans le grand froid qui s’amuse à alterner entre passé et présent, avec un luxe de détails qui pousse à se demander ce qui est vérité historique et ce que l’auteur a inventé. J’ai apprécié aussi que contre toute attente, ce soit finalement la relation entre Léo et son frère qui soit au cœur de l’histoire.

Mon seul regret vient de la troisième partie qui m’a un peu posé problème en partant dans une direction totalement imprévue (tant mieux me direz-vous) et qui m’a parfois un peu laissé sur le carreau… un peu comme certains passages de Cleer en fait, j’en ressors avec l’impression d’avoir lu quelque chose de brillant mais de ne pas avoir tout compris.

Cela ne m’empêche pas de ressortir de cette lecture avec une impression globalement positive et une envie de lire plus de choses sur les expéditions en Antarctique. Mais je n’arrive pas à effacer totalement la petite pointe de frustration que j’ai pu ressentir sur la fin, dommage !

A noter que cette lecture a été l’occasion de tester une innovation sur ma liseuse : le prêt de livres numériques. Les bibliothèques de Paris proposent une offre de bibliothèque numérique depuis quelques mois déjà, je me suis enfin décidée à sauter le pas.

La mise en place (installation du logiciel Adobe et paramétrage) est un peu fastidieuse au début, surtout quand votre liseuse décide de planter et nécessite de la remettre à zéro à plusieurs reprises (je ne saurais jamais qui est responsable entre Kobo, Adobe, le câble ou Calibre), mais une fois que ça roule, c’est extrêmement pratique de pouvoir emprunter des livres sans même avoir à se déplacer, d’autant plus qu’il y a une belle sélection en SF.

CITRIQ

6 commentaires:

  1. C'est super ce système de prêts ! Pratique et rapide, il faudrait que ça se généralise (bon, ça demande surtout quelques moyens techniques que toutes les bibliothèques n'ont pas...).

    Et sinon, très bon roman en effet, dont le lieu d'action n'est pas pour rien dans ses côtés "mystère mystérieux". :D Quant à la fin, c'est kloetzerien finalement, c'est plus fort que lui, il faut toujours qu'il mette des trucs bizarres et obscurs... :D

    RépondreSupprimer
  2. Un saut dans l'Antartique plutôt intéressant :) C'est vrai qu'il y a certains passages dans la troisième partie qui laissent le lecteur circonspect.

    RépondreSupprimer
  3. Haha le prêt numérique de livres ! Pas encore essayé, je viens de refaire ma carte de biblio, je pourrai tester à l'occasion.

    Il est très intrigant ce bouquin et clairement le lieu est pour une bonne part de mon intérêt.

    RépondreSupprimer
  4. Rahlalla faut vraiment que je le lise ! (Avec tant d'autre).

    RépondreSupprimer
  5. @Lorhkan
    Des moyens techniques et financiers aussi ! Mais c'est très pratique en effet.

    @Acr0
    N'est-ce pas ?

    @Tigger Lilly
    C'est le lieu qui m'a attiré ^^.

    @Mariejuliet
    C'est l'histoire de notre vie ça !

    @Julien
    Bien résumé !

    RépondreSupprimer