lundi 26 août 2013

Mass Effect 2


Assez logiquement, après avoir tracé mon bout de chemin dans Mass Effect, je n'ai guère perdu de temps à importer mes sauvegardes pour passer à la suite, Mass Effect 2, qui se déroule deux ans après les événements du premier.

Alors que de mystérieux Récolteurs kidnappent des humains dans les colonies les plus éloignées de la galaxie, et qu'ils semblent être liés aux Moissonneurs, le commandant Shepard reprend du service (enfin si je puis dire, c'est peut-être pas l'expression la plus adaptée à l'histoire mais chut !)

Mass Effect 2 n'est pas un jeu bien compliqué à présenter. C'est bien simple, c'est le premier jeu, en mieux : graphismes plus beaux, plus de coéquipiers originaux, des quêtes secondaires plus diversifiées, un système de combat nettement amélioré... c'est un peu comme si tous les défauts avaient été gommés ou corrigés pour cette nouvelle aventure.


Là où le premier volet adoptait la ligne narrative classique des RPG Bioware (une introduction linéaire puis quatre missions à accomplir dans l'ordre qu'on veut avant de revenir sur du linéaire pour la conclusion), Mass Effect 2 part sur une intrigue plus originale.

L'objectif étant de monter une équipe pour aller casser la figure aux Récolteurs, on passe donc une bonne partie du jeu à recruter son équipe et à régler leurs petites affaires, avec en parallèle quelques missions pour en apprendre plus sur les Récolteurs avant de passer à l'assaut final.

Même si cela donne parfois l'impression d'être le psy attitré de l'équipe (entre untel qui a des problèmes avec son père, un autre avec son fils, un troisième en pleine crise d'ado et un quatrième en quête de vengeance...), j'ai beaucoup aimé cette approche « personne » qui s'éloigne du système traditionnel de « quête », d'autant plus qu'on a la liberté de tout laisser en plan pour avancer plus vite vers la conclusion de l'histoire (à ses risques et périls ceci dit !). Et on peut toujours terminer les quêtes secondaires une fois la mission principale terminée.

Les dites quêtes secondaires ont d'ailleurs été grandement améliorées. Si je regrette parfois la disparition du mako (son remplaçant venu des DLC est bien moins jouissif à conduire), je ne pleure pas les sempiternelles missions d'exploration/nettoyage de base à la demande de l'amiral Hackett.

Dans Mass Effect 2, les quêtes sont introduites de façon plus fluide, lorsqu'on scanne une planète d'un système que l'on visite pour l'intrigue, et se révèlent beaucoup plus diversifiées : cela va de la bête récupération de boite noire dans une épave de vaisseau à une enquête sur des mécas devenus fous qui nous conduit de planète en planète.


Le système des combats a également été refondu en quelque chose d’infiniment plus simple (au lieu de 140 touches de clavier pour faire ci et ça, les commandes passent pour la plupart par un panneau commandé par une seule touche), et même chose pour l'inventaire (au lieu de collectionner les armes à revendre, on ramasse essentiellement des crédits et des améliorations d'armes à développer dans son laboratoire de recherche).

Bref toutes ces améliorations font qu'on n'a plus qu'à s'installer confortablement pour profiter de l'aventure, et quelle aventure !

J'ai replongé avec grand plaisir dans cet univers de space-opera complexe, extrêmement fouillé et toujours aussi plaisant à découvrir ou à redécouvrir. En plus, lorsqu'on importe sa sauvegarde du premier jeu, c'est toute une continuité qui s'installe par le biais d'e-mails ou de rencontres avec de vieilles connaissances. Si cela n'a guère d'impact sur l'intrigue du jeu (sauf pour quelques décisions capitales du premier volet), cela donne une profondeur très appréciable.


C'est ce que j'ai aimé dans Mass Effect 2, il s'agit d'un jeu extrêmement « vivant ». Les coéquipiers ont vraiment été développés. Outre leur quête personnelle, certaines étant très originales, on a l'opportunité de discuter en long en large et en travers avec eux et tous se révèlent des personnages complexes. Même les romances s'éloignent du standard Bioware et m'ont semblé plus « spontanées ».

Par ailleurs un système de QTE a été intégré aux dialogues, ce qui pimente parfois les conversations avec des actions parfois imprévisibles (une fois j'ai jeté un gars par la fenêtre ce qui ne ressemble pourtant guère à mon personnage... en même temps les options d'« intimination » sont souvent trop funs pour être ignorées).

Et puis à l'image du premier, le jeu est peaufiné dans ses moindres de détails. Cela se voit à bord du Normandy où l'on peut discuter abondamment avec l'équipage (qui y va toujours de son petit commentaire après une mission) et visiter les toilettes du vaisseau (oui certes ça ne sert à rien mais ça donne un petit côté réaliste). Ça se retrouve aussi dans le reste du jeu avec les flash-infos, les descriptions de planètes, les publicités personnalisées et les dialogues en arrière plan parfois hilarants.

Si le jeu contient son lot d'actions et de discours héroïques, de dilemmes moraux (bonne chance pour faire votre choix à la fin de la quête de Légion) et de passages juste émouvants (la quête de Tali amène son lot de très beaux moments), je crois que c'est l'humour omniprésent qui m'a le plus marquée, que ce soit dans les dialogues plein de mordants, certaines quêtes secondaires, ou encore dans les objets improbables qu'on peut acheter (Oh, un hamster de l'espace, sans doute géant miniature !).

A vrai dire j'ai joué une bonne partie du jeu avec Garrus et Mordin (qui aurait pu s'appeler Sherlock Holmes s'il n'était pas salarien), juste parce l'un comme l'autre s'y entendent pour balancer des remarques sarcastiques, on ne s'ennuie jamais avec eux.


Bref à l'exception de quelques facilités scénaristiques et de quelques bugs graphiques (mon personnage avait le chic pour se retrouvé coincé dans un mur ou à léviter sans raison 2 mètres au dessus du sol), il y a fort peu de reproches à faire à ce jeu.

Agréable à jouer et dense, on passe un excellent moment avec, et il est bien difficile, une fois arrivé à la fin, de ne pas courir acheter le troisième volet, ou plus simplement de commencer une nouvelle partie pour tester d'autres options !

A noter que Mass Effect 2 vient avec son lot de DLC qui permettent de rajouter des nouvelles missions, des coéquipiers supplémentaires, un nouveau véhicule (le Hammerhead, fragile remplaçant du Mako) et quelques objets et tenus supplémentaires. Il y a du bon, du moins bon et du franchement facultatif.

Les plus intéressants restent pour moi Lair of the Shadow Breaker (une aventure avec Liara, plutôt diversifiée et bourrée d'humour et de références au premier jeu) et Arrival (une aventure solo qui fait le pont avec Mass Effect 3 et vous explique d'entrée de jeu que le 3e volet ne sera pas une histoire de bisounours). Pour les autres, à vous de voir si vous avez envie d'investir...



vendredi 23 août 2013

My Summer of (SFFF) Love : Deuxième rendez-vous


Oui je sais, j'avais dis le 21, mais c'était sans compter sur une tendance plus que prononcée à la procrastination (et non je n'étais pas du tout en train de tester les différentes romances de Mass Effect 2, je m'insurge devant ces insinuations !).

Cependant il ne semblerait qu'il n'y ait que moi qui soit affectée par cette crise de flemmingite aiguë, puisque vous avez été plus que productifs depuis le 21 juillet : nous voilà rendus à 38 participations, rien que ça ! Et seuls 6 des 30 inscrits n'ont encore participé (je ne dénoncerais personne, c'est les vacances !).

Côté statistiques, Lune caracole toujours en tête avec ses 5 participations (mais rien de neuf depuis le dernier bilan, envisagerait-elle une relation plus stable désormais ?) mais Yume n'est pas loin derrière avec ses 3 participations (avec une incroyable fidélité dans le choix de ses partenaires amoureux).

Sans surprise, l’œuvre la plus lue est le cycle du Protectorat de l'Ombrelle de Gail Carriger (à l'exception du tome 4, mais j'imagine que ça ne va pas durer), preuve une fois encore que les loups-garous, surtout lorsqu'ils sont écossais, restent une valeur sûre (rien de moins que 7 chroniques au sujet de Lord Maccon).

Cela n'empêche pas à côté d'avoir des participations très diverses (de l'album au gros pavé, du voyage dans le temps au post-apo...) que je vous laisse découvrir ci-dessous. Je tiens d'ailleurs à féliciter Snow qui a réussi l'improbable exploit de réussir à pourrir mon challenge avec sa participation. Félicitations, je ne pensais pas que ce soit possible !

Rendez-vous le 21 septembre pour la fin de cette grande aventure amoureuse !

asn83
  1. Songs of Love Lost and Found - Jo Beverley, Jacqueline Carey, Robin Hobb, Cecelia Holland & Tanith Lee
  2. Le passage de la nuit - Haruki Murakami

Baroona
  1. Porcelaine : légende du tigre et la tisseuse - Estelle Faye
  2. Aquaforte - K. J. Bishop

Cornwall
  1. Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour - S.G. Browne 
  2. Timeville - Tim Sliders

    Dex
    1. La morsure de la panthère (La communauté du sud 5) - Charlaine Harris

    Endea
    1. L'écume des jours - Boris Vian

    Fánaríë
    1. La tapisserie de Fionavar - Guy Gavriel Kay
    2. La fille du roi des elfes - Lord Dunsany

    Jae_Lou
    1. Saga, tome 01 – Brian K. Vaughan & Fiona Staples

    JainaXF
    1. La floraison (Rose morte 1) – Céline Landress

    Julien
    1. Frontière barbare – Serge Brussolo

    La Mante
    1. Les fleurs de Vénus - Philippe Curval

    Laure
    1. Amulettes - Véronique Ajarrag

    Lhisbei
    1. God save the Queen (L'Empire Immortel 1) - Kate Locke

    Lorhkan
    1. L’écume des jours - Boris Vian

    Lune
    1. L’homme truqué - Maurice Renard
    2. Hellraiser - Clive Barker
    3. L’ouragan - Jean-Marc Ligny
    4. Le plus petit baiser jamais recensé - Mathias Malzieu
    5. Sans âme (Le protectorat de l'ombrelle 1) - Gail Carriger

    Mypianocanta
    1. Sans âge (Le protectorat de l’ombrelle 5) - Gail Carriger

    Olya
    1. Sans forme (Le protectorat de l’ombrelle 2) - Gail Carriger

    Rose
    1. Zombie therapy - Jesse Petersen
    2. L'apprenti assassin (L'Assassin royal 1) - Robin Hobb

    Shaya
    1. Porcelaine - Estelle Faye

    Snow
    1. Arthur et la Cité Interdite (Arthur et les Minimoys 2) - Luc Besson

    Spocky
    1. L’origine (Alpha & Omega 0) - Patricia Briggs

    Tigger Lilly
    1. Coeur de pierre - Gauthier et Almanza
    2. 22/11/63 - Stephen King

    Vert
    1. Feu secret (Siana, vampire alchimique 1) - Frédérique de Keyser
    2. Sans âge (Le protectorat de l’ombrelle 5) - Gail Carriger
    3. La légendes des royaumes - Mercedes Lackey, Rachel Lee et Catherine Asaro

    Xapur
    1. Martyrs : Livre 1 - Oliver Peru

    Yume
    1. Sans âme (Le protectorat de l'ombrelle 1) - Gail Carriger
    2. Sans forme (Le protectorat de l'ombrelle 2) - Gail Carriger
    3. Sans honte (Le protectorat de l'ombrelle 3) - Gail Carriger

    mardi 6 août 2013

    Blog en vacances

     
    Tout est dans le titre !

    Comme il est bon de faire une pause de temps à autre, je délaisse mon clavier et mes bouquins pour mieux vous retrouver le 21 août pour le 2e bilan de My Summer of (SFFF) Love. D'ici là, profitez bien de vos vacances pour ceux qui en ont !

    PS : La photo a été prise au Bout du monde, c'est à dire dans le Cirque du Fer-à-Cheval de Sixt (où l'on trouve également un lieu-dit Fond de la combe mais étrangement aucun elfe !), non je ne suis pas branchée 24h/24 sur Mass Effect 2 (que je viens de finir), je prends aussi l'air !

    dimanche 4 août 2013

    The Dalek Generation - Nicholas Briggs


    S'il était encore utile de prouver que Doctor Who était un univers des plus fantasques, ce roman ferait une bonne preuve supplémentaire de par son auteur : Nicholas Briggs est avant tout connu pour être la voix des Daleks, Cybermen et autres monstres de la série. Ceci dit, ça en devient presque logique de le retrouver du coup aux commandes d'un roman les mettant en scène avec autant de brio.

    The Dalek Generation est un roman qui se déroule durant la saison 7 de Doctor Who, alors que le Doctor voyage seul (à priori après le départ définitif des Pond, même si je le placerais bien avant Asylum of the Daleks pour d'autres raisons).

    Répondant à un appel de détresse, il découvre un vaisseau spatial dérivant dans l'espace. A son bord, trois enfants réfugiés dans une capsule de secours, et des parents qui ont préféré mourir plutôt que d'être fait prisonniers par les Daleks.

    Alors qu'il les ramène sur leur monde natal, il se rend peu à peu compte qu'il a atterri à une époque et dans un secteur étrange de la galaxie où les Daleks sont considérés comme des bienfaiteurs par l'ensemble de la population. Et il ne va pas être simple de les convaincre du contraire.

    Ce roman démarre donc sur d'excellentes bases : le principe des Daleks qui se font passer pour des gentils n'est pas nouveau, mais là ça atteint des sommets en flirtant avec la dystopie dans son côté « monde parfait oui mais... ».

    C'est d'autant plus délicieux que cela met le Doctor dans une bien mauvaise situation. Quand votre meilleur arme est la parole, il est assez difficile d'arriver à ses fins si personne ne vous croit. Il ne lui reste donc plus qu'à tenter de découvrir ce que mijotent les Daleks, tout en assurant la sécurité des trois enfants.

    Ce qui se révèle une mission guère facile lorsqu'on doit d'abord gagner leur confiance. J'ai beaucoup aimé voir le Doctor interagir tout du long avec de si jeunes compagnons. On a l'occasion de voir de temps en temps dans la série, mais c'est assez rare que cela devienne un tel moteur de l'intrigue. Là encore, c'est très plaisant à suivre.

    Ajoutez à ça une généreuse dose de timey-wimey (sans quoi nous ne serions pas dans Doctor Who) et le Doctor qui s'interroge sur son implication dans l'histoire de l'univers (c'est là où je trouve que le roman s’insérerait mieux en début de saison 7, d'autant plus que les Daleks ne devraient pas se souvenir de lui si le roman se déroule après l'épisode de l'asile), et on obtient un très bon roman dérivé.

    The Dalek Generation est un texte qui met en scène avec brio les ennemis traditionnels du Doctor. Il est prenant, bien pensé, parfois drôle, parfois émouvant, avec quelques belles scènes et un Doctor vraiment bien caractérisé. Bref c'est aussi bon qu'un épisode de la série, sauf que le support papier permet tous les excès (question décors notamment). Un chouette moment de lecture donc, qui prouve qu'on peut écrire de la très bonne littérature dérivée !

    vendredi 2 août 2013

    Mass Effect


    Pour fêter le début des vacances, je suis offerte un petit plaisir sous forme d'une séance intensive de jeux vidéo (d'autant plus qu'ayant bien profité des soldes estivaux chez GOG et Steam, la matière ne manquait pas) et je me suis attaquée à une envie de longue date : Mass Effect.

    Un petit RPG de chez Bioware, c'est toujours un plaisir, et puis c'est comme de par hasard un space-opera, je ne demande pas mieux en période estivale (à défaut de voguer vers d'exotiques destinations, je visite la galaxie !).

    Sorti en 2007, ce sympathique jeu vidéo nous emmène à la fin du XXIIe siècle, lorsque l'humanité a découvert sur Mars les restes d'une ancienne civilisation qui lui ont fourni les clés du voyage interstellaire. Cela a permis de rencontrer d'autres espèces intelligentes (non sans heurt) et à l'heure actuelle les humains cherchent à trouver leur place au sein de la grande alliance galactique.

    Et c'est là que notre héros rentre en scène. Shepard, soldat de l'Alliance (mais pas rebelle) est sur le point d'être recruté comme Spectre (une sorte d'agent spécial du Conseil, l'autorité galactique où les humains aimeraient bien avoir leur représentant), et se retrouve très vite à cavaler à travers toute la galaxie pour la sauver de la destruction. Insérez la petite musique héroïque, embarquez à bord de votre vaisseau et en route !


    Le jeu commence par la traditionnelle création de personnage, plutôt sympathiquement mise en scène où l'on choisit prénom (le nom est imposé, chose appréciable qui permet d'avoir les personnages du jeu qui s'adressent à vous autrement que par un surnom ou un titre), sexe, origine et passé militaire (qui seront évoqués à plusieurs reprises dans le jeu, même si l'impact reste minime), et bien sûr la classe.

