dimanche 31 janvier 2010

L’homme dans le labyrinthe – Robert Silverberg


Je dois avoir un problème avec Robert Silverberg. Il croise souvent ma route comme auteur ou anthologiste, mais il n’arrive jamais à me convaincre. Son seul écrit qui m’ait marqué est son Gilgamesh, roi d’Ourouk, mais c’est plus par fascination pour la matière que pour le roman en lui-même (surtout qu’il faut être fondu pour les lire les versions sumériennes d’origine de Gilgamesh, croyez moi !).

Pas que ses livres se lisent mal, bien au contraire, c’est juste que je ne sais pas trop quoi en penser à la sortie. Du château de Lord Valentin, que j’ai lu y’a un bon moment, je sais que je l’ai lu, je sais de quoi ça parle, mais c’est à peu près tout.

L’homme dans le labyrinthe, lu avec le Cercle d’Atuan, me fait un peu le même effet.

Le titre est un résumé en lui-même. L’homme s’appelle Richard Müller, vit depuis neuf ans dans un labyrinthe gigantesque truffé de monstres et de pièges sur une autre planète. Mais l’humanité a besoin de lui, c’est pourquoi une équipe s’apprête à rentrer dans ce terrifiant lieu pour venir le convaincre de les aider.

Ce roman a deux visages. Le premier est celui d’un thriller horrifique, lors de la traversée du labyrinthe où tout se révèle un piège destiné à une mort atroce. Les essais successifs donnent l’impression d’être en plein jeu vidéo (ça me rappelle furieusement un certain donjon de Baldur’s Gate où chaque pas déclenchait un piège mortel et un rechargement de partie).

Le second, c’est la confrontation avec Müller qui prend l’allure d’une tragédie grecque. Et pour cause, l’auteur s’en est inspiré. On assiste donc à des véritables duels d’idées et de mots, entre trois personnages quasi archétypaux : l’Ermite, le Jeune (naïf et plein de principes moraux) et le Vieillard (manipulateur pour qui la fin justifie les moyens). C’est assez fascinant à lire.

Le livre se lit bien, sait entretenir son petit suspens et développer un univers futuriste assez intéressant (où l’on cache systématique tout ce qui est laid, à commencer par la vieillesse). Il y a même quelques passages qui m’ont marqué (surtout celui de la cage, délicieusement horrifique).

Mais voilà, la sauce ne prend pas. J’ai l’impression que ce roman a un peu « le cul entre deux chaises », comme si à force de vouloir faire plusieurs choses en même temps, il n’en terminait aucune. Le coté horrifique du labyrinthe est attirant mais laissé de coté, le coté théâtral est bien exploité mais laisse sur la fin, et le dernier chapitre clôture le tout assez bizarrement.

Tant pis, ça sera sûrement mieux la prochaine fois !

Avis des autres atuaniens : Daenerys, El Jc, Julien, Kactusss, Spocky, Tigger Lilly, Tortoise, Zahlya

samedi 30 janvier 2010

Artemis Fowl 6 : le paradoxe du temps – Eoin Colfer


J’ai commencé à lire cette série il y a trop longtemps pour que ce blog en conserve des traces, mais j’aime beaucoup la série Artemis Fowl. De toutes ces séries qui sont nées après le succès d’Harry Potter, c’est bien la seule que j’ai suivi, lu, et apprécié.

Sans être marquante qu’un Harry Potter, ou aussi complexe qu’un A la croisée des Mondes, Artemis Fowl est une lecture prenante, drôle, divertissante et originale. Et qui ne s’essouffle pas encore, bien qu’on en soit au 6e tome.

Le concept de base était plutôt original. Artemis Fowl est un petit génie du mal (au sens propre, à 12 ans il doit avoir dans les 300 de QI et dirige l’empire criminel du paternel disparu dans d’étranges circonstances) qui kidnappe une fée pour pouvoir demander une rançon faramineuse au peuple féérique.

En soit, c’est déjà délicieux tellement c’est subversif comme histoire. La cerise sur le gâteau, c’est tout le monde des fées qui est à 100 km de ce qu’on voit d’habitude (deux mots : les nains). Il faut surtout relever que ces peuples féériques disposent d’une technologie très avancée. S’ils font toujours un peu de magie, ils utilisent des pistolets à neutrino et des ailes mécaniques fonctionnant à l’énergie nucléaire.

