dimanche 16 novembre 2014

Barrière mentale et autres intelligences - Poul Anderson


C’est sans doute inspirée par la thématique des Utopiales que je me suis lancée dans la lecture de ce roman, et grand bien m’en appris, tant la lecture en a été plaisante ! Décidément, plus je lis ses écrits, plus j’adore ce que fait Poul Anderson !

Barrière mentale est un court roman qui explore un postulat très simple : que se passerait-il si l’intelligence de tous les êtres vivants, suite à un étrange phénomène cosmique, se mettait à augmenter démesurément ? A priori, on peut n’y voir que du positif, mais c’est sans compter avec la nature humaine (et animale !).

En effet, allez demander à un ouvrier de continuer à accomplir son travail éreintant lorsqu’il pourrait écrire une thèse, ou à un cochon désormais beaucoup plus conscient de lui-même de continuer d’être engraissé pour nourrir les humains, cela vous donne une petite idée des problèmes qui peuvent se poser.

Cependant tout n’est pas noir dans l’affaire : la science fait un fantastique bond en avant, la communication entre les personnes s’améliore de façon extraordinaire, et des idiots qui auparavant vivaient refermés sur eux-mêmes ont enfin la possibilité de devenir des personnes « normales ».

Tout le roman repose donc sur cette ambivalence, Poul Anderson semblant prendre grand plaisir à montrer les bons comme les mauvais côtés de cet évènement, en multipliant les personnages (la femme au foyer, le scientifique, l’idiot du village, etc.).

Du coup il arrive à donner un aperçu très global de son sujet, tout en maintenant l’équilibre entre jargon scientifique et exploration de la psyché des personnages. C’est donc très plaisant à lire, je dirais même que c’est passionnant.

Le seul défaut du roman est évoqué par Jean-Daniel Brèque dans la préface : 200 pages, c’est trop peu pour faire le tour de la question, mais c’était les standards de l’époque. On termine donc la lecture certes sous le charme, mais avec encore un creux pour le dessert !

Heureusement, cette nouvelle édition du Bélial propose en guise de digestif trois nouvelles qui tournent autour de la question de l’intelligence :

- Les arriérés, nouvelle humoristique qui amène à réfléchir sur l’intelligence potentielle de visiteurs extra-terrestres (voilà qui plairait à A. Astier) ;
- Technique de survie, encore un texte humoristique aussi court que délicieux qui amène à réfléchir cette fois-ci sur les capacités d’adaptation des voyageurs temporels ;
- Terrien, prends garde !, histoire bien plus sérieuse qui se penche sur le destin d’un homme télépathe qui prend conscience qu’il n’est pas humain. Pas forcément très joyeux, mais fort intéressant.

L’ouvrage se termine sur une postface scientifique vient ensuite apporter quelques éclairages sur Barrière mentale. Il s’agit d’une très chouette initiative, très agréable à lire, à l’image de celle qui concluait le roman Tau Zéro. Comme toujours au Bélial, c’est un vrai plaisir de lire un livre aussi peaufiné à l’intérieur qu’à l’extérieur (la couverture signée Manchu est magnifique).

Autant dire que j’ai L’épée brisée dans le viseur, La patrouille du temps à rattraper, vous n’avez donc pas fini de m’entendre parler de Poul Anderson !
CITRIQ


Pour Technique de survie, une nouvelle humoristique qui a un petit air de roman de Connie Willis, mais comme elle ne fait que quelques pages, en dire plus serait un crime. Elle a été précédemment publiée dans Histoires à rebours (qui contrairement à ce que son titre laisse penser, ne se consacre pas aux voyages dans le temps mais à l'humour, mais qui parfois arrive à marier les deux visiblement !).

11 commentaires:

Kissifrott a dit…

Faudrait que je me mette à Poul Anderson aussi, mais il y a tellement de trucs à lire :s

Tigger Lilly a dit…

"Cependant tout n’est pas noir dans l’affaire : la science fait un fantastique bond en avant, la communication entre les personnes s’améliore de façon extraordinaire, et des idiots qui auparavant vivaient refermés sur eux-mêmes ont enfin la possibilité de devenir de « vraies » personnes."

Comment il gère cet assertion l'auteur ? Parce que bon éthiquement ça pose des questions tout de même. Est-ce qu'il semble la considérer comme normale ?

Tigger Lilly a dit…

J'ai pris un trop gros morceau de la citation. Mon questionnement est par rapport aux "vraies" personnes.

Vert a dit…

@Kissifrott
Tau Zéro c'est très très bien si tu veux une recommandation ^^

@Tigger Lilly
Très bien, c'est surtout moi qui a très mal formulé ma phrase xD. En gros tu as le simplet (modèle Charlie Gordon quoi) qui se retrouve à gérer tout seul une ferme avec son chien et qui récupère un peu tous les parias qui ne rentrent plus dans les cases de cette nouvelle société, en gros il devient un héros quoi ^^

Lorhkan a dit…

Intéressant, comme la plupart des avis que je lis sur les écrits de Poul Anderson.
Je ne connais que peu l'auteur, je n'ai lu que Tau Zero, mais j'ai bien l'intention d'en découvrir plus, avec tout ce que publie le Bélial il y a de quoi faire (tant mieux puisqu'il n' pas eu droit à un Livre d'Or...^^ Mais il a eu un Grand Temple de la SF, ce qui n'entre pas dans ma collection !^^). Et L'Épée Brisée est bien évidemment en ligne de mire. ;)

Endea a dit…

Je ne connais cet auteur de nom que depuis que j'ai lu Morwenna ^^

Baroona a dit…

"En effet, allez demander à un ouvrier de continuer à accomplir son travail éreintant lorsqu’il pourrait écrire une thèse" -> Si l'intelligence général augmente tant, le travail éreintant n'est-il pas effectué par des robots ou géré plus efficacement ?
Si Lune valide pour le challenge RVLF, je le lirai. =P Et j'ai aussi "La Patrouille du temps" qui ne devrait pas trop tarder.

Anonyme a dit…

Merci pour cet avis enthousiaste.
Une petite remarque. Vous écrivez: "Le seul défaut du roman est évoqué par le traducteur dans la préface".
J'ai bien rédigé la préface mais n'ai pas participé à la traduction de ce livre. Les quatre textes qui le composent ont été traduits par Alain Dorémieux, Roger Durand, P.J. Izabelle et Arlette Rosenblum, et leurs traductions ont été révisées par Pierre-Paul Durastanti.
Jean-Daniel Brèque

Vert a dit…

@Lorhkan
Y'a la patrouille du temps qui permet de faire d'une pierre deux challenges, je compte en profiter pour la lire cette série ^^

@Endea
A l'occasion je te conseille de le découvrir, il écrit de belles choses.

@Baroona
Il faut construire les robots et prendre le temps de rationaliser l'organisation, c'est tout le problème :P

@Jean-Daniel Brèque
Décidément j'accumule les bourdes, c'est corrigé, merci de l'avoir signalé !

Shaya a dit…

Oh il me tente bien celui-là ! Il faudra vraiment que je prenne le temps d'explorer un peu l'univers de Poul Anderson, ça me plaira bien je crois ^^

Vert a dit…

@Shaya
Oui convertis-toi au côté obscur de Poul Anderson :D