    De ce côté là on a le choix entre six options : les trois classiques soldat (guerrier quoi), ingénieur (voleur) et adepte (mage, sauf qu'ici on parle de biotique), et trois classes intermédiaires qui combinent des éléments (biotique/combat, technicien/combat, biotique/technicien).

    Je voulais faire un ingénieur, je suis morte au bout de cinq minutes de jeu, j'ai donc opté pour le soldat. C'est une classe facile à maîtriser et résistante (très utile quand la mort du personnage principal au combat met un peu arbitrairement fin au jeu même si vos équipiers sont en vie), idéal pour débuter donc (en plus on s'éclate avec les fusils de précision).

    Il faut dire que le système de combats n'est certainement pas la chose la plus facile à prendre en main. J'aime beaucoup toutes les possibilités offertes (se mettre à couvert, lancer des grenades, faire exploser des réserves de carburant, jouer au sniper, filer des coups de crosse) qui doivent bien pimenter les combats quand on les exploite à fond. Mais j'ai trouvé la gestion pratiquement exclusivement au clavier un peu complexe quand on a l'habitude du tout à la souris, et le contrôle sur les membres du commando est assez limité.

    Même la gestion de l'inventaire des différents membres de l'équipe aurait pu être plus fluide (j'ai dû consacré bientôt un tiers de mon temps de jeu à essayer de leur attribuer des armes correctes et à revendre les 50 000 autres).

    Dans la même ligne je ne suis pas hyper fan du système de dialogues où l'on choisit non pas sa réplique mais les sujets à aborder ou le ton de réponse (je soupçonne qu'on perd en nuances en vf quand on se retrouve avec deux options presque identiques pour des résultats très différents), mais le fait d'avoir son propre personnage doublé en permanence a son charme. C'est comme le fait que son nom soit prononcé dans le jeu, ça lui donne plus d'épaisseur.


    Bref on finit par s'adapter, parce que l'histoire est diablement prenante. L'intrigue en elle-même est assez classique (c'est grosso modo la même chose que Knights of the Old Republic mais sans Jedi), mais elle se déroule dans un univers très développé absolument délicieux à explorer, avec des espèces aliens très différentes qui s'entendent plus ou moins biens, avec de sérieux passifs dans le cas de certaines.

    On plonge donc au cœur d'un jeu politique complexe où chaque espèce et chaque faction cherche à tirer la couverture à soi si bien que quelques soient vos décisions dans le jeu, personne ne sera jamais content, que vous jouez la carte de la conciliation ou du pragmatisme (l'échelle bien/mal du jeu, délicieusement tout en nuances de gris, il est assez rare d'avoir des choix vraiment mauvais). Typiquement si vous sauvez une colonie humaine, on vous reprochera de l'avoir sauvé uniquement parce qu'il s'agit d'humains. Mais si vous ne les sauvez pas, vous êtes un monstre.

    On trouve à peu près tout ce qu'on peut attendre d'un univers de space-opera : des politiciens avides de pouvoir, des contrebandiers, des mercenaires, des scientifiques crapuleux, des complots, des injustices, des merveilles technologiques et des ruines d'un passé très ancien, le tout réparti sur des planètes aux climats les plus variés (tempéré, tropical, désert, polaire, volcanique...).


    Le côté space-opera est bien maîtrisé aussi au niveau des mécaniques de jeu : uniquement des fusils et des pistolets en guise d'armement, une carte stellaire détaillée avec plein d'informations inutiles sur des planètes qu'on ne visitera jamais, et un véhicule tout terrain pour explorer les planètes (parce que oui, dans le futur, on ne fait pas tout à pied !). J'ai été assez émue que le jeu permette de passer par notre bon vieux système solaire, ça se révèle étonnement touchant de débarquer soudainement dans un lieu aussi familier.

    L'intrigue principale est plutôt bien construite avec des missions très différentes (enquête, infiltration, assaut, …) et vraiment bien peaufinées jusque dans les choix qu'on doit faire. Son seul défaut est sa durée de vie (15 heures grand maximum), mais elle est soignée (jusque dans certaines scènes presque très cinématographiques) et parfois poignante (ceux qui ont joué sauront à quelle mission je fais référence), cela compense.