Oui, Artemis Fowl, c’est un peu de la Science Fantasy… ce n’est pas courant quand même, vous en conviendrez ! Bref le premier tome m’a vraiment marqué, avec ses moult rebondissements. Surtout que l’auteur ménage aussi un peu de place pour travailler ses personnages.

C’est donc tout naturel d’avoir continué la série, qui sait rester égale à elle-même tout au long de l’histoire, avec un Artemis qui évolue petit à petit. Je vous épargne les péripéties des quatre tomes suivants pour passer directement au dernier : le paradoxe du temps.

Tout est dans le titre, cela va parler de voyage dans le temps. Artemis remonte le temps en compagnie d’Holly Short pour sauver la mère gravement malade. Le petit plus de cette aventure, c’est que cela implique de se confronter …à lui-même. Une sorte de « Artemis vs Artemis », forcement ça a du potentiel.

Le résultat est fidèle à son habitude, très prenant, riche en rebondissements, bourré de répliques marrantes et avec quelques petits moments plus sérieux. Le voyage dans le temps est un excellent prétexte pour ressortir les vieilles connaissances, créer des retournements multiples et inattendus, et vous coller un mal de crâne si vous réfléchissez trop sur la question des paradoxes.

Bref, on lit ça d’une traite avec un grand plaisir, et on en redemande, comme d’habitude. On pourrait reprocher à Eoin Colfer de ne pas trop se renouveler, mais la recette fonctionne, alors pourquoi se plaindre ?

La suite est d’ailleurs prévue pour cette année, au moins pour la VO. Ca s’appellera The Atlantis Complex. On n’a pas fini de voir du pays !

jeudi 28 janvier 2010

La BD Kaamelott (tomes 1-3) – Alexandre Astier & Steven Dupré



1. L'armée du nécromant
2. Les sièges de transport
3. L'énigme du coffre

L’autre jour (en fait ça fait un mois et demi mais passons), j’ai mis la main sur les BDs Kaamelott à la bibliothèque, alors j’ai décidé d’y jeter un œil, ayant lu à quelque part que ce n’était pas plus mauvais qu’un Naheulbeuk. Je les ai donc embarqués, et lu dans la soirée, comme toute BD qui se respecte.

Kaamelott en BD… c’est à la fois familier et dérangeant. On a un univers de série télé qu’on connait bien, et qui transparait assez bien dans les cases. Les personnages son ressemblant (un poil caricturés), et leurs dialogues se lisent quasiment avec les voix (imaginaires) et les intonations des personnages. C’est d’ailleurs dans ces moments là qu’on se rend compte que la télé, ce n’est pas uniquement du visuel, c’est aussi du son !

Cependant, le support BD étant beaucoup plus souple (et moins coûteux en effets spéciaux), les trois tomes s’offrent souvent de belles scènes comme on en verra jamais dans la série : créatures fantastiques, énormes batailles, courses poursuites épiques… C’est volontaire de la part d’Alexandre Astier… c’est aussi très étrange.

Pour le coup j’ai eu du mal avec le tome 3, l’énigme du coffre dont un des protagonistes est un orque. Ca ne colle juste pas à l’atmosphère Kaamelott, de voir sans cesse un peau-verte toutes les 5 cases, d’autant plus que le ton fait très « heroic fantasy ».

Par contre, j’ai beaucoup aimé le tome 2, les sièges de transport (évoqués dans un épisode je crois), dont l’histoire est vraiment proche de la série, avec ses running-gag, ses engueulades et ses retournements de situation complètement foireux. C’est vraiment plaisant à lire.

Quant au tome 1, l’armée du nécromant (je finis par le début, et alors ?), il se situe quelque part entre les deux. Y’a de très bonnes scènes, des trucs complètement improbables… il est fun, pour faire simple.

Bref, dans l’ensemble ça se lit bien, c’est drôle, mais ça ne vaudra jamais la série. Par contre si vous êtes en manque dans un chalet perdu dans la montagne sans électricité, ça pourrait vous aider parce que ça y ressemble beaucoup.

mardi 26 janvier 2010

Tancrède – Ugo Bellagamba




Premier roman lu en 2010, il fait un peu figure de mise en bouche. Joli bouquin en tout cas avec sa belle couverture et quelques illustrations à l’intérieur. Tancrède est sous-titré une uchronie, comme pour prévenir le lecteur de ce qu’il l’attend. Il est vrai qu’entre la fausse introduction de l’auteur et les premières pages, on se croit plus face à un roman historique qu’autre chose. Le roman ne bascule qu’à mi-parcours.

Mais n’allons pas trop vite. Tancrède suit les pas d’un personnage historique éponyme, Tancrède de Hauteville, qui participa à la première croisade et finit par devenir régent d’Antioche. Sa vie fut racontée par Raoul de Caen (et non « 2Caen » pour les PIens qui passent) et reprise à bien d’autres sauces dans poème épique, opéra et pièce de théâtre, dixit Wikipedia.

Sauf qu’ici, Ugo Bellagamba ne lui réserve pas tout à fait le même destin. Après un début qui colle à l’Histoire, notre Tancrède dévie complètement de sa route initiale face aux cultures qu’il découvre en Terre Sainte, et aux horreurs de la Croisade.

Le personnage de Tancrède, qui raconte l’histoire à la première personne, est assez atypique. On a là un chevalier, certes, mais très –trop même- croyant, si bien que les premiers chapitres où il part souvent dans des délires mystiques, engoncé qu’il est dans sa quête de libération de Terre Sainte.

Pas forcément très sympathique comme lascar (c’est un peu un « jeune con » version médiévale par moments), mais ça titille suffisamment pour avoir envie de continuer la lecture. C’est un peu la force et la faiblesse du roman. Le fait d’avoir un héros avec lequel on n’accroche pas est agréablement rafraichissant, mais bon du coup il manque un petit quelque chose pour vibrer avec l’histoire…

Mis à part ça, c’est un roman assez court (quelques 200 pages) mais qui se lit bien. L’univers est plutôt bien rendu, très réaliste, et évoque assez bien l’image que j’ai du Proche-Orient médiéval avec sa mosaïque de cultures. J’y ai vu des échos de ce que j’avais trouvé dans Kingdom of Heaven ou les Chroniques des Années Noires.

D’ailleurs, comme dans les Chroniques des années noires (qui est une uchronie assez proche sur certains points), outre le caractère divertissant de la réécriture historique (je ne m’en lasse jamais personnellement), on trouve également moult réflexions et interrogations sous-jacentes. L’auteur le dit lui-même dans sa postface :

« La vraie question est de savoir comment ce long et complexe passé, (…) cette histoire donc, peut nous fournir, par le détour de l’imaginaire, une grille de lecture idoine pour appréhender notre présent dans sa complexité »

Cette postface est d’ailleurs très intéressante sur la genèse de l’ouvrage, et rudement bien écrite. Ce genre d’exercice donne des résultats souvent assez mitigés, mais ici je crois bien que c’est ma partie préférée du livre. C’est un peu ballot, mais j’en ai trouvé la lecture très agréable. Ugo Bellagamba doit être un très bon essayiste (il prépare un bouquin sur les uchronies aux Moutons électriques), il est historien ceci dit, ça doit jouer.

Comme je le disais en introduction, Tancrède ressemble à un peu à un apéritif. Un bon roman bien écrit, une uchronie intéressante, avec un héros assez anti-héros. Il se lit bien une fois qu’on rentre dedans, et qu’on s’habitude à la narration parfois très elliptique du mode « mémoires ». Bref, les amateurs de romans historiques et d’uchronies seront ravis.

Ceci dit, il lui manque un petit quelque chose pour qu'on en sorte pleinement rassasié (histoire de filer la métaphore culinaire), bien que je ne sache pas exactement quoi. Sans doute est-il de facture un poil trop classique pour qu’il sorte vraiment du rang.

vendredi 22 janvier 2010

Les nombreuses vies de Harry Potter - André-François Ruaud



J’ai beau être une mordue d’Harry Potter, je ne lis que rarement les ouvrages d’analyse et d’étude sur le sujet. Le contenu est souvent le même (ou pas très creusé, en tout cas), et il est difficile de ne pas buter sur leur caractère souvent très commercial.

Mais quand les Moutons électriques, ma maison d’édition fétiche, a annoncé la sortie d’un ouvrage dans leur collection Bibliothèque Rouge, j’ai quelque peu revu mon avis sur la question. Après tout, ça promettait au moins d’être un très beau livre. Et puis, ça me ferait l’occasion de lire un Bibliothèque Rouge, jusqu’à maintenant je m'étais toujours contenter de baver sur cette collection.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la Bibliothèque rouge est une collection d’ouvrages consacrés à de grandes figures de la littérature populaire sous le titre Les nombreuses vies de…. Au début très axé sur les policiers (Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Miss Marple…), d’autres héros ont ensuite été mis à l’honneur comme James Bond, ou dans un registre plus fantastique et fantasy, Dracula, Cthulhu ou Conan.

Ces ouvrages se composent ainsi : une biographie qui s’amuse à rendre cohérente la vie d’héros racontée dans des histoires qui ne cessent de se chevaucher et de se contredire (selon les supports et les époques), différentes études sur le personnage, l’œuvre et ses adaptations, un panorama des œuvres similaires et parfois même quelques nouvelles. Le tout, bien sûr, est illustré (affiches, couvertures, dessins réalisés pour ce livre…).

Evidemment, un tel ouvrage, sur Harry Potter, cela fait rêver, mais non sans quelques doutes. Harry Potter est un héros qui a moins vécu que Sherlock Holmes, après tout on a que les romans de JKR et les adaptations en film, et vu son succès, on ne peut que flairer une opportunité commerciale pour l’éditeur (même si je comprends bien qu’il faut payer son abonnement à Nolife chaque mois).

Cependant, le résultat est plutôt bon, bien que pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Plutôt que de se centrer sur Harry Potter, ce qui rendrait le propos vite répétitif, les Nombreuses Vies de Harry Potter s’intéresse autant à Harry qu’à ses grands-parents, frères, cousins et autre parentèle éloignée, bref à toute cette littérature jeunesse parlant de magie et d’école de magie, qui existait souvent bien avant Harry Potter.

Du coup, la « biographie » d’Harry Potter devient une sorte de gigantesque essai qui s’amuse à tirer le portrait d’un monde magique où l’on croise des élèves de Poudlard et de Verteloi (les Collèges de Magie de Caroline Stevermer), les enfants Pevensie (les Chroniques de Narnia de C. S. Lewis), Jonnhy Maxwell (série éponyme de Terry Pratchett), et même Buffy ! Sans parler d'éléments moins connus comme la série Isabelle (en partie scénarisée par Franquin).

Ce coté vraie/fausse étude (qui aborde tous ses exemples avec un sérieux fou, comme si, bien sûr, les armoires amenaient dans des pays magiques) rend la lecture très agréable, et c’est un vrai plaisir de découvrir et de confronter tous ces univers. Même si le propos requiert beaucoup d’attention de la part du lecteur (ce n’est pas le genre de livres qu’on lira en diagonale en pleine réunion bruyante de famille, croyez-moi j’ai essayé), cela en vaut la peine et les touches d’humour disséminées çà et là font sourire.

Cette biographie s’accompagne ensuite d’une chronologie qui mélange elle aussi allègrement faits potteriens et non potteriens (ça peut toujours servir pour écrire des fanfictions), et surtout d’une liste non-exhaustive d’ouvrages proches d’Harry Potter, promesse de ne jamais tomber à court de lecture dans le domaine (même si certains n’ont malheureusement pas été traduits en français, comme le comic The Books of Magic, la série de romans The Dark is rising).

Quelques essais complètent l’ouvrage, un sur les symboles dans Harry Potter, intéressant et bien documenté, mais qui n’apporte rien de vraiment nouveau sur le sujet (qui n’avait jamais fait le lien Sirius Black = chien noir), et d’autres portant moins sur Harry Potter que sur d’autres points de la littérature jeunesse, les œuvres de Roald Dahl, le mythe de l’orphelin et la série Benett au collège.

Au final l’ouvrage est un peu décevant pour le fan d’Harry Potter pur et dur qui trouvera que ça ne parle pas assez de son sujet favori (ou sans apporter du nouveau). D’autant plus que celui-ci tiquera sûrement sur les choix de traduction. Garder les noms originaux est tout à l’honneur des auteurs, et éclaire bien mieux la série. Par contre, certains passages traduction maison (sans doute pour des raisons de droits, je présume) donnent lieu à des appellations étranges (un manteau d’invisibilité !).

Ceci dit, si vous n’avez jamais lu d’étude sur Harry Potter, celle-ci en vaut bien une autre, vu qu’elle reste bien documentée, intelligente et drôle (comment ça, la Samaritaine cacherait un bâtiment sorcier ?), avec une présentation inhabituelle. C’est un bon moyen de réviser ses classiques via une autre approche que les sept livres.

Si en plus, vous aimez la littérature jeunesse de fantasy et que vous aimeriez en savoir plus sur le sujet, et bien n’hésitez pas à vous lancer, d’autant plus que c’est un bel ouvrage, comme toujours chez les Moutons électriques (on passera sous silence les quelques coquilles et problèmes de numérotation, marque de fabrique de l’éditeur !).

mercredi 20 janvier 2010

Les enchantements d’Ambremer – Pierre Pevel



Je suis très en retard dans mes chroniques. La faute aux fêtes de fin d’année, à une relecture de Tintin (c’est incroyable tout ce qu’on redécouvre à chaque lecture), à une réinstallation de Baldur’s Gate (qui bouffe mes journées) et une tendance générale à la flemme qui va de pair avec le fait d’être sans emploi.

Depuis quinze jours, je ne publie que du réchauffé de décembre, mais cela ne va pas durer, et je vais le démontrer tout de suite ! Enfin, du moins, dès que j’aurais refeuilleté vite fait ce livre pour m’en rappeler l’histoire… Oui j’ai dévoré ce bouquin en deux jours à Noël, et c’est maintenant que je me décide à revenir dessus (et non ce n’est pas l’abus d’alcool qui m’a fait oublier le contenu, mauvaises langues !).

Ambremer est la capitale des fées dans l’Outremonde, univers voisin du nôtre où vivent licornes, fées, dragons et autres membres du bestiaire magique. Mais ce n’est pas là où se déroule notre roman. Les enchantements d’Ambremer, malgré son nom, se déroule principalement à Paris, le Paris de la Belle-Epoque.

Cependant, ce n’est pas tout à fait notre Paris, puisque l’influence du monde des fées s’y fait sentir. On y trouve des arbres qui parlent, différents êtres féériques (dont des chats ailés qui lisent en dormant sur des bouquins… qui n’a jamais rêvé de pouvoir faire ça ?), un paquet de magiciens et une Tour Eiffel en bois blanc.

Une très belle ambiance donc, minutieusement brossée par l’auteur, où l’on s’amuse sans cesse de ses trouvailles et détournements. Personnellement j’ai beaucoup aimé apprendre que le train pour se rendre dans l’Outremonde se prenait à la station de métro Porte Maillot, je ne manquerais point d’en chercher l’entrée à l’occasion !

Dans cet univers merveilleux, nous suivons les pas de deux personnages qui vont très vite se retrouver plongés dans une aventure qu’ils ne prévoyaient pas : le mage Griffont (Louis Denizard Hippolyte de son prénom), qui enquête sur un trafic d’objets magiques, et Isabel de Saint-Gil, dont le chapitre d’introduction, à bord d’un train dégage un doux parfum de film d’espionnage.

Je ne m’étends pas plus avant sur cette histoire à rebondissements qui accroche très vite le lecteur, si bien qu’on ne lâche pas le bouquin avant d’en avoir lu le dernier mot.

Les enchantements d’Ambremer est plaisant à lire. L’intrigue est plutôt bien ficelée, à la façon de toutes ces histoires où les héros se retrouvent dans les ennuis jusqu’au coup pour un problème qui ne les concernait pas à la base. Les personnages, sans être extrêmement marquants, ne manquent d’humour, ce qui fait qu’on suit leurs pérégrinations avec plaisir.

C’est surtout l’univers qui est intéressant. Abondamment décrit et expliqué, c’est une petite merveille de re-création qui sait parfaitement mélanger le vrai Paris à toute une pléthore d’éléments de fantasy. Et Pierre Pevel ne se prive pas de nous en fait découvrir tous les aspects en baladant nos héros au gré de l’intrigue.

Bref, si vous avez envie de voir du pays tout en restant en terrain connu (pour les parisiens s’entend), et de lire une histoire divertissante où il n’est pas nécessaire de réfléchir (quoique, on se perd vite dans les noms si on n’y prend pas garde), et en plus écrite par un français (par chauvinisme), ce roman est fait pour vous.

Le seul bémol que je mettrais, c’est que justement à cause de sa légèreté, c’est un roman qui ne « reste » pas en tête, sans doute parce qu’il n’y a rien qui accroche réellement. Cependant, depuis le temps qu’on me parle de Pierre Pevel, je suis plutôt contente de cette première lecture. Affaire à suivre (une de plus !).

dimanche 17 janvier 2010

Ma sœur est une sorcière – Diana Wynne Jones



L’autre jour, à la bibliothèque, j’étais en manque d’inspiration. Du coup je me suis rabattue sur de la jeunesse, histoire de changer, et j’en profite au passage pour écluser ma liste de lecture da la Cartographie du Merveilleux.

J’ai déjà lu du Diana Wynne Jones une fois, c’était le Château de Hurle, celui qui a donné lieu à la très belle adaptation de Miyasaki (le Château Ambulant, mon préféré). A l’époque, ce qui m’avait marqué, outre le fait que Miyasaki faisait toujours des adaptations très libres, c’est le coté un peu bizarre et inattendu de l’œuvre.

Ma sœur est une sorcière est un peu pareil. L’histoire démarre, avec deux enfants orphelins, Gwendoline, qui suit des études de sorcellerie, et son petit frère Eric (ou Chat, comme tout le monde l’appelle). Ils sont recueillis par le mystérieux Chrestomanci qui les prend sous son ailes et les emmène dans un étrange château.

La trame est très classique, mais la réalisation est assez originale. Gwendolyne, par exemple, a un petit quelque chose de Roald Dahl-ien dans son coté « peste ». Chat, lui, est un étrange personnage discret et peu sûr de lui (auquel on s’identifie facilement) mais surprenant dans certaines de ses réactions. Chrestomanci aussi, imprègne l’histoire par son aura étrange, de même que tous ces autres personnages dont les intentions sont toujours très troubles.

La magie aussi un coté très authentique, avec tout un rocambolesque dans les rituels : ingrédients magiques, formules sur papier, enchantements et objets magiques, sorts lancés en faisant des nœuds dans des mouchoirs, etc. L’univers dans lequel évoluent les héros est également assez rétro (vieilles automobiles, château anglais aux mille et unes pièces…).

Bref, Ma sœur est une sorcière a une certaine personnalité, et l’intrigue est suffisamment bien montée avec des mystères de ci et de là pour qu’on le lise avec une seule envie, connaitre la fin. Le petit plus, du moins dans l’édition que j’ai lu, c’est les nombreuses illustrations, petits détails et personnages, façon plume et aquarelle, qui contribuent à donner une atmosphère à cette histoire.

C’est donc un très bon roman jeunesse, bien monté, intelligent et original (tout en jouant sur les classiques). A noter qu’il fait partie d’un cycle de plusieurs ouvrages se déroulant dans cet univers particulier, mais pas forcément avec les mêmes personnages (dommage, j’adore Chat !).

mercredi 13 janvier 2010

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède – Selma Lagerlöf



Dans les classiques de la littérature jeunesse, il existe quantités d’œuvres dites « de fantasy », que tout le monde connait, sinon de nom par ses adaptations, et qu'on ne lit pas forcément : Le Livre de Jungle est un bon exemple, Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède aussi.

Est-ce vraiment la peine de résumer l’histoire ? Le petit Nils est un affreux gamin, qui pour s’être moqué d’un tomte, une sorte de lutin, se retrouve lui-même changé en tomte. Il essaye sous sa nouvelle forme d’empêcher le jars de ses parents de s’évader, mais, trop petit, il s’envole avec, et les voilà partis pour un long voyage à travers la Suède.

En chemin, bien sûr, Nils passera du statut de sale môme à celui de jeune héros malin, courageux, loyal, etc., grâce à tout à un tas d’aventures et de rencontres avec des animaux et des hommes. Et il va découvrir toutes les régions de la Suède, ce livre ayant été écrit par une institutrice suédoise afin d’expliquer la géographie aux enfants.

Le début du roman est vraiment un pur moment d’émerveillement : on vole avec les oies, on discute avec les autres animaux, on apprend plein d’histoires sur la création de certaines régions, Nils se transforme peu à peu au gré de ses rencontres. On sauve des rats, on combat le méchant renard… les aventures ne manquent pas, et c’est un vrai délice.

En plus, si le roman se veut très moraliste dans certains passages (normale pour cette époque), le propos n’est pas trop lourd, et parfois même assez surprenant dans la pertinence de ses réflexions assez atemporelles (notamment quand Nils pense à son chez-lui).

Le problème est plutôt dans la longueur, et dans le fait qu’au fur et à mesure, il se transforme vraiment en manuel de géographie où le rôle de Nils se réduit surtout à contempler le paysage. Imaginez un peu un Seigneur des Anneaux où Tolkien partirait sur des considérations géologiques avancées, ça vous donne une idée. Là en plus, on n’a pas forcément une carte de la Suède sous la main pour se repérer.

Ceci dit, la lecture reste plaisante, et il y a des bons passages. D’autant plus que la version que j’ai lu n’est pas la version intégrale mais une version tronquée (la version finale originale fait deux tomes), et je me demande si ça n’expliquerait pas le coté un peu expédié de certains passages (et l’histoire de Asa et Matth qui semble toujours tomber comme un cheveu dans la soupe).

C’est un classique, donc. Un peu long, un peu ennuyeux, mais intéressant et qui fait rêver et voyager. Alors si vous dénichez un exemplaire par ici ou par là, n’hésitez pas à y jeter un œil.

samedi 9 janvier 2010

Le Donjon de Naheulbeuk : l’Orbe de Xaraz – John Lang



On prend les mêmes et on recommence. Le Donjon de Naheulbeuk désormais, ce n’est plus seulement une saga mp3, des albums et une BD (et des figurines, et des tee-shirts, etc.), mais aussi un roman. C’est même d’abord un roman, format privilégié par son créateur depuis la saison 3 (la Couette de l’Oubli).

Je ne vous fais pas le topo sur Naheulbeuk, s’il vous arrive de crier « chaussette ! » à tout bout de champ, et si vous pensez que les elfes ne savent pas tirer à l’arc, c’est que vous savez déjà tout. Sinon je vous renvoie au site officiel pour découvrir ça. Si on peut vivre sans tout connaitre du Donjon, la première saison audio reste une référence d’aventures ubuesques, de drôlerie et de répliques qui tuent.

« Chaussette ! »

Pardon ça m’a échappé. Donc nous en étions donc rendus à cette nouvelle saison papier qui reprend notre compagnie de bras cassés là où on l’avait laissé, c'est-à-dire dans la mouise 24h/24 7j/7. Ils ont beau avoir sauvé le monde, atteint l’épique niveau 3 (ou 4, je ne sais plus), l’univers continue à conspirer contre eux, et l’auteur s’emploie à nous le prouver en 350 pages.

Le résumé n’est pas franchement nécessaire (je vous déconseille même celui de la 4e qui résume quasiment à lui seul les 100 premières pages), vu que c’est un roman à lire pour ce qui s’y passe essentiellement. Et qu’on pourrait résumer en « mais que va-t-il encore leur arriver ? ».

A l’image du premier, c’est drôle, loufoque, et bourré de rebondissements en tous genres. Les dialogues sont mordants, tout comme les descriptions d’ailleurs, et le texte est riche en références (notamment au Seigneur des Anneaux).

Le résultat se lit très bien, et d’une traite de préférence pour éviter de perdre le fil (je recommande 6h de train, par contre si vous êtes du genre à vous marrer franchement en cours de lecture, ça risque de ne pas plaire à vos voisins).

Je ne m’éternise pas plus sur l’intérêt du roman parce que finalement ça revient à reprendre les mêmes arguments que pour la Couette de l’Oubli. C’est un peu le problème. Comme son prédécesseur, ça se lit bien, mais ça s’arrête là.

La recette est scrupuleusement la même que pour le tome précédent, tellement la même qu’une fois le livre posé, il n’y a pas grand-chose à dire. On retiendra quelques bons passages (notamment ceux de Zandgar), mais c’est tout.

L’écriture reste ce qu’elle est, les personnages aussi… Certes, on ne change pas une recette qui marche, mais si pour le premier on pouvait reconnaitre un bon travail sur un « premier » (en fait deuxième) roman, là je reste un peu sur ma faim.

Bref, à moins d’être un fan (mais dans ce cas vous n’avez pas attendu mon avis), attendez le poche ou empruntez-le, ça suffira amplement.

jeudi 7 janvier 2010

La Route - John Hillcoat



En bonne incorrigible fangirl, je suis d’abord allée voir ce film pour Viggo Mortensen. Et aussi un soupçon de curiosité pour l’adaptation d’un roman qui a obtenu le prix Pulitzer et qui ressemble, à lire le synopsis, à de la science-fiction.

Pour une fois, je n’ai donc pas lu le roman, et j’ai tout découvert en salle. La trame du film est simple : un père et son fils qui descendent vers le Sud, après une fin du monde qui a laissé une Terre toute grise et très peu de survivants.

Ce qui frappe surtout, c’est l’ambiance étouffante de fin du monde qui s’éternise, sans aucune issue. Le film est tout en nuances de gris et de marron, sauf quelques flash-backs en couleur, et cela contribue à créer une atmosphère de désolation complète, entre la neige qui semble éternelle, le ciel qui ne se découvre jamais et les forêts brûlées.

Difficile de ne pas ressentir cette fin du monde, sans porte de sortie derrière, d’autant plus que tout le film tourne autour de cette idée, entre petits bonheurs, moments de complicité père/fils, angoisses et peurs, sans parler des passages carrément glauques (sur un monde presque désert, l’autre être humain n’est pas votre ami en fait).

Tout le film a un arrière goût plus qu’aigre (y compris la fin), car contrairement à pas mal de romans sur l’apocalypse où l’humanité se reconstruit d’une façon où d’une autre, il n’y a pas d’après, juste une sorte d’éternel purgatoire.

Sans être extraordinaire, La Route a piqué ma curiosité, et j’y jetterais sûrement un coup d’œil en livre, un de ces quatre matins…

mardi 5 janvier 2010

Des milliards de tapis de cheveux – Andreas Eschbach


Lecture du mois de décembre du Cercle d’Atuan (oui, je ne suis pas avance sur le retour), voilà un bouquin assez étrange dans sa construction, dont le résumé est en conséquence plus que délicat à faire.

L’ouverture se fait en effet sur une planète qu’on pourrait presque qualifier de « médiévale », si on n’y trouvait pas des photographies. Un homme exerce le très étrange métier de tisseur de tapis de cheveux destinés à décorer le palais de l’empereur, qui règne depuis des milliers d’années sur un vaste empire galactique. Sauf qu'on ne le retrouve pas dans le chapitre suivant.

Les questions sont nombreuses suite à cette étrange introduction (d'autant plus que toutes ne trouveront pas une réponse claire), mais plutôt que d’y répondre de façon linéaire en progressant dans une intrigue, Andreas Eschbach utilise en effet une narration décousue, en nouant ensemble différents fils de vie de personnages.

En effet, les différents chapitres ressemblent plus à des nouvelles indépendantes puisque chacun, bien que se rapportant à un seul univers, se situe souvent dans un lieu différent, avec un personnage différent. Mais ne vous laissez pas abuser, tous les chapitres sont liés par une même histoire, et reliés entre eux par des fils (mention d’un personnage aperçu auparavant le plus souvent).

Le résultat ressemble à un portrait par facettes d’un univers, une étrange visite guidée qui balade à droite à gauche, bref, une sorte de gigantesque tapis. C’est ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre, cette adéquation entre le fond (les tapis) et forme (une tapisserie).

Le contenu lui est peut-être plus classique, mais pas déplaisant à lire pour autant. Son ambiance d’empire spatiale séculaire où se côtoient mondes archaïques et très avancés est assez sympathique, et la description de la société des tisseurs de cheveux est fort intéressante.

La conclusion finale ne casse pas trois pattes à un canard. A la réflexion, je me dis même qu’on aurait pu s’en passer. Le rythme lent de la promenade ne se marie pas très bien avec une accélération vers une révélation qui ne méritait pas tant de chichis.

Des milliards de tapis de cheveux est donc une lecture à découvrir à l’occasion, pour sortir des sentiers battus.

Avis des autres atuaniens :  Arutha, Daenerys, El Jc, Iani, Ryuuchan, Spocky, Tigger Lilly, Zahlya

dimanche 3 janvier 2010

Bonnes (non) résolutions

Tag, taguera, la dernière, la dernière,
Tag, taguera, la dernière y restera.
(adaptation très libre d’une vieille comptine enfantine)

Cela faisait fort longtemps que je n’avais pas eu le droit à un petit tag, et comme si je n’avais pas assez de choses à écrire, voilà qu’Arutha me donne du boulot sous la forme suivante :



Je pense que cela se passe d’explications, le plus dur étant de trouver des résolutions que je serais susceptible de prendre (non parce que je peux aussi prendre la bonne résolution de faire le Tour du Monde, c’est sûr que je ne la tiendrais pas celle-là sauf en lisant Jules Verne !)

1) Porter des jupes en dehors de Noël et de quand je n’ai plus de pantalon dans mon placard.
Parce que la famille qui prend des photos presque pour en avoir la preuve, ça fait quand même un peu peur !

2) Avoir une vie sociale et des amis « normaux ».
Les guillemets sont importants dans la phrase, je ne suis pas sûre moi-même de ce que j’entends dans cette notion de « normalité ».

3) Terminer trois fanfictions qui attendent depuis plus d’un an.
Pour le coup ça pourrait presque être une vraie résolution, mais j’ai idée que c’est encore pas cette année que je concluerais L’Histoire commence à Poudlard, que je publierai Sailor Poudlard, et que je bouclerais la 2e partie d’Une pas si lointaine galaxie.

Voilà pour moi, et comme les tags, c’est comme les microbes, ça se refile aux copains pour qu’on souffre ensemble, je tag Adèle, Fenice et Pauline.