vendredi 16 décembre 2016

Membrane – Chi Ta-Wei


Membrane est un roman de SF écrit par un auteur taïwanais, Chi Ta-Wei, autant dire que c’est une curiosité peu courante dans nos librairies (en général le « Made in Taïwan » on le trouve plutôt sur d’autres produits !). Il n’aurait certainement jamais croisé ma route si Lhisbei puis Brize ne l’avaient pas lu et chroniqué. J’ai décidé de m’y intéresser à mon tour, dès que j’ai pu l’emprunter en bibliothèque.

Ce roman se déroule à la fin du XXIème siècle, alors que le trou dans la couche d’ozone a poussé les humains à se réfugier dans des cités sous-marines au fond de l’océan. Dans une de ces villes situées au fond de l’océan Pacifique, Momo est une esthéticienne talentueuse mais solitaire, à cause notamment d’un passé familial complexe. Ce roman va nous raconter son histoire.

La première chose que j’ai apprécié en lisant Membrane, c’est son futur délicieusement rétro : écrit en 1990, ce roman est comme il se doit à la fois visionnaire et à côté de la plaque notamment sur le développement d’internet, ou sur les discolivres qui remplacent les livres papiers. Cela lui donne un certain charme auquel je ne peux jamais résister.

L’autre aspect que j’ai apprécié, c’est l’intrigue unique, très intimiste, qui prend son temps pour s’installer et poser les éléments de contexte alors que le roman ne fait que deux cents pages. Cela contraste avec les romans actuels qui nous noient parfois sous les informations tout en multipliant les sous-intrigues.

Ici la trame narrative est presque ridicule lorsqu'on enlève les explications et les flashbacks. Pour vous donner une idée lorsqu’on arrive à la page 151 (les trois quarts du roman donc), le chapitre débute sur « Voilà. Une fois exposées les préliminaires complexes de cette histoire, les choses intéressantes vont pouvoir commencer ». Ça pourrait être frustrant mais il n’en est rien : les 150 premières pages sont passionnantes et les « choses intéressantes » le sont tout autant.

Cela permet de profiter d’un univers plutôt étrange qui se révèle plein de faux-semblants (les gens y portent des fausses peaux, des androïdes se dissimulent sous des airs d’humains) tout en parlant beaucoup de sentiments et de sensations grâce à Momo, un personnage coupé du monde qui semble ne rien vouloir de lui mais qui souffre de toute évidence de ce manque de contact.

Grâce à son ambiance très mystérieuse et son histoire très intimiste, Membrane se révèle un texte original et surprenant, qui sait être touchant tout en révélant son lot de surprise. S’il ne révolutionne pas la SF, c’est une lecture courte et rafraichissante, idéale lorsqu’on a envie de sortir un peu des sentiers battus.

CITRIQ


Item 13 : Lire une oeuvre de SFFF écrite par une personne issue ou militant pour la communauté LGBTQIA (mais ce livre pourrait bien évidemment valider tout un tas d'autres items -au moins cinq !-)
Accessoirement je clôture avec ce titre ma participation au challenge, en avance même ! Ca m'inquiétait un peu au début mais il est assez facile de se tenir au 1 item = 1 livre, grâce à une PàL déjà bien diversifiée. 
Au final il n'y aura que quatre livres que je serais vraiment allée chercher pour ce challenge, et encore c'était des lectures prévues à plus ou moins longues échéances. Et il n'y a qu'un titre dont je ne suis pas satisfaite (celui du livre adapté dont on a pas vu l'adaptation), du coup je le remplacerais peut-être d'ici janvier si j'ai temps.
En tout cas c'était rigolo de cocher ma liste au fur-et-à-mesure (je vous ai dis que j'adorais les listes ?), et j'ai fait des jolies découvertes, un chouette challenge donc.

5 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Wouha excellent, un auteur de SF taïwanais ! Ça a l'air très chouette.

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Il est court et disponible en bibliothèque (enfin dès que je l'aurais rendu), n'hésite pas ^^.

Shaya a dit…

Lu aussi et beaucoup apprécié ! Et félicitations pour la fin du challenge, c'est classe !

Lorhkan a dit…

J'avais repéré ce livre aux Utopiales l'année dernière, l'auteur y était invité. Son roman m'intriguait, c'est toujours le cas. Faudrait que je franchisse le pas. ;)

Bravo pour le challenge, je vais m'arrêter à 15 pour ma part. ;)

Vert a dit…

@Shaya
C'est un chouette texte !

@Lorhkan
15 c'est déjà un beau score ^^.