lundi 13 octobre 2014

La fraternité de l'anneau [nouvelle traduction] - J.R.R. Tolkien


Ce ne sera pas une révélation pour vous je pense, je souffre d'une « légère » addiction à l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Au point d'avoir lu presque tout ce qui est arrivé en France, y compris l'Histoire de la Terre du Milieu et des livres jeunesse complètement oubliés (je crois que j'ai juste zappé La chute d'Arthur, faut que je m'en occupe à l'occasion d'ailleurs). Et puis je n'ai aucun scrupule à collectionner les éditions.

Tenez, prenez Le Seigneur des Anneaux. Après l'avoir lu à la bibliothèque, j'ai acheté ma propre édition poche pour pouvoir le relire. Ensuite j'ai craqué pour l'édition intégrale reliée et illustrée par Alan Lee (300 francs à l'époque, toutes mes économies !). Et j'ai fini par acheter une édition anglaise lors de ma dernière relecture, pour découvrir le texte original.

Alors quand la sortie de la nouvelle traduction a été annoncée, je ne me suis pas vraiment posée de questions, après tout, je n'étais plus à une édition près ! (Monsieur a même insisté pour que je fasse une étagère Tolkien dans la bibliothèque, c'est dire...).

Et encore l'édition poche est restée chez mon père...
De toute façon, une nouvelle traduction, sur une œuvre comme Le Seigneur des Anneaux, ça ne se refuse pas. Je connais trop de gens qui se sont cassés les dents sur le texte à cause de la version française, et même moi je commençais à privilégier la VO, plus facile à lire (contre toute attente). La lourdeur du texte y était pour quelque chose, bien sûr, mais aussi un certain nombre d'incohérences et d'erreurs de traduction qui n'avaient malheureusement jamais été corrigées.

Rien que dans le prologue de l'ancienne édition par exemple, on parle tout de même de la mort de Galadriel et d'Elrond (une mauvaise interprétation du verbe « to depart »). Que le traducteur se soit trompé, c'est tout à fait compréhensible, mais ce genre de détail aurait pu être corrigé par la suite ! Bref sur le fond comme sur la forme, cela ne pouvait apporter que du mieux, surtout avec Daniel Lauzon aux manettes (vu qu'il avait déjà fait des merveilles sur Le Hobbit).
Quand M. Bilbo Bessac, de Cul-de-Sac, annonça qu'il célébrerait bientôt son onzante et unième anniversaire par une fête d'une magnificence exceptionnelle, il y eut force agitation et rumeurs à Hobbiteville.
Bon, je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, cette nouvelle traduction est excellente. Si je devais la résumer en un seul mot, ce serait celui-là : fluidité. Car j'ai beau adoré Le Seigneur des Anneaux, je crois bien que c'est la première fois que je me retrouve à enchaîner ainsi les pages sur ce premier tome, tant le texte est fluide à lire.

Comme il se doit, le ton n'est pas aussi léger que pour Le Hobbit, mais c'est tout à fait à l'image du texte original, Le Seigneur des Anneaux étant écrit dans un registre plus soutenu que sa préquelle. D'ailleurs la traduction s'accorde vraiment bien au texte original, ce qui expliquerait pourquoi la VO me revenait spontanément en tête à la lecture (surtout dans le cas des dialogues qu'on connaît bien à cause des films) sans que ce soit énervant pour autant. C'est juste que la traduction « colle » bien.
Soudain, Frodo remarque qu'un homme d'allure étrