mercredi 17 octobre 2018

Doctor Who 11x01 – The Woman Who Fell to Earth


Chaque régénération du héros dans Doctor Who est un évènement attendu avec autant d’enthousiasme que d’anxiété. Si on apprécie le renouvellement généralement bienvenu que le changement d’acteur apporte, il faut aussi dire au revoir à une incarnation à laquelle on s’est attachée. Pour cette nouvelle saison, la transition est d’autant plus brutale que c’est toute l’équipe qui change. Penchons-nous donc sur ce premier épisode, comme toujours avec quelques spoilers.


Depuis son retour à la télévision en 2005, Doctor Who a connu pas moins de quatre incarnations du Docteur (cinq en comptant le « War Doctor »). La série avait cependant jusque-là gardé une certaine continuité, notamment par sa BO ou parce que Steven Moffat, qui a remplacé Russel T. Davies comme showrunner à partir de la saison 5, avait déjà planté les germes de son univers dans certains épisodes des premières saisons.

Avec cette nouvelle saison dirigée par Chris Chibnall, on a presque l’impression de repartir à zéro : l’équipe a été totalement renouvelée (même Murray Gold est parti, snif) et les changements sont nombreux, à commencer par le Docteur qui après de nombreuses allusions s’est enfin décidé à passer le cap et à s’incarner en femme sous l’apparence de Jodie Whittaker. Une sacrée page qui se tourne donc…


Pourtant quand l’épisode démarre on se retrouve immédiatement dans l’ambiance. Certes nous ne sommes pas à Londres mais dans une petite ville du nord de l’Angleterre (comme pour le début de la saison 5 en fait), et si aucun Dalek ne semble pointer le bout de son entonnoir, les phénomènes étranges et les aliens sont déjà de la partie.

Le temps d’introduire les nouveaux compagnons du Docteur pour cet épisode (et probablement pour le reste de la saison ?) et neuf minutes plus tard, voilà le Docteur qui tombe littéralement du ciel pour prendre en charge la situation (alors j’aurais bien dit « la Docteur » mais la langue française est un peu bornée sur le sujet, au moins les anglophones ne se posent pas la question !).

S’en suit les classiques alternances de course à pied, d’enquête, de chasse aux monstres, de duels verbaux et de séances de bricolage étranges. Premier épisode d’une nouvelle incarnation oblige, on ajoute un petit coma, pas mal d’incertitudes du Docteur sur son identité et forcément des soucis de TARDIS et/ou de tournevis sonique (ici c’est les deux !).


Pour ma part j’ai apprécié ce premier épisode. Certes il est difficile de se faire un avis à l’aune d’un seul épisode, mais je trouve que c’était un début plein de promesses.

Déjà, j’ai bien aimé la simplicité et le caractère très introductif de l’histoire qui permettent à quelqu’un qui voudrait découvrir la série de se lancer sans avoir à regarder les dix saisons précédentes (sans parler de la série dite « classique »). Certes l’épisode a peu de chance de vous mettre des papillons dans l’estomac (si on joue le jeu des comparaisons avec d’autres débuts de nouveaux Docteurs), mais il remplit son contrat et donne envie de voir la suite.

Ensuite, The Woman Who Fell to Earth a clairement titillé ma curiosité avec sa volonté de renouveler le modèle. Si certains éléments restent (encore heureux), je suis heureuse notamment de voir enfin démoli le schéma usé du « un Docteur/un compagnon ». On part ici plutôt sur un quatuor plutôt bigarré qui rappelle un peu l’époque du premier Docteur : mine de rien on a le jeune héros, Ryan, sa grand-mère accompagnée de Graham, son nouveau mari (qui est un peu en froid avec Ryan) et Yasmin, une apprentie-policière ancienne camarade de classe du héros.

La grand-mère ne survit pas à l’épisode (d’ailleurs le nombre de morts pour ce premier épisode par ailleurs assez jovial est assez étonnant, en voilà un autre changement) mais les trois autres semblent bien partis pour durer, voilà qui promet d’étonnantes interactions.


Et puis bien sûr, il y a ce nouveau Docteur incarné par Jodie Whittaker.

A la base je ne savais pas trop quoi en penser. Lors de l’annonce, j’étais très contente de voir la série oser ce renouvellement et un peu perplexe car les rôles où j’avais croisé l’actrice ne donnaient pas à forcément un aperçu de sa performance de Docteur.

Un épisode plus tard, je dois dire que je suis déjà conquise, bien que son incarnation soit encore en phase d’élaboration. Ce nouveau Docteur est attachant, décalé, héroïque quand il le faut et loufoque à peu près tout le temps. Elle n’a pas l’air très torturé intérieurement (ce qui ne fait pas de mal) et semble à priori beaucoup plus chaleureuse que Capaldi.

Et l’épisode n’en fait pas des caisses sur le fait que ce soit une femme (le sujet est évoqué à deux reprises), ce qui est à mon avis très appréciable, cela rappelle que c’est un changement dans la continuité et ça ne fait pas de mal après tout le pataquès qui a suivi l’annonce de son casting (il y avait même eu un article dans Le Parisien !). 

Bien sûr, il faudra attendre les épisodes suivants pour en savoir plus et voir à quoi va vraiment ressembler cette nouvelle mouture de Doctor Who… notamment en ce qui concerne la musique ou le générique de début (absent de cet épisode), mais en tout cas c’est un début prometteur, vivement l’épisode suivant !


Note de fin : comme j’ai plus le temps de revoir l’épisode en faisant mon compte rendu, je me rends compte que j’en ai oublié d’évoquer mes passages favoris :
  • toute la scène à bord du train
  • la fabrication du nouveau tournevis sonique
  • la course au monstre sur le chantier où chacun a son rôle à jouer (belle confrontation entre le Docteur et le méchant d’ailleurs)
  • le « twist » final sur la vidéo de Ryan, très émouvant surtout avec la séquence qui suit
(Comment ça, presque tout l’épisode tient dans ces quatre séquences ?)

D’autres avis : Yoda Bor, Zakath Nath


13 commentaires:

  1. Je partage ton ressenti sur cet épisode introductif, bien aimé qu'ils n'en fassent pas des tonnes avec le Docteur féminin.
    Le seul point qui m'a titillé est le choix des acteurs selon leurs couleurs. Cela sent trop la bienséance et le passage obligé, cela ne fait pas très naturel.
    Autant sur le genre, la prod n'en rajoute pas, autant elle fait le contraire sur le cosmopolitisme de circonstances. Bref, ça sent trop le quota !
    Donc j'espère que les épisodes suivants seront un peu moins politiquement correct et "fait pour le plus grand nombre", surtout dans les intrigues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      C'est assez vrai pour les compagnons, faut attendre de les voir se développer un peu (pour le moment c'est là dessus qu'il y a encore du travail ^^

      Supprimer
  2. Globalement je suis plutôt d'accord avec ton avis, la nouvelle incarnation du Docteur a l'air sympathique et son côté moins torturé va être bien agréable. Par contre pour le moment, j'ai beaucoup de mal avec les compagnons, la seule qui me parlait est celle qu'ils ont tué :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Maintenant que j'y pense moi aussi je l'aimais bien la grande-mère ^^

      Supprimer
  3. Il y a clairement encore une marge de progression, notamment dans l'interprétation de Jodie Whittaker, mais c'est en effet très satisfaisant pour un premier épisode !
    La scène de création du tournevis sonique était étonnante (et amusante). Est-ce qu'on avait déjà vu une scène de ce genre auparavant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      Ca me dit rien dans la nouvelle série, jusqu'à maintenant les tournevis soniques étaient souvent distribués par le TARDIS. Ceci dit on a déjà vu quelques séquences de construction étranges (avec Onze notamment).

      Supprimer
  4. "je suis heureuse notamment de voir enfin démoli le schéma usé du « un Docteur/un compagnon ». " J'ai trouvé ça sympa aussi^^
    J'ai bien aimé Jodie Whitaker aussi.
    Tout cela me rappelle qu'il faut que je regarde le 2ème épisode ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Bah oui t'as une semaine de retard ^^

      Supprimer
  5. Bien vendu!
    Bon j'ai des trucs à rattraper sur cette série. Je pense avoir vu des choses, mais pas "en continu".... whooo la lacune!!!! #SHAME!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Valeriane
      Justement, cette saison 11 est un excellent point de départ ^^

      Supprimer
    2. Ma moitié était fort assidu, donc j'imagine qu'il va bientôt se ruer (bon okay... c'est moi qui les trouve sur le net ;-)) Je vais prendre ça de pieds fermes aussi!

      Supprimer
  6. Super intéressant. Comme tu le sais je ne regarde pas mais je me demandais ce qu'allait donner ce début de saison tant attendu. Ça a l'air sympa. C'est vrai qu'il semble y avoir un côté décalé et amusant très attirant dans cette série. J'espère que la docteur aura une belle carrière.
    (Bon je ne commenterai sûrement pas les prochains résumés, n'ayant vraisemblablement rien de pertinent à dire, mais sache que je lis TOUS tes articles Docteur Who. ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Tu vas devenir la fan la plus improbable de la Terre à force xD

      Supprimer