jeudi 5 février 2015

L'armée des douze singes - Terry Gilliam

 

Incroyable mais vrai, je n’avais jamais vu ce film de Terry Gilliam, du moins dans son intégralité. J’avais dû capter quelques fragments lors d’un passage à la télé, dont la fin, du coup j’avais fait l’impasse. Et puis je me suis retrouvée devant la série remake du film, Twelve monkeys, et je me suis sentie obligée de jeter un œil au film pour mieux apprécier les références.

Attention cette chronique comporte quelques spoilers !


L’armée des douze singes est une histoire de voyage temporel, où un pauvre type venant d’un futur post-apocalyptique où la Terre a été vidé de ses habitants par une épidémie remonte le temps pour en trouver la source, et si possible, en empêcher sa propagation. Evidemment, les indices dont il dispose sont minces, et en plus on ne l’envoie pas forcément à la bonne époque, bref James Cole, le héros, n’est pas au bout de ses peines.

Ce qui est chouette dans ce film, c’est qu’il utilise le principe de la boucle temporelle fermée : ce qui est arrivé arrivera parce que cela doit arriver, et tout ce que feront les protagonistes pour changer le futur n’aura aucun effet, voire même participera à provoquer la catastrophe qu’ils cherchent à empêcher. La preuve par le flash-back du héros, qui assiste enfant à sa propre mort. Difficile de réparer ça !

C’est ce qui donne à L’armée des douze singes sa solidité, par rapport à maintes histoires jouant sur les paradoxes temporels où l’on trouve très souvent des trous ou des incohérences. D’ailleurs je pensais que connaître la fin me gâcherait le film, mais au contraire j’ai d’autant plus apprécié de repérer les petits détails en apparence anodins qui jouent finalement un rôle dans le grand tout.


Ce qui fait le charme de ce film également, c’est son atmosphère. Déjà c’est un film de Terry Gilliam, avec tout ce que ça implique d’ambiance déjantée, mais sans qu’elle prenne le dessus sur le reste (comme cela arrive parfois dans ses derniers films). Il y a un grain de folie qui plane sur toute l’histoire, et cela ne concerne pas que les gens internés à l’asile.

D’ailleurs si je disais plus haut que la boucle temporelle fournissait une intrigue solide, elle est loin de fournir toutes les réponses : le scénario laisse de belles portes ouvertes quand à savoir ce que recherchent vraiment les savants du futur, combien d’envoyés du futur sont égarés à travers les époques, et à quel point James Cole a pu inspirer l’idée d’une épidémie mortelle en arrivant six ans trop tôt.

Accessoirement j’ai aussi beaucoup aimé le côté rétro (à postériori). Le futur d’où vient James Cole est imaginé sur les technologies de l’époque (1995), on utilise donc des répertoires papier, on téléphone grâce à une cabine téléphonique, on enregistre sur bande-magnétique, et quand on cherche une mystérieuse organisation, pas moyen d’aller voir son site web !


Bref je ne suis pas mécontente d’avoir rattrapé ce classique d’entre les classiques, même si j’ai un peu bloqué sur le thème principal. En effet il a été repris depuis comme générique à l’émission Rendez-vous avec X sur France Inter, si bien que l’entendre en boucle pendant tout le film m’a fait un effet très bizarre !

Maintenant il faut juste que je trouve le temps de reprendre Twelve Monkeys

16 commentaires:

Lune a dit…

Wtf tu l'avais jamais vu ! C'est un de mes films préférés !

Baroona a dit…

Il faudrait que je le revois parce que j'en garde un souvenir mitigé. Après coup, j'en garde l'idée d'une folie parfois sympathique mais pendant le visionnage ça m'avait semblé juste bordélique et sans rien d'exceptionnel. ^^'

Vert a dit…

@Lune
C'est réparé maintenant ^^

@Baroona
C'est un petit peu bordélique quand même (comme tout film de Terry Gilliam quoi ^^)

Fánaríë a dit…

Arf et moi qui pensait en lisant le titre ce matin, que tu allais parler de la nouvelle série.
L'adaptation de Terry Gilliam date un peu dans mon esprit : 1995, 20 ans quand même !
Par contre je ne sais pas si ce sont mes souvenirs, qui me font défaut ou autre chose, mais j'avais toujours pensé que la dernière scène du film, celle où on voit un autre voyageur temporel (une voyageuse d'ailleurs), remettait en cause le fait qu'on ne puisse pas changer le passer, car justement c'est ce qu'elle allait faire, et que Cole n'était finalement là que pour lui préparer le terrain.

Alys a dit…

Jamais vu non plus. Du coup, je ne lis pas ta chronique. J'espère un peu que l'UGC le repassera un jour...

Vert a dit…

@Fánaríë
Ok maintenant je n'ai plus qu'à revoir la fin pour vérifier ça xD

@Alys
C'est bien le genre à ressortir en salle de temps à autre ^^

Tigger Lilly a dit…

Dans mon top 10 (voire top 5) des meilleurs films de tout l'univers.
Maintenant tu es prête pour voir le court qui a inspiré ce film : La jetée :p

Alys : QUOI ?? Tu n'as pas vu 12 monkeys ? Non mais faut pas attendre que ça repasse au ciné, c'est IN-DIS-PEN-SA-BLE de voir ce film.

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Oui j'y pensais, faut juste que je me le procure !

Lorhkan a dit…

Cuuuuuuulte ! :)

Lorhkan a dit…

Et j'ajouterais que tu me donnes envie de le revoir.

Vert a dit…

@Lorhkan
C'est le but :)

Valeriane P. a dit…

Ah mince, ça fait un bail que je n'ai pas vu ce film.
Je l'avais vu au ciné, puis j'ai eu la k7 vidéo... que j'ai toujours... sauf que... baaaah on est dans le futur, il n'y a plus de magnétoscope :-)

Alys a dit…

Hihihi je n'avais pas vu la réaction de Lilly! :) Je sais, je sais, mea culpa... Mon Homme l'adore en plus... Il faudrait envoyer une pétition à l'UGC.

Vert a dit…

@Valeriane P.
Je connais le problème, heureusement c'est le genre de film qui existe en DVD !

@Alys
C'est une bonne idée, je suis sûre qu'on peut leur faire une longue liste de classiques de la SF à reprogrammer ^^.

JainaXF a dit…

Ca fait longtemps que je l'ai vu, mais ce film m'avait beaucoup marqué par son atmosphère pesante et son intrigue redoutablement efficace...peut-être le meilleur rôle de Bruce Willis !

Vert a dit…

@JainaXF
Pour sûr l'atmosphère n'est pas des plus joyeuses ^^.