mardi 16 août 2016

Le bal des sorcières – Alain Surget


Dans le cadre du challenge SFFF & Diversité, il fallait que je relise « un conte que vous avez adoré étant enfant ». Un choix cornélien étant donné la quantité que j’ai pu en lire. En tournant autour de la question, j’ai fini par dénicher chez mon papa un de ces livres qui explique sans doute beaucoup comment s’est formé mon goût pour les littératures de l’imaginaire : Le bal des sorcières d’Alain Suget.

Publié dans la (feu) collection Cascade Contes chez Rageot (si c’est pas la preuve que c’est un conte !), Le bal des sorcières et autres contes de sorcières de son nom complet se compose de huit courts textes (des nouvelles, déjà !) qui racontent l’histoire d’Échalote, une sorcière tout ce qu’il y a de plus classique (chapeau pointu, chaudron et chat noir) déterminée à devenir la reine des sorcières.

Pour réaliser son projet, elle compte bien profiter de son catalogue de vente par correspondance qu’elle vient de recevoir et qui lui ouvre les portes du monde moderne : aspirateur, cocotte-minute ou prêt-à-porter féminin, toutes ces merveilles ne pourront que l’aider à éblouir les autres sorcières. Ou pas.


Chaque histoire est construite sur le même modèle à quelques variations près : Échalote commande quelque chose sur le catalogue, le reçoit, le teste sous le regard sarcastique de ses animaux de compagnie et finit après quelques déboires dignes d’un cartoon de Bip-Bip et du Coyote par le ranger au placard avant de passer à autre chose.

On s’amuse donc beaucoup grâce aux dialogues plein de répartis des animaux et au ton généralement très léger même lorsqu’on croise des sorcières mangeuses d’enfants. Les illustrations intérieures réalisées par Thierry Christmann avec seulement trois couleurs (noir, blanc et orange) contribuent également au plaisir de la lecture (ça s’applique d’ailleurs à toute cette collection, j’ai toujours adoré les illustrations intérieures).


Je pense que j’ai dû relire des centaines de fois ce livre dans mon enfance, car lorsque je l’ai ouvert il y a quelques jours chaque mot me semblait familier et j’aurais pu réciter certaines répliques en avance tant elles étaient restées gravées dans un recoin de ma mémoire.

Je pensais tricher un peu niveau participation mais Le bal des sorcières est bien un conte. Certes on n’y trouve nul prince charmant et on ne démarre pas sur un Il était une fois, mais à sa façon Échalote effectue son apprentissage (de la modernité !) à travers cette histoire, et il y a même une morale -certes de sorcière mais une morale quand même- à la fin.

On s’amusera aujourd’hui de la description d’une modernité qui nous semble bien désuète (à l’heure actuelle Échalote passerait certainement ses commandes sur Amazon et se battrait pour installer son application de sorcellerie sur son smartphone), mais je doute qu’un enfant y prête vraiment attention. Et vu que ce livre de 1993 a été réédité en 1999, 2003 et 2012, c’est qu’il doit encore fonctionner !

Un extrait « coloré » pour finir :
« Gargouille voyait rouge et entra dans une colère noire.
- Allons, allons, tu ne vas pas en faire une jaunisse, tentait de la calmer Échalote.
Leurs paroles prirent un ton olivâtre, mi-figue, mi-raisin, avec des nuances épinard et des variantes lie-de-vin.
Verte de rage, l’épicière s’enfuit en claquant la porte.
- Vraiment, il n’y a pas pire que de voir la vie en rose ! Quelle incapable cette Échalote ! Je suis sûre qu’après cette débandade de couleurs, je vais encore passer une nuit blanche.
Rouge de honte, Échalote la regardait filer dans le ciel orange, son balai perdant derrière lui une traînée mauve. Puis Gargouille disparut dans un poudroiement bleuté, fondue dans la nacre du soir qui étendait ses feux à l’horizon. »

CITRIQ


Item 12 : Relire un conte que vous avez adoré étant enfant

11 commentaires:

Shaya a dit…

Ha je connais pas les contes chez Cascade ! J'adorais cette collection quand j'étais petite, c'est dommage qu'elle n'existe plus, on manque de romans "contemporains" pour les enfants qui soient chouettes :)

Tigger Lilly a dit…

Comment tu définis un conte exactement ?
Car comme visiblement j'en n'ai pas lu quand j'étais gamine (ou alors je ne me souviens plus et je n'ai que des bouquins plus à partir de 8/10 ans), j'envisageais de trichoter un peu en relisant un Roald Dahl.

Systia a dit…

Je viens de vérifier, ma médiathèque l'a dans son catalogue. Du coup je le prendrais certainement à ma prochaine visite ^^.
On devrait plus souvent faire un tour au rayon des livres pour enfants, il y a parfois de belles pépites :-)

Alys a dit…

Haha mais ça a l'air énorme :)

Vert a dit…

@Shaya
La collection n'existe plus mais j'ai l'impression que certains titres sont réédités quand même (j'ai pas vérifié les autres que j'avais lu).

@Tigger Lilly
Comment je définis un conte ? Sans doute avec une certaine structure et certains éléments de narration, mais de manière générale très mal xD
Mais justement pour moi Roald Dahl c'était pas vraiment des contes, mais après tout est affaire de point de vue (la définition sur la page Wikipédia est assez fourre tout notamment).

@Systia
J'espère que tu apprécieras ta lecture ^^

@Alys
Ca l'est :)

Arieste a dit…

J'adorais ce livre quand j'étais enfant :)

Vert a dit…

@Arieste
Et moi donc !

Tigger Lilly a dit…

Merci j'ai résolu mon problème grâce à toi :D Je suis allée voir la page Wikipedia, ai trouvé une liste et ai trouvé Pierre et le loup dedans. Je me souviens que j'écoutais ça en disque vynile (!) quand j'étais gamine. Il est disponible sur Spotify, je pourrai l'écouter gratos :p

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Un excellent choix !

bizzetmiel a dit…

Hehe, pour ma part j'ai relu "la sorcière de la rue mouffetard", on dirait que les dames au balai volant avaient la côte durant notre enfance !
Je ne connaissais pas Le bal des Sorcières, mais il a l'air sympa.

Vert a dit…

@bizzeetmiel
Et pas que pendant notre enfance, je continue à lire Harry Potter après tout xD