vendredi 7 novembre 2014

Utopiales 2014 : Jour 1


Cela fait quelques jours que je suis rentrée des Utopiales, il est donc plus que temps de ressortir mes notes pour composer un petit compte rendu, tant que les souvenirs sont encore relativement frais ! Cette année je n’y ai été que deux jours, ce que j’ai un peu regretté vu les conférences que j’ai raté le jeudi et le dimanche. Mais vu que ces deux journées ont été bien remplies, je ne vais pas me plaindre !


En arrivant le vendredi matin à Nantes, il faut d’abord parler de l’invité surprise : le soleil ! Alors que l’an dernier, nous avions eu le droit au froid et à la pluie, cette année, on se serait presque cru au printemps ! Du coup on aurait pu en profiter pour prendre l’air mais… faut pas déconner, on était trop occupé !

Première étape à peine entrée dans la Cité des Congrès : la librairie. Ou pas. Avec Tigger Lilly et Endea, nous avons fait un crochet par le bouquiniste au sous-sol, pour voir s’il avait des Livres Dont Vous Etes Le Héros (un jour, quelqu’un écrira un LDVELH qui racontera les déboires d’un collectionneur en quête de LDVELH, y'a un vrai concept à exploiter).

Il n’en a pas, mais promet d’en ramener demain. Du coup après avoir exploré ses rayonnages (des Livres d’or de la SF, miam !) (mais je résiste), nous prenons la route… de la librairie (cette fois-ci c’est la bonne).


L’endroit étant fort calme le vendredi matin, on en profite pour faire nos premiers achats. Endea laisse libre cours à ses envies (à chaque fois qu’on la perd de vue, on la retrouve d'ailleurs avec deux livres supplémentaires dans les bras !), moi j’investis sobrement dans American Fays de Xavier Dollo et Anne Fakhouri, et Hôtel Olympia, dernier roman en date d’Elisabeth Vonarburg.

Je fais ensuite un saut au stand d’ActuSF pour acheter l’Anthologie 2014 des Utopiales, histoire de pouvoir me livrer à mon sport favori : la chasse aux dédicaces ! Je ne suis pas une accro des signatures, mais une anthologie complètement dédicacée, c’est toujours un beau souvenir. Et le casting est alléchant avec ça.

Puis on croise des connaissances, on papote, on déjeune des sandwichs pas bons (mais heureusement y’a des schoko-bons pour faire passer !), et il est l’heure de se mettre au travail d’assister à la première conférence.


Lire de la science-fiction rend-il plus intelligent ?

Comme souvent quand le thème est alléchant, la conférence se révèle un peu décevante parce qu’elle fait vite le tour de la question pour partir sur autre chose. Et donc après avoir évoqué la bonne influence de la SF à l’adolescence, les souvenirs de lectures qui rendent le monde plus grand, et le fait que ce sense of wonder tend à disparaitre par la suite sauf sur les très grands livres (ce qui est ô combien vrai), la conférence a dévié sur la tambouille des auteurs, comment ils écrivent leurs livres.

Du coup j’ai un peu décroché (vous allez voir c’est un thème récurrent de la journée) et je me suis discrètement éclipsée à la librairie pour faire signer mon anthologie à K.W. Jeter et Dmitry Glukhovsky (je n’ai pas été très bavarde avec eux, il faut dire que je connais à peine ce qu’ils écrivent).

J’en ai profité pour enchaîner ensuite avec Jean-Marc Ligny (à qui j’ai promis de faire signer mon J’aime lire la prochaine fois), Laurent Genefort (ce qui m’a rappelé que j’avais pas lu Omale), Sylvie Denis (qui m’a confirmé qu’il fallait lire Haute Ecole pour bien apprécier les nouvelles de la Décade de l’imaginaire qui se déroulent dans le même univers), Léo Henry (ce qui m’a rappelé que je n’avais pas lu Sur le fleuve) et Dominique Douay (je crois que je n’ai jamais rien lu de lui).

Ca c'est de l'efficacité, mais la prochaine plutôt que de m'excuser de ne pas avoir lu leurs textes qui sont dans ma PàL, je les lirais plutôt ! Comme j’avais un peu de temps avant la conférence suivante, je suis allée voir les expositions :


Chris Foss

A tout seigneur tout honneur... sauf que je crois que l'affiche des Utopiales qu'il a réalisée m'a tellement perturbé que j'ai eu du mal à rentrer dans l'œuvre de l'invité d'honneur de cette année. Ceci dit il y a quand même de sacrées pièces, qu'on accroche ou pas. Et finalement j'aime bien sa SF très « pisciforme ».


Les enfants de Foss

En parallèle, l'expo Les enfants de Foss permet de continuer à se régaler les yeux avec quelques très grands artistes comme Benjamin Carré, Manchu ou Philippe Buchet (pour ne citer que ceux qui me parlent). Comme mes photos sont affreuses et pleines de reflets, je vous recommande de guetter les blogs des gens qui savent prendre des œuvres d'art pas de travers ! En tout cas c'est un régal !


François Bourgeon (cycle de Cyann)

A côté de la scène Hetzel se déroule de nombreuses planches de François Bourgeon, l'auteur du cycle de Cyann. Je ne l'ai jamais lu, mais j'ai bien apprécié l'univers qu'il déploie, plein de créatures étranges, de costumes bizarres, de paysages futuristes... sacré trait de crayon !


Art et science

Enfin en revenant vers l'entrée, une exposition de photos plutôt originale qui s'amuse à mêler art et science. De grandes images très lisses, très froides, ça m'a bien plu et ça m'a rappelé que ça faisait un bail que je n'avais pas fait d'exposition de photo... heureusement c'est le Mois de la Photo à Paris en novembre !

Comme j'étais à côté j’ai fait un saut chez le bouquiniste où j’ai très sagement résisté aux Livres d’or de la SF. A la place je me suis offert La ballade de Bêta 2 (suivi de Empire Star) de Samuel Delany (Morwenna !) et Aux confins de l’étrange de Connie Willis (SFFF au féminin et Retour vers le futur si je ne m’abuse).

Et sur le chemin du retour vers l’espace Shayol, j’ai profité du fait que Sylvie Miller et Philippe Ward se trouvaient au stand ActuSF pour leur faire signer l’anthologie (parce que je savais que je serais en conférence pendant tous leurs créneaux de dédicace), et apprendre qu'ils seront à Sèvres en décembre (comme ça je pourrais faire signer mon tome 1 de Lasser, qui se sent mal considéré à côté des deux autres !). Et en avant pour la suite !


Les lieux d'intelligence dans la SF

De cette conférence forte intéressante, j’ai bien aimé le fait qu’elle s’appuie autant sur des romans que sur des comics (X Men), j’ai retenu des tas d’idées de lecture (et notamment une sacrée quantité de Heinlein, l’auteur le plus cité durant l’heure je crois), et j’ai appris à me méfier de Jo Walton qui raconte parfois un peu trop de choses sur les livres (je crois qu’elle m’a spoilé Fondation !).

De manière assez marrant, j’ai trouvé que finalement tout ce qui se disait sur l’éducation pouvait très bien s’appliquer à toute forme de fiction : à un moment, il a été dit que la représentation de l’éducation était forcément faussée par le fait que la formation est quelque chose de passif par excellence, alors qu’on représente forcément ça comme une action dans n’importe quel univers, sous peine d’endormir le lecteur !

A noter que la SF fait souvent le grand écart en éducation, puisqu’on y trouve quantité d’écoles imaginaires parfois utopistes qui forment des héros, mais aussi un grand nombre de héros autodidactes !

J'ai enchaîne ensuite sur :


La SF nous aide-t-elle à mieux comprendre l’histoire avec…

Je n’ai pas été très assidue non plus sur cette conférence, puisque je l’ai quittée assez vite pour chasser la dédicace (bouh pas bien). J’ai tout de même retenu le témoignage de Joëlle Wintrebert qui écrit des romans historiques et de la SF, et qui a expliqué que pour elle, cela demandait la même rigueur, le même travail de documentation. Sauf qu’au final ses lecteurs sont bien plus exigeants et font preuve de moins d’acceptation lorsqu’il s’agit de récits dans le passé.

J’ai filé parce que je voulais voir Jo Walton en dédicace. Je lui ai donc fait signé mon anthologie et mon exemplaire de Morwenna. Après quoi j’ai croisé Lorhkan qui n’avait pas osé se présenter comme l’auteur de LA liste française des œuvres citées dans Morwenna, nous avons donc corrigé ça avec Tigger Lilly !


