mardi 10 janvier 2017

Sandman Ouverture - Neil Gaiman, J.H. Williams & Dave Stewart


Vous pensiez en avoir fini avec Sandman ? Pas tout à fait. Si la série s’est terminée il y a déjà bien des années, Neil Gaiman a décidé de raconter récemment une dernière histoire qui se déroule Préludes & Nocturnes. Comme quoi il n’y a pas que dans Star Wars que les prequels sont à la mode !

Sandman Ouverture, comme son nom l’indique, se situe donc légèrement en amont du premier volume de la série, et vise à expliquer un des derniers mystères restants de la série : qu’avait donc fait le Rêve avant le début de l'histoire pour pouvoir être capturé aussi facilement ? Il faudra le lire pour en savoir plus…


La première chose que l’on remarque en ouvrant ce volume, c’est sa beauté, tout simplement. Ne prêtant pas toujours beaucoup d’attention aux images, j’ai bien du mal à trouver les mots pour vous en parler, mais J.H. Williams et Dave Stewart, qui ont réalisé respectivement les dessins et la colorisation, ont réalisé une merveille, tout simplement.

Sandman Ouverture nous invite à visiter une multitude de mondes et d’ambiances, et les images reflètent très bien cette variété et cette diversité par des choix graphiques différents. J’avais déjà vu cela dans d’anciens numéros de Sandman mais en général cela était dû à un changement de dessinateur. Il n’en n’est rien ici. Bref on pourrait pratiquement se régaler des images sans lire le texte.


Sur l’histoire, je suis un peu plus mitigée par contre. J’ai retrouvé avec plaisir l’univers, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander tout du long si un bon mystère ne valait pas mieux que sa résolution. En voulant lever un voile sur le passé du Rêve, Neil Gaiman brosse une histoire à la fois très linéaire (c’est un voyage, si on simplifie) et extrêmement touffu.

Cela donne du coup un récit très court mais qui introduit tellement d’éléments qui viennent enrichir l’univers qu’on finit un peu par s’y perdre. Cela donne l’impression d’un récit un peu boursouflé qui aurait gagné à être développé plus en longueur, ou à moins s’éparpiller.

Cela ne m’a pas empêché de replonger avec plaisir dans l’univers. J’ai aimé suivre à nouveau le Rêve, j’ai adoré en découvrir plus sur certains personnages et j’ai apprécié certains renvois à d’autres histoires de l’univers. Mais je vous avoue que je n’ai pas retrouvé complètement l’émerveillement que j’ai pu avoir en découvrant les tomes précédents, et j'ai trouvé de trop la surcouche mythologique ajoutée dans ce volume.


Sandman Ouverture est donc une addition sympathique à la saga (notamment grâce à ses très beaux dessins et à ses nombreux bonus sur sa conception présents en tout cas dans l’édition Urban Comics). Cependant il faut garder à l’esprit qu’il ne fait pas aussi bien que ses prédécesseurs (sauf en matière de dessin). Et ne vous fiez pas au titre, c’est bien plus un épilogue qu’un prologue, alors ne vous avisez surtout pas de mettre le nez dedans avant d’avoir lu les sept intégrales précédentes !

CITRIQ

Si ce sont les épisodes d'avant qui vous intéressent :


5 commentaires:

lutin82 a dit…

Je n'ai jamais lu Sanderman de Gaiman pourtant j'en ai entendu beaucoup parlé. Beaucoup.
J'ai même tenté en empruntant le premier tome à la bibliothéque, mais le graphisme ne m'a pas séduite. Du coup, je n'ai guère été plus loin.

Toutes tes chroniques me font regretter cela.
Je vais sans doute retenter l'expérience!

Vert a dit…

@lutin82
Je sais que les premiers tomes sont un peu difficiles visuellement, mais je te conseille de passer outre, l'histoire le mérite vraiment (et la nouvelle édition Urban Comics est un peu moins criarde si ça peut t'aider ^^).

Tigger Lilly a dit…

Joli !
Un jour je me mettrai à Sandman.

Vert a dit…

@Tigger Lilly
J'espère bien :D.

Ksidraconis a dit…

Alala, je ne suis pas très BD, mais tu donnes bien envie ! (surtout avec ton billet d'introduction de la série !) J'ai offert la première intégrale à la petite soeur... (le cadeau pas du tout intéressé... ^^) il y a donc moyen que je teste ça prochainement :D