lundi 2 février 2009

Les 1001 guerres de Billy Milligan – Daniel Keyes


C’est assez étrange, parce que pour un bouquin que j’attendais avec impatience, je ne sais pas trop quoi en penser. Les 1001 guerres de Billy Milligan (ou The Milligan Wars en VO), c’est la suite des 1001 vies de Billy Milligan (c’est là où on sort un « sans blague ?! » habituellement).

Pour ceux qui ont raté l’épisode précédent, les 1001 vies racontaient la vie et le procès d’un homme atteint du syndrome de personnalité multiple (ou SPM), et dont la tête contient rien de moins que 24 personnalités différentes. C’était un roman passionnant, frappant et qui ne laissait pas indifférent, parce qu’il plongeait au cœur du fonctionnement de l’esprit humain.

Le deuxième me laisse une impression un peu plus mitigée. L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée, à savoir lorsque Billy est transféré à l’hôpital-prison de Lima. Commence alors une longue période entre mauvais traitements et incompétence médicale, avec des allers-retours entre différents hôpitaux et les tribunaux, entre la liberté et la prison…

Autant prévenir d’ailleurs, il faut avoir le cœur solide pour encaisser les 100 premières pages, parce que ça secoue sérieusement, croyez-moi. L’écriture de Keyes une fois de plus joue beaucoup. Sans fioriture, brute, elle laisse parler les évènements. L’important n’est pas dans les mots, mais dans ce qui se passe. Institutions judiciaires, psychiatriques, médicales, tout le monde en prend pour son grade d’ailleurs…

En fait, ce n’est pas que ce roman n’est pas bon, bien au contraire, je l’ai littéralement dévoré. C’est juste que complètement détaché des 1001 vies, les 1001 guerres perdent un peu de leur sens e ressemble finalement à une biographie « presque » banale, où l’on sent l’auteur bien plus proche que dans le tome précédent. Ca a ses bons et ses mauvais cotés… le texte est quand même plus personnel, par contre, on perd un peu de la neutralité du tome précédent…

Ca n’en reste pas moins un texte à lire, mais je pense que ça doit être d’autant plus pertinent de le lire dans la foulée du 1er tome, parce que c’est définitivement plus une suite qu’un roman en lui-même…

Ah oui et pour ceux qui ont raté le début, mon avis sur le premier tome, c'est par là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire