samedi 30 août 2008

Star Wars : The Clone Wars - Dave Filoni



Pour quelqu’un qui a une étagère qui déborde de bouquins et autres produits dérivés Star Wars, la section éponyme de mon blog est bien peu fournie sur le sujet… il faut dire aussi que si on compte toutes les nouveautés (films/dvd/jeux/livres/comics) chaque mois, on finit vite noyé dans la masse… D’ailleurs j’avais un peu zappé la sortie de ce film d’animation au ciné, avant que le matraquage médiatique colle toutes ses affiches dans la capitale…

Bref bien que les trilogies soient belles et biens complètes, il reste toujours de la place pour caser de nouvelles histoires, notamment, dans le cas de tout ce qui est estampillé « Clone Wars », entre les épisodes 2 et 3.

Vous avez déjà peut-être eu l’occasion de le découvrir, notamment avec le dessin animé Clone Wars, passé sur M6 je crois, et en tout cas dispo en 2 dvds, qui offrent deux heures de pur délire visuel dans l’univers de Star Wars (y’a qu’à voir les têtes des personnages), s’appuyant sur un médium qui offre beaucoup plus de liberté, et avec des histoires typiquement SWesques (sabrolasers, vaisseaux, droides, siths et autres armes de destructions massives étant de mise), avec en conclusion le prologue de l’épisode 3, rien que ça ! Le résultat peut plaire ou non… personnellement je garde un bon souvenir, surtout quand Mace Windu décime à mains nues une armée de droides… peu réaliste mais jouissif !

Bref dans une veine toute autre, il y avait aussi les comics, 10 volumes en français avec de très bonnes histoires, s’offrant parfois une veine bien plus sérieuse que les films, notamment sur le personnage de Quinlan Vos… mais je m’égare.

Enième avatar de cette époque, voilà le film d’animation en images de synthèse, Star Wars : The Clone Wars (avec un titre comme ça, y’a peu de chance de le confondre avec le reste, ça ne fait aucun doute…). Celui-ci se situe quelque part entre l’épisode 2 et le 3, et quelque part entre le début et la fin de la saison 2 du dessin animé Clone Wars (parce qu’Anakin est chevalier mais que c’est avant l’épisode 3 pour des raisons évidentes). Coté continuité, c’est le bordel, mais on a l’habitude dans le fond ^^.

L’histoire est assez simple : le fils de Jabba a été enlevé par des pirates, et les Jedi doivent le retrouver puisque 1) Ca leur permettrait d’obtenir l’autorisation de traverser l’espace Hutt, pratique vu que les Séparatistes occupent les autres routes hyperspatiales et 2) Ca leur éviterai de se retrouver avec les Hutts à dos. Evidemment, les seuls Jedi disponibles pour cette mission sont Anakin et Obi-wan, bien qu’au début de l’histoire ils soient plus qu’embourbés dans une bataille…

Les habitués sont toujours au rendez-vous, notre duo de Jedi favoris, les grands et sages Jedi comme Yoda et Mace Windu, Palpatine, Dooku, Ventress, Padmé, un bon paquet de droides et à peu près autant de clones. A noter une nouvelle tête, là pour que les enfants aient aussi leur héros, Miss Ahsoka Tano, nouvelle padawan, sorte de Shaak Ti junior (l’espèce de Twi-lek à rayures pour ceux qui situent pas).

La présentation est faite, mais qu’est-ce que cela donne au final ? Un résultat assez mitigé. L’animation en images de synthèse fait beaucoup de bien à Star Wars, vu que de toute façon on en était arrivé au point où il ne restait guère sur le plateau que les acteurs (et encore…). Du coup, cet univers n’a rien de faux, il fait même plus « vrai », à condition qu’on apprécie les traits caricaturales des personnages (je suis assez fan, sauf pour Padmé pour qui c’est vraiment ingrat… autant dans le dessin animé elle était mignonne, là c’est un pur laideron !)

De plus, cela libère l’histoire de pas mal de contraintes de réalisme, ce qui est très pratique. Scientifiquement parlant, il y a pas mal d’aberrations qui ne seraient vraiment pas passées dans des films, mais qui là ne dérangent pas, surtout en terme de combat…

Enfin en même temps, difficile de parler d’autre chose que des combats, il n’y a que ça dans ce film, à l’exception de deux ou trois pauses. C’est à la fois une force et une faiblesse : en effet, quand on sait que le pire dans les derniers épisodes étaient lorsque les combats cessaient (vous vous rappelez du pique-nique dans la prairie ?), au moins ils ont résolu le problème d’une manière radicale : que des combats sur terre, dans les airs, en sous-sol, à mains nues ou à grosse dose d’artillerie… c’est un véritable catalogue !

Le problème, c’est que le film en devient cacophonique et un peu usant, visuellement parlant et surtout auditivement parlant. C’est un peu le gros défaut du film, d’avoir voulu avoir le son le plus bourrin possible, à tel point que dans une bonne salle de ciné, on finit les oreilles explosées, sans jamais avoir entendu ni la musique ni les gens parler. Oui bon je sais, des beaux effets sonores c’est la classe, mais trop, c’est vraiment trop !

Coté animation, c’est très chouette dans l’ensemble, à un défaut (de taille) : Tatooine, qui ressemble à la planète quand on la visite dans n’importe quel jeu vidéo Star Wars : lisse, et limite on en voit les pixels ! De ce coté là ils ne sont pas au point. L’autre problème n’est pas tant dans la réalisation que le rendu, il s’agit des sabrolasers. Autant c’est une arme qui pète et qui en impose en règle générale, et tout particulièrement dans les films (« l’arme noble d’une époque révolue »), autant là les résultats sont assez décevants… je ne sais pas si c’est le « tout image de synthèse » ou l’abus de son utilisation qui fait ça, mais en tout cas, le frisson qu’on a rien qu’en entendant le bruit ou en voyant quelqu’un le manier… parti !

Les doublages sont relativement fidèles aux acteurs, on a même quelques persos doublés par leurs homologues réels… Y’a juste Obi-wan qui en pâtit et perd sont petit je-ne-sais-quoi de chantant qu’il a, en Alec Guiness comme en Ewan Mc Gregor… Un peu dommage vu que c’est un des personnages les plus intéressants et funs de la nouvelle trilogie, qui plus est sacrément doué pour l’impro théâtrale quand il s’y met dans cet opus…

Anakin est toujours un peu tête à claque, mais l’éviscération de ses habituels problèmes de cœur atténue un peu ce fait, du coup on le regarde faire avec plaisir, et il y a quelques bons moments avec Ahsoka, qui pour une fille parachutée là pour faire plaisir aux jeunes, s’en sort pas trop mal (à condition de laisser de coté le fait qu’elle a une maîtrise de la Force sans doute un peu trop bonne pour son âge…).

Bref au final, un Star Wars qui se laisse regarder, mais qui souffre un peu de sa surenchère, et des contraintes de l’audience (genre ne pas doubler un hutt et imposer le droide traducteur pour éviter les sous-titres qui poseront problème aux plus jeunes, à la longue, c’est fatiguant, et les personnages passent pour des crétins en plus). Coté histoire, on n’arrive pas au niveau des anciens films ou de certains livres & comics, malgré une belle tentative de manipulation politique, mais ne désespérons pas, un jour ça viendra peut-être… y’a encore la série qui suit, ainsi que la série live…

En attendant, m’en vais patienter d’ici la sortie du prochain tome de Kotor ou de Legacy, faudrait que je vous en parle un de ces 4, c’est vraiment des séries qui sont chouettes…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire