mardi 8 janvier 2008

Knights of the Old Republic



Dans la vie, il faut parfois savoir évoluer, même en terme de jeux vidéo. Et puis, c’est vrai qu’utiliser un bel ordi tout neuf pour jouer à Monkey Island et à Baldur’s Gate, ça ressemble presque à une insulte, donc qu’à cela ne tienne, je suis allée à la fnac pour trouver du neuf… Enfin façon de parler, Knights of the Old Republic (Kotor en abrégé) datant de 2003.

Bref c’est quoi ce jeu ? Bien si vous n’avez pas remarquer le gros titre en haut de la jaquette, mettons tout de suite les choses au point, l’aventure se déroule dans l’univers de Star Wars, droïdes, sabrolasers et aliens bizzaro inclus… Pour le type de jeu, on a affaire à du jeu de rôle, et comme c’est co-réalisé avec la boite qui a produit la série Baldur’s Gate, c’est que du bonheur… quant aux graphismes, c’est de la 3D (évolution majeure dans mon cas ^^), en immersion s’il-vous-plait…

L’histoire est assez simple, mais tout de même dense et passionnante. Vous commencez votre aventure sur un vaisseau sur le point d’être détruit, en temps que soldat dans l’armée républicaine, en pleine guerre contre les Siths, quelques 4000 ans avant les épisodes les plus connus de la saga Star Wars. Bref c’est l’occasion idéale, avec des ennemis de partout et des murs qui vous pètent à la figure, de découvrir comment fonctionne le jeu ^^

Ensuite, on se retrouve sur une planète contrôlée par l’ennemi à se balader dans les bas-fonds pour retrouver une Jedi, et la suite de l’histoire implique d’aller sauver la galaxie (ou presque…) et de devenir Jedi. Le grand avantage du jeu, c’est qu’on peut aussi faire tout le contraire, à savoir devenir Sith et partir à la conquête de la galaxie (ou presque…).

Bon autant le dire tout de suite, il ne m’a pas fallut moins d’une heure pour devenir accro à ce jeu, et là j’en suis à ma troisième partie, sans m’en lasser… une fois qu’on maîtrise l’interface et le système de combats (qui n’est pas forcément d’une clarté limpide au premier abord…), c’est que du plaisir… les graphismes sont ma fois plutôt chouettes l’environnement est très travaillé (bon si on omet quelques incongruités dans les plans des vaisseaux spatiaux…^^), avec une ambiance qui reprend tout ce qui fait Star Wars (comme je le disais plus haut, du sabrolaser aux aliens en passant par le vieil ermite avec ses paraboles à 3 crédits et la cantina sordide…).

L’ambiance ne faisant pas tout, il convient de se pencher sur le scénario, qui, il faut le dire, est assez grandiose, mais je dirais rien de plus ici… retenez juste que bien qu’étant assez linéaire, la plupart des quêtes qu’il propose ont plusieurs solutions possibles, ce qui rompt la monotonie… d’autant plus que si dans certains cas, le manichéisme gentil petit jedi / gros méchant sith est clair, dans d’autres cas, cela devient carrément trouble…

Oui parce qu’évidemment, dans ce jeu, on ne choisit pas Sith ou Jedi sur le menu, il faut le devenir… donc plus vous êtes méchants, plus vous allez du coté obscur, et vice-versa, sachant que cela peut avoir une certaine influence sur vos pouvoirs (ou du moins sur le nombre de points de force qu’ils vous coûtent… c’est un peu comme le mana dans les jdr classiques ^^)

Autre point fort (in my humble opinion) du jeu, sachez également que les personnages qui voyagent avec vous sont très travaillés, avec une bonne dose d’interactivité… on en est pas au niveau de Planescape Torment, mais franchement, ils sont vraiment attachants, même les plus insupportables… J’avoue être fan de HK-47 (et son incroyable vision de la vie) et de Jolee (Maitre Yoda sans la grammaire inversée et en plus grand).

Bref, je n’ai qu’une hâte, avoir 15 jours de libre pour jouer au deuxième volet… suis pas non plus folle au point de m’y mettre à trois mois de la fin de l’année ^^.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire