mercredi 13 mai 2015

Anno Dracula - Kim Newman


Alors que je prévoyais de faire l'acquisition d'une liseuse il y a deux ans (pfiou, déjà !), j'avais profité d'une promotion pour acquérir mon tout premier e-book : Anno Dracula de Kim Newman. Comme je voulais lire Dracula (l'original) avant de m'y attaquer, il a végété longtemps dans ma liseuse, erreur qui est désormais réparée !

Anno Dracula se déroule à la fin du XIXe siècle, dans une Angleterre uchronique assez particulière. En effet, point de divergence historique mais une divergence fictionnelle : Kim Newman part du postulat que Dracula n'a pas été vaincu à la fin de du roman éponyme. Au contraire, il a écrasé ses adversaires et règne désormais sur la Grande-Bretagne en tant que prince-consort de la Reine Victoria.

Un grand nombre d'habitants du pays étant « passés aux ténèbres », vampires et « sangs-chauds » cohabitent tant bien que mal dans un pays qui semble sombrer dans l'obscurantisme. Alors qu'on pourrait s'attendre à que Londres ressemble à une zone de non-droit, l'assassinat violent de plusieurs prostituées vampires attire pourtant l'attention des autorités officielles.

L'inspecteur Lestrade de Scotland Yard demande à Geneviève Dieudonné, une vampire française de l'aider sur l'enquête (vu que son détective favori a été emprisonné pour opinions dissidentes). Sur son chemin, elle va croiser la route de Charles Beauregard, aventurier au service du Diogene's Club, chargé d'élucider le mystère pour cette organisation de l'ombre.

Anno Dracula aurait pu être un polar reprenant à sa sauce le mystère de Jack l'Eventreur, mais il n'en est en fait rien. L'identité de l'Eventreur est d'ailleurs révélée dès les premières pages (je ne vous révèle rien), il s'agit du Docteur Seward (le médecin amoureux de Lucy qui faisait partie de l'équipe de Van Helsing dans le roman Dracula).

Mais alors à quoi ressemble ce roman ? Principalement à un tourbillon de guest stars toutes plus prestigieuses les unes que les autres. S'il lui manque la composante technologique du steampunk, Anno Dracula s'inscrit tout à fait dans le genre avec ses références historiques et littéraires par milliers. On y croise moult vampires littéraires (merci les bonus en fin de livre qui les identifient), l'inspecteur Lestrade de Sherlock Holmes, les Docteurs Jekyll et Moreau, et ça c'est pour ceux qu'on reconnaît facilement (et pour les autres il y a la page Wikipedia anglaise).

Notez que cette débauche de personnages n'a rien d'un inventaire, chacun trouve sa place dans une intrigue finalement plus politique que policière, où les héros sont presque uniquement des témoins des évolutions du monde où ils vivent, et des pions pour des sociétés secrètes qui tirent les ficelles dans l'ombre.

Point de mystère à résoudre donc au programme de Anno Dracula (quoique...), mais une visite guidée savoureuse et haute en couleur d'une Londres alternative qui a sombré dans les ténèbres. Cela n'a rien de barbant à lire, bien au contraire : on savoure les références quand on les reconnaît, et on apprécie les très nombreux vampires qui peuplent les pages, qu'ils soient des fous, des manipulateurs, des avides de pouvoir ou des tueurs, bref on est très loin des paillettes !

Un chouette roman donc, qui a par contre le défaut de ses qualités : il vaut mieux l'attaquer avec une bonne connaissance de Dracula et de l'univers de Sherlock Holmes (au moins, plus quelques classiques de la littérature anglaise de l'époque), histoire de ne pas passer à côté de ce qui fait son intérêt principal : l'habile entremêlement de l'histoire et de la littérature !

CITRIQ

12 commentaires:

Shaya a dit…

Ca a l'air sympa, mais je crois que j'attendrais d'avoir fini de bosser mes classiques anglais ^^

Yume a dit…

Je crois qu'il prend la poussière dans ma liseuse depuis 2 ans aussi xD Un jour, il sortira... peut-être !

BlackWolf a dit…

Chez moi aussi il prend la poussière dans ma liseuse, mais je pense que je vais quand même essayer de le sortir rapidement au vu des nombreux avis positifs que j'ai croisé depuis sa sortie.

Xapur a dit…

Pareil, je l'ai de côté et il faudrait que je m'en occupe^^.

Vert a dit…

@Shaya
Ca peut faire un excellent dessert après une très sérieuse étude !

@Yume, BlackWolf et Xapur
Je vois que je ne suis pas la seule à avoir profité de la promo de l'époque xD

Lorhkan a dit…

J'ai toujours di que je voulais relire "Dracula" avant de me mettre aux romans de Kim Newman.
Et ce n'est toujours pas fait (alors si en plus il faut ajouter Sherlock Holmes...^^)... Mais ça viendra ! :D

Alys a dit…

Haha tu donnes juste trop envie!!!!! :)

Escrivio a dit…

Les prémices et le cadre me font également penser à la nouvelle de Neil Gaiman "A Study in Emerald" - et au jeu de plateau -.

En tout cas, merci pour cette belle chronique, cela fait un moment également qu'il végète dans ma liseuse, il va falloir que je m'y intéresse sérieusement.

Mariejuliet a dit…

Ça avait été une très bonne surprise pour moi.
lecture aussi en numérique.
J'achèterais le tome 2 en papier aux Imaginales.

Vert a dit…

@Lorhkan
Je te rassure Sherlock Holmes n'a pas un grand rôle (c'est plus pour le clin d'oeil qu'autre chose ^^)

@Alys
C'est calculé ^^.

@Escrivio
Y'a un peu de ça même si le grand détective fait surtout de la figuration. C'est surtout l'univers des vampires qui est exploité (et c'est normal ^^).

@Mariejuliet
Faut en profiter si l'auteur est là !

Acr0 a dit…

Il s'agit bien d'un one shot ? En tout cas, si j'ai lu Dracula, je connais beaucoup moins bien Sherlock Holmes et j'ai peur que cela me fasse défaut. Notes que beaucoup de gens en avaient parlé à sa sortie... et que je n'ai pas encore été suffisamment tentée (si, c'est possible)

Vert a dit…

@Acr0
Il y a deux suites mais la fin du roman n'appelle pas forcément à les lire. Pour Sherlock Holmes, ça reste quand même de l'ordre du détail (en tout cas ses personnages n'ont pas plus d'importance que les très nombreux vampires littéraires qu'on ne reconnait pas qui peuplent le recueil ^^).