dimanche 8 février 2009

Twilight & co – Stephenie Meyer


1. Twilight (Fascination)
2. New moon (Tentation)
3. Eclipse (Hésitation)
4. Breaking Dawn (Révélation)

Après le film, les livres, vous deviez vous en douter… Il m’a fallut une semaine pile poil pour dévorer les 4 tomes, puisque j’ai commencé le premier vendredi dernier pour finir le 4e pas plus tard qu’hier soir…

Dévorer, c’est bien le mot, j’avoue que je ne m’étais pas offerte une telle orgie de lecture depuis longtemps, au point que je me couchais à 23h juste pour pouvoir lire jusqu’à minuit tranquille… ça fait du bien de lire autant de temps en temps…

Pour l’anecdote j’ai investi dans la VO parce que c’est extrêmement facile à lire, que les volumes sont accessoirement deux fois moins chers qu’en français, et aussi parce que dans le fond, j’aurais pas pu m’enfiler les quatre en français sans saturer… l’avantage de lire en anglais c’est que j’ai une lecture parfois assez superficielle qui s’arrête moins sur la haute teneur en guimauve des dialogues (ça devrait vous expliquer pourquoi je lis des fanfictions essentiellement en anglais…)

Bref revenons à nos moutons… nous avons donc Bella, nouvelle arrivante à Forks, le beau et mystérieux Edward dont elle est amoureuse, et Jacob, indien quileute également proche de Bella. La série Twilight, si on simplifie grandement l’histoire, raconte les interactions entre ces trois-là. Et vous n’en saurez pas plus sur l’intrigue parce que j’aime pas les spoilers ^^.

Bon alors au final qu’est ce que ça donne cette série ?
Et bien elle n’est pas si mal que ça. Il faut reconnaître qu’elle est extrêmement distrayante et qu’on accroche assez vite aux premiers tomes, malgré quelques essoufflements par moment. Même si on lève parfois les yeux au ciel dans certains passages, c’est vraiment de la lecture détente.

Je comprends assez facilement qu’elle plaise à un large public (de jeunes filles), parce qu’il est très facile de s’identifier à Bella (d’autant plus que l’histoire est racontée à la première personne) : peu sûre d’elle mais capable de faire preuve de détermination si nécessaire, complètement amoureuse, parfois si heureuse, parfois si déprimée…

Et même si on ne s’identifie pas, on se laisse facilement attendrir, parce que les coups de foudre et les histoires d’amour pleines d’embûches, ça marche à tous les coups et depuis un nombre incalculable de générations… ajoutez à ça un troisième larron et vous avez de quoi remplir une belle série de romans à l’eau de rose avec les tensions entre les différents personnages.

Là-dessus, on trouve une petite couche de vernis fantastique qui permet d’enrichir la narration, bien que ça reste , question vampires, assez aseptisé et gentillet, comparé au travail d’une Anne Rice ou d’une Tanith Lee. Stephenie Meyer s’en sort mieux du coté des légendes quileutes.

Bon après, pour les points négatifs, il y a une certaine niaiserie des dialogues et pensées qui finit par porter sur les nerfs. Autant prévenir tout de suite pour que vous soyez préparés si jamais vous lisez la série, Bella tombe amoureuse de Edward parce que c’est le plus bel homme du monde, et elle le répète à l’infini jusqu’à la fin du tome 4, en moyenne une fois toutes les deux pages… (elle pourrait quand même de temps en temps mettre en avant ses autres qualités parce que bon…)

Et puis, coté scénario, ce n’est vraiment pas ça. Si dans les tomes 1 et les 2 les intrigues sont assez simples si bien qu’on y pense pas trop, les tomes 3 et 4 essaient de construire quelque chose de plus élaboré avec des soi-disant mystères et du suspense… honnêtement pour le tome 3, je me suis demandé si les héros étaient tous des débiles profonds pour ne pas assembler les éléments de suite, et le 4 la troisième partie est assez mal maîtrisée…

Oui parce que les tomes ne sont pas tous égaux entre eux. Twilight se lit bien (j’avoue avoir peu d’avis parce que quand on a le film –extrêmement proche- en tête, on fait peu attention au texte), New Moon est le meilleur à mon avis, sans doute parce que c’est le plus sombre de tous, prenant aux tripes pendant bien les 2/3 d l’ouvrage. Eclipse démarre bien, mais souffre d’un passage à vide au milieu avec une intrigue un peu poussive parfois. Ceci dit, il se rattrape sur la fin, surtout grâce à de très bons dialogues entre les trois héros.