Du coup il s’est fait traité de fou (enfin plus exactement de « nuts » et de « lunatic »), parce qu’il parait qu’il n’y a pas que des bons titres dans cette liste vu qu’il s’agit des lectures d’une ado qui dévore tout ce qui lui passe sous la main. Elle nous a déconseillé les Piers Anthony, mais elle a approuvé mon achat de La ballade de Bêta 2.

En tout cas c’était un moment bien sympathique (et drôle), encore un nouvel exploit de Lorhkan !

J’ai ensuite passé la fin de la journée à la librairie, ce qui m’a permis de faire signer les derniers auteurs de l’anthologie. La file pour Michael Moorcock était impressionnante, heureusement j’ai fait la queue en compagnie de Tortoise ! Je n'ai pas pu dire grand chose à ce grand monsieur de SF (ses textes sont un peu loin dans ma mémoire), mais je l'ai trouvé fort sympathique.

Après, je suis allée voir Anne Fakhouri pour son petit dernier, American Fays, qui a l'air fort alléchant et qui est un objet-livre sublime. Et j’ai terminé avec Elisabeth Vonarburg qui était très contente d’apprendre que ma maman avait aimé son Chroniques du Pays des Mères et dont j'ai hâte de lire son nouveau roman.

Et là je me suis effondrée, bien contente d’avoir terminé mes dédicaces, ce qui permettrait d’être un peu plus cool le lendemain. Avant de partir pour l’hôtel, j’ai juste fait un deuxième passage au stand ActuSF pour acheter Skin Trade, petit cadeau pour Monsieur qui n’est pas venu, et lecture recommandée par deux membres du jury Planète SF, rien que ça !

Du coup j'ai zappé la remise du prix Julia Verlanger à Olivier Paquet pour son cycle du Melkine (oh encore un auteur à lire !), mais on ne peut pas tout faire !


La soirée s’est terminée dans une crêperie avec les potes blogueurs. Les prix défiaient toute concurrence (surtout quand on débarque de Paris !) puis retour à l’hôtel et au lit ! A suivre...

D'autres comptes rendus : Endea (Brèves - Prix et dédicaces), Gromovar, Jae_Lou, Lhisbei, Ptitetrolle, Tigger Lilly (Prélude, Résultat des courses)

10 commentaires:

Raven a dit…

Raaaahhhh la librairiiiie! *_*
Sacré programme en tout cas, hâte de lire la suite!
(et non,j'suis pas morte! :p je commence à retrouver un peu de temps á farfouiller la blogo littéraire! ^^)

Endea a dit…

EH bien je trouve que tes photos de travers ont un certain charme, en plus avant de lire ta réflexion, j'étais en train de me dire que j'aimais bien justement ta présentation de photos. J'ai bien aimé le "on la retrouvait avec deux livres dans les bras", je te rappelle qu'il y en a au moins un qui fut acheté à cause de toi, à force de loucher sur sa belle couverture sans tes mains :p
En tout cas chouette compte rendu ^^

Vert a dit…

@Raven
C'est prévu pour dimanche, moyennant que j'arrive à l'écrire cet aprem (et je suis pas en avance pour ^^)

@Endea
J'ai jamais dis qu'on t'avait pas aidé :P

Tigger Lilly a dit…

"un jour, quelqu’un écrira un LDVELH qui racontera les déboires d’un collectionneur en quête de LDVELH, y'a un vrai concept à exploiter)." en effet XD

"Endea laisse libre cours à ses envies (à chaque fois qu’on la perd de vue, on la retrouve d'ailleurs avec deux livres supplémentaires dans les bras !), " C'était TROP ça XD

Omale et sur le fleuve c'est le bien. Les lire tu dois, jeune padawan.

Shaya a dit…

Sympathique CR ! (les photos, j'ai le même problème. On ira piquer les photos des potes avec des gros appareils !)

Vert a dit…

@Tigger Lilly
C'est prévu, c'est prévu, même que Omale était déjà dans ma wish list, j'étais juste passée à côté.

@Shaya
Et encore, c'est mieux qu'avec mon vieil appareil. La problème c'est que la photographe n'a pas changé, elle :D

Lhisbei a dit…

Périple échevelé pour toi sur cette première journée ;)

Vert a dit…

@Lhisbei
C'est un bon résumé de la journée en effet ^^

Alys a dit…

Haha j'avais loupé ce billet. Trop cool Vert, quelle belle journée. :)

Vert a dit…

@Alys
Oui c'était une très belle journée ^^