lundi 21 décembre 2015

Etiquette & Espionnage – Gail Carriger

 
Il y a quelques années de cela, j’étais tombée sous le charme du Protectorat de l’ombrelle (chronique du tome 1 ici), une série assez improbable à quelque part entre le steampunk et la bit-lit (enfin l’anti-bit-lit serait plus exact) pour un résultat très drôle et extrêmement bien écrit.

Il était donc assez logique que je m’intéresse aux autres écrits de l’auteur, à commencer par sa série du Pensionnat de Melle Géraldine, du young adult se déroulant dans le même univers. L’avis de Blop m’ayant un peu refroidi à son sujet, j’ai préféré l’emprunter à la bibliothèque pour me faire ma propre opinion.

[Pour la petite anecdote il était systématiquement emprunté dans ma bibliothèque favorite, j’ai fini par le dénicher dans une autre bibliothèque à laquelle j’ai rendu visite car une étudiante de mon école avait eu la bonne idée d’y rendre un de nos livres. Comme je voulais être sûre de le revoir avant 2016, j’ai préféré aller le récupérer moi-même… et j’ai dévalisé le rayon SF fort bien achalandé en passant… on ne se refait pas !]

Bref, parlons un peu du livre en lui-même. Comme je vous le disais, il se déroule dans l’univers du Protectorat de l’ombrelle, mais plus tôt dans le temps (enfin ça j’ai mis du temps à le comprendre, j’y reviendrais). Nous sommes donc dans une sorte d’ère victorienne, mais avec du steampunk, des loups-garous et des vampires.

Et nous suivons les pas de Sophronia, une jeune fille de bonne famille qui à force d’aimer grimper et réfléchir fait le désespoir de sa mère, qui décide de l’envoyer au pensionnat de Melle Géraldine… Mystérieux pensionnat qui se charge certes d’inculquer les bonnes manières et l’art d’arranger son corsage aux jeunes filles, mais aussi des talents un peu plus surprenants telles que l’espionnage et l’assassinat.

Le concept de l’école cachée bizarre n’a en soit rien de bien original, mais du moment que l’univers est solide et l’intrigue rondement menée, cela ne me dérange pas… mais c’est justement ce qui m’a posé problème avec Etiquette & Espionnage, j’ai trouvé qu’il pêchait un peu par manque d’explications.

J’avais beau avoir lu les cinq tomes du Protectorat de l’ombrelle, je me suis retrouvée un peu paumé. L’univers est en effet fort semblable, mais j’ai trouvé qu’on avait fort peu de contexte (ce qui me dérange un peu vu que les lecteurs de Etiquette & Espionnage n’ont pas forcément lu Sans âme à priori), et j’ai eu du mal à comprendre le pourquoi des différences dans l’univers jusqu’à que quelques éléments m’indiquent que cette histoire se passait justement bien avant Sans âme.

Pour le reste… ma foi ce roman se lit très bien (ce qui fait du bien de temps en temps) et on passe un bon moment, mais il ne reste pas grand-chose à posteriori car les personnages comme l’intrigue sont assez lisses… et les commentaires de Sophronia n’arrivent à la cheville d’Alexia Tarabotti !

Bref si Le protectorat de l’ombrelle était une lecture détente vraiment soignée, drôle et originale, Etiquette & Espionnage est une lecture détente tout court, qui ne laisse pas un souvenir impérissable. Je jetterais un œil à la suite si j’ai besoin de m’aérer l’esprit, mais je pense que je vais plutôt guetter l’arrivée en français de Prudence, premier tome de la série Custard Protocol (tout un programme).

4 commentaires:

  1. Faudrait déjà que je lise sans âme -_-

    RépondreSupprimer
  2. @Tigger Lilly
    Je te le prête dès que tu as envie d'un truc léger :D

    RépondreSupprimer
  3. Ce roman m'avait fait une petite pause de lecture sympathique, et je m'étais dit que je continuerai avec plaisir... Au final, toujours pas de tome 2 dans ma liste de lecture (emprunt à la bib aussi pour moi)

    Par contre, j'ai hâte de découvrir Prudence aussi !

    RépondreSupprimer
  4. @Yume
    Autant profiter de la bibliothèque quand elle permet ces petites lectures sympathiques :).

    RépondreSupprimer