    Elle est complétée par des quêtes secondaires typiquement rpg (on ne peut pas traverser un système stellaire sans avoir à sauver un chat coincé dans un arbre) qui m'ont laissé une impression plus mitigée. Si elles permettent de visiter une flopée de mondes et de se faire de l'expérience, les missions sont assez répétitives à quelques exceptions (soit on part à la recherche de survivants décédés entre temps, soit on tue tout le monde, dans les mêmes bâtiments réutilisés ad nauseam), et explorer chaque m² de terrain pour dénicher du minerai est vite barbant.


    Mais c'est un rpg bioware, ce qui veut dire que l'on s'amuse tout de même beaucoup, puisqu'on y trouve tout ce qui fait de ces jeux des aventures très plaisantes :

    - de l'humour, parfois dans les endroits les plus improbables :
    C'est bien simple, je pense que la première chose qui me revient en pensant à Mass Effect, ce sont les ascenseurs. Je crois avoir lu à quelque part que les trajets en ascenseur étaient en temps réel pour masquer les temps de chargement, mais du coup plutôt que de passer par un ennuyeux écran de chargement, les concepteurs du jeu y ont intégré les dialogues entre personnages, des bulletins d'informations décalés (qui prennent en compte les actions du héros), et sont allés jusqu'à inclure d'affreuses musiques d'ambiance d'ascenseur.

    - de très bons dialogues :
    C'est toujours la force des rpg Bioware, on apprécie en général autant les dialogues que les phases de combat. On peut désamorcer pas mal de situations par la parole, soit en utilisant sa compétence de charme (non pas comme ça bande de pervers), soit en les intimidant, et on rigole beaucoup des répliques pleines d'humour qui abondent dans le jeu (avec une mention spéciale au Joker quand il commente chacune de vos missions).

    - une belle brochette de personnages à diriger :
    Même si on manque sérieusement de psychopathes (il n'y que Wrex qui s'approche de cette description avec son côté barbare bourrin, et encore c'est presque un intellectuel pour un Krogan) et que tout le monde semble s'entendre plutôt bien, le casting qui entoure Shepard est plutôt sympathique, d'autant plus qu'il contient plus d'aliens que d'humains (contrairement à Kotor où on se retrouvait avec plus d'humains qu'autre chose). Quand ils se sont pas directement liés à l'intrigue, ils ont en général leur quête personnelle, et pas mal de dialogues pour faire connaissance.

    - des romances (spéciale dédicace à Lhisbei ;))
    C'est après tout l'intérêt principal des rpg Bioware comme chacun le sait (non ?), et le jeu en propose trois : une pour les hommes, une pour les femmes, et une mixte avec un alien asexué (mais qui a l'air d'une femme bleue avec des tentacules derrière la tête, parle d'elle au féminin, mais sinon elle est parfaitement asexuée hein !).

    Je n'ai testé que la romance avec le brun ténébreux au lourd passé, grand stéréotype Bioware bien que soit évité ici le traditionnel « j'ai un passé traumatisant mais tu m'as aidé à trouver ma voie du coup je suis fou amoureux de toi ». On a donc le droit à quelques flirts, on évoque quelques souvenirs (traumatisants bien sûr), un ou deux moments d'intimité volés, et puis de toute façon c'est pas comme si on avait le temps de prévoir mariage et enfants quand on sauve la galaxie !

    J'aurais bien tenté la romance alien mais le côté gamine surexcité d'avoir un sujet d'étude fascinant qui passe son temps à s'inviter dans mon cerveau sous prétexte d'y trouver des informations m'a un peu poussé à prendre la fuite !


    Du coup sans être parfait, Mass Effect est un bon petit rpg plaisant. Sa durée de vie est assez limitée et son système de jeu est perfectible (un peu comme tous les premiers volets d'une aventure), mais on passe un bon moment à s'amuser dessus, et c'est un jeu qui a le mérite d'être bien fini : je n'ai rencontré aucun bug (ou rien de bien gênant en tout cas) et les graphismes ont bien vieilli et restent agréables à regarder.

    Du coup, maintenant que j'en ai terminé, je vais pouvoir importer mon personnage dans Mass Effect 2, qui promet d'être encore meilleur (ça se confirme d'ailleurs très vite). Autant dire que je vous en reparlerais !