Quant à Breaking Dawn, c’est un peu du gâchis. Très bien parti, avec quelques bonnes pistes, et l’idée originale pour une fois de changer de point de vue et de faire parler Jacob au lieu de Bella pour sa deuxième partie, il s’essouffle dans une troisième partie longuette, peu attractive et tombant parfois dans la facilité. Disons que ça m’a évoqué ces fanfictions qui durent, durent, durent, où tout est parfait et où l’on s’ennuie en attendant que quelque chose se passe vraiment.

Bref Twilight et ses suites ne sont pas des chefs d’œuvre de la littérature, mais ils se lisent bien en règle générale, un peu comme des Harlequin à la sauce fantastique, avec trois héros sympathiques dont les interactions font toute la saveur de la lecture.

Ce n’est pas la révélation (bien que ce soit le titre du tome 4 en vf) de l’année, et si je devais comparer à Harry Potter, comme tout le monde s’amuse à le faire (menfin ça revient un peu à comparer Alice au Pays des Merveilles et Le Livre de Cendres), je dirais que c’est un cran en dessous. En terme d’histoires d’amour, Stephenie Meyer se défend bien mieux que JKR, mais l’écriture d’Harry Potter est quand même un peu plus riche en terme de contenus et de réflexions…

7 commentaires:

  1. Effectivement de la lecture détente... J'ai pas lu les auteurs que tu cites pour les vampires, ce qu'a fait Meyer est peut être moins bon mais ça passe bien.
    Par contre si tu as levé les yeux au ciel devant certaines pensées ou commentaires de Bella, imagine pour un mec qui lit les livres...
    N'importe comment j'ai fini le tout en passant un bon moment.

    RépondreSupprimer
  2. j'kiffe tro Edwaaaaaardeeuh !






    En fait non.
    Surtout qu'on m'a raconté la fin et que niveau histoire d'amour c'est encore plus tordu xD

    RépondreSupprimer
  3. l’avantage de lire en anglais c’est que j’ai une lecture parfois assez superficielle qui s’arrête moins sur la haute teneur en guimauve des dialogues (ça devrait vous expliquer pourquoi je lis des fanfictions essentiellement en anglais…)

    ça fait un moment que je tourne autour de la même idée sans arriver à la formuler avec autant de concision... Bravo !!

    RépondreSupprimer
  4. Twilight, Twilight ... le phénomène du moment. J'ai lu les livres ( en VF, pauvre de moi ), avant de voir les films ( et avant leur succès ), et voilà ce que j'en ai pensé : c'est pauvre.
    Pauvre pour ce qui est du style, avec ce mélange gênant de lexique moyenâgeux et de vocabulaire courant, les multiples répétitions et les descriptions physiques ultra-mélioratives.
    Pauvre pour ce qui de l'héroïne et de son estime d'elle-même : on en finit plus avec l'auto-apitoiement.
    Pauvre pour ce qui est de l'intrigue : sans mentionner qu'il faut remercier Stephenie Meyer pour la pluie de vampires qui s'abat sur nos librairies, l'intrigue ne casse vraiment pas trois pattes à un canard.
    Et j'avoue que le côté bon-chrétien et pas-de-sexe-avant-le-mariage m'a énervée, ainsi que l'usage abusif du mot "marmoréen".
    Mais malgré tout - allez savoir pourquoi -, ces tomes m'ont - c'est le mot - détendue et vaguement amusée pendant les surenchères de guimauve honteuse.
    C'était jusqu'à ce que je voie le désastre des films. Je n'en finirais pas s'il me fallait les commenter. Un seul mot : la scène de l'oignon. Sans doute la pire scène de l'histoire du cinéma. Je ne sais pas si je pourrai me repencher sur les livres sans penser à ce désastre.

    RépondreSupprimer
  5. La scène de l'oignon ? C'est dans lequel ça ?
    C'est marrant parce qu'on est beaucoup à finalement les avoir vu/lu et à reconnaitre honteusement avoir-passé-un-bon-moment-mais-que-c'était-nul-quand-même-pour-qui-me-prenez-vous-?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. On se retrouve... C'était nul, mais on a aimé.
      Doit-on avoir honte d'avoir des goûts de chiotte ? Non, on peut avoir honte de ce qu'on fait, pas de nos goûts.
      Parce que les goûts et les couleurs, hein... C'est comme en cuisine et en déco : ça ne se discute pas.
      Même quand on ne comprend pas pourquoi(MON DIEU POURQUOI ?) a-t-on aimé cette débilité ?
      ;D

      Supprimer
    2. Parceeeeeee queeeeeeeeee !!
      (oui je sais c'est pas très constructif mais c'était trop tentant :D)

      Supprimer