jeudi 4 décembre 2014

Mon prof est un extraterrestre (et ses suites) - Bruce Coville

Cet article est la preuve qu'il n'est jamais trop tard pour accomplir ses souhaits d'enfant. Mon prof est un extraterrestre et ses trois suites est un roman que j'ai toujours voulu lire étant petite (on en faisait un peu la promo dans tous les magazines que je lisais), mais à l'époque, pas moyen de mettre la main dessus en librairie et les librairies en ligne n’existaient pas encore.

Et puis il y a quelques semaines, Lune a lancé une discussion sur le forum Planète SF au sujet des livres qui nous avait fait découvrir la SF. Chacun y est donc allé de sa madeleine de Proust, jusqu'à que Jae_Lou cite ces livres-là. D’un coup, j’avais à nouveau envie de les lire, et elle a accepté de me les prêter et voilà !

Mon prof est un extraterrestre

Le titre du premier tome de la série est un résumé en lui-même. Nous voilà donc aux Etats-Unis, dans une classe de CM2 (enfin l’équivalent local) où la très gentille enseignante, Mme Schwartz a disparu pendant les vacances, et a été remplacé par le très froid Monsieur John Smith.

L’héroïne de l’histoire, Susan découvre un soir que John Smith n’est qu’un faux nom utilisé par un extraterrestre (ça sera pas le premier alien à nous faire le coup…), et que celui-ci a pour mission de kidnapper des enfants. Mais comment l’en empêcher alors que personne ne la croira jamais ? En demandant de l’aide au fan de science-fiction de la classe pardi ! (à une autre époque on l’aurait appelé le geek).

Mon prof est un extraterrestre est un roman simple mais très efficace. L’auteur a parfaitement réussi à reconstituer l’ambiance d’une classe d’école (avec l’intello, la brute, le solitaire…), et offre une histoire tout à fait crédible : même si les enfants se retrouvent à sauver le monde, ils le font avec des moyens à leur niveau. Bref on s’amuse beaucoup, et on vite fait d’enchainer sur la suite.

Ciel, encore un prof extraterrestre !

On prend les mêmes et on recommence avec ce deuxième tome… ou pas tout à fait. L’intrigue de base semble globalement la même (« Oh non, mon prof est un alien ! ») à ceci près qu’elle se déroule au collège. Cependant l’histoire prend un tour nouveau en adoptant comme héros Duncan, la brute du tome précédent. Cela donne l’occasion de plonger dans sa tête et de changer de perspective, un parti-pris plutôt surprenant et très intéressant.

Duncan se retrouve en plus à devenir plus intelligent grâce à une machine alien, et commence du coup à réfléchir à ses actions. La façon dont cette question est traitée peut sembler simpliste aux yeux d’un adulte, mais pour un roman jeunesse ça fait déjà une bonne piste de réflexion. Et à la fin de l’histoire, on part carrément vers d’autres horizons…

Mon prof s’allume dans le noir

Changement de décor radical pour ce tome-ci, qui nous fait suivre les traces de Peter, le jeune fan de science-fiction du premier tome qui avait décidé de partir dans l’espace à la fin du tome 1. C’est donc l’occasion de découvrir la raison de la présence d’aliens sur Terre, et surtout de découvrir l’incroyable civilisation galactique qui les a envoyés sur notre bonne vieille Terre.

Avec ce tome on bascule un peu dans le space-opéra pur : des aliens de toutes sortes, de la technologie ultra-avancée (dont ces géniaux MIG –modules d’interaction galactiques– qui évoquent nos tablettes ou smartphones), des confédérations galactiques. Il ne se passe pas grand-chose mais on se régale à découvrir l’univers.

D’ailleurs j’ai trouvé que l’auteur s’était donné du mal pour faire fourmiller de détails son texte. A un moment notre jeune héros se retrouve équipé d’un traducteur universel, qui traduit certes la langue mais aussi la gestuelle (impliquant donc que toute communication n’est pas verbale). Tout le monde n’aurait pas pensé à inclure cette fonctionnalité !

Mon prof a bousillé la planète

Ce dernier tome permet aux intrigues des premiers tomes de se rejoindre enfin (de même que Susan, Duncan et Peter qui se retrouvent enfin). Les trois enfants sont renvoyés sur Terre avec leurs profs extraterrestres en mission d’observation. C’est une mission de la dernière chance, car s’ils n’arrivent pas à prouver que l’humanité n’est pas irrécupérable, leur planète sera détruite.

L’intrigue m’a d’ailleurs un peu fait penser à Un plan sur la comète de Emile Bravo, et c’est peut-être à cause de ce dernier tome que les romans sont conseillés « dès onze ans ». Jusqu’au tome 3, on est globalement dans du divertissement pur, mais cette ultime histoire fait beaucoup réfléchir.

On y voit en effet les enfants visiter la planète et assister à des scènes de guerre, visiter des camps de réfugiés, constater que la misère n’est pas réservée aux pays pauvres mais se trouve aussi pas loin de chez eux. Rassurez-vous il n’y a pas que du noir dans cette histoire (et le final est tout ce qu’il y a de plus heureux), mais j’ai trouvé le texte un peu plus rude que ses précédents.

En tout cas même avec vingt ans de retard, je ne suis pas mécontente d’avoir découvert cette série. Si elle peut sembler un peu désuète aujourd’hui (l’absence d’ordinateurs ou de téléphones portables saute aux yeux), c’est vraiment une série de SF sympathique, facile à lire et bien écrite, le genre que je ferais bien lire à mes neveux/filleuls/petits-cousins/etc. Dommage qu’elle ne soit plus éditée !

CITRIQ

7 commentaires:

  1. Ah oui tiens .... Je vais regarder si le premier tome ne traine pas dans la BCD de l'école, le titre me dit quelque chose ^^
    Par contre ... l'intello, le solitaire et la brute .... je n'ai pas de ça moi dans ma classe, xD

    RépondreSupprimer
  2. Ca devrait être pas mal dis donc ça ! Bizarrement je ne me souviens pas d'en avoir déjà entendu parlé petite, ou alors j'ai oublié ^^

    RépondreSupprimer
  3. @Endea
    Oui pardon c'est peut-être des stéréotypes du récit ces figures là xD

    @Shaya
    C'est très sympa en effet.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que ces figures-là sont des classiques des fictions américaines (même si on les voit plus souvent au lycée) !
    J'avais beaucoup aimé cette trilogie à l'époque, il y a de la profondeur pour des romans jeunesse (avec le point de vue de la brute, la violence et la misère très présentes chez l'humanité...) ! C'est dommage qu'ils ne soient plus réédités !

    RépondreSupprimer
  5. @JainaXF
    Ca reviendra peut-être... Moi aussi j'ai bien aimé le fait qu'on se mette dans la tête de la brute justement ^^

    RépondreSupprimer
  6. Ca a l'air très sympa ^^ J'aurais bien voulu les lire quand j'étais gamine.

    RépondreSupprimer
  7. @Tigger Lilly
    Tu n'as plus qu'à demander à Jae_Lou d'en faire un livre voyageur ^^

    RépondreSupprimer