lundi 29 octobre 2007

Stardust : le mystère de l'étoile - Matthew Vaughn



Vous attendiez peut-être Sailor Moon (ca viendra…) ou n’importe quel bouquin de fantasy, et bien non ! Car la date fatidique du 24 octobre est passée (non, la sortie d’HP7 c’était le 26 pour ceux qui errent, ah tiens j’ai un compte rendu de soirée à faire aussi ^^)… donc bref, le 24 c’est l’arrivée en France de l’adaptation ciné de Stardust, roman de –je vous donne dans le mille- Neil Gaiman.

(Non je ne bave pas sur le clavier rien qu’à l’idée, je tiens à la vie de mon ordi… ah tiens je devais aussi vous présenter mon nouvel ordi…)

[Parenthèse sur le sujet : Obi-wan, fidèle compagnon durant presque 4 ans, a définitivement rendu l’âme, emportant avec lui que deux mois de documents non sauvegardés, et heureusement pas mes fics… bref c’est un poil triste que je l’ai remplacé par Yackari (oui, le « c » c’est volontaire). Longue vie à lui ! Fin de la parenthèse]

Où en étais-je ? Ah oui. Gaiman. Stardust. Ciné.

C’est donc avec le moins possible de lectures sur le sujet que je suis allée le voir (en vf malheureusement), histoire de ne pas avoir d’opinion toute faite avant d’aller le voir. D’ailleurs j’avais même soigneusement évité de relire le bouquin.

Et j’avoue avoir été agréablement surprise. De mes souvenirs brumeux, j’ai retrouvé les grandes lignes, des passages qui me sont chers, et aussi beaucoup de réécriture pour faire plus film à grand spectacle. Et même si ça peut sembler une trahison pour les puristes, je la trouve pas du tout dérangeante : plus d’humour que dans mon souvenir, un bon brin de déconnade, quelques combats clinquants pour faire impressionnant. Une bonne dose d’imitation du seigneur des anneaux dans les panoramas de paysage…

Bref un vrai bric à brac en terme de fantasy… on pourrait s’attendre au pire. Et bien non. Cela donne un film léger et distrayant, et qui correspond tout à fait à ce qu’en dit Gaiman, à savoir un film dans la lignée de The Princess Bride.

(Honte à ceux qui ne connaissent pas, on ne peut vivre sans le terrifiant pirate Roberts, Inigo Montoya et son accent espagnol, Bouton d’or et sa blonditude, et je passe sur les RTI…)

Ah oui et la musique sans être diablement originale est efficace…

Et les acteurs ? Des bons seconds rôles qui se déchainent (entre les sorcières, le capitaine Shakespeare, les princes qui sont à mourir de rire…), un Tristan Thorn (Charlie Cox) très dans la peau du personnage, moins aimé Yvaine (Claire Danes) mais j’aime pas trop la voix française je crois…

Donc courez vite le voir, d’autant plus qu’il n’est pas projeté dans des masses de salles (300 salles pour un film dont l’affiche est bientôt dans tous les abri bus, ça le fout mal quand même…), et que je sens que sa longévité sera équivalente à celle de Secondus…

Note de fin : Pour ceux qui se demandent de quoi ça parle, c’est l’histoire d’un jeune homme qui part dans un monde féérique chercher l’étoile filante qu’il a promis à la femme dont il est amoureux… et vous en savez déjà bien assez ^^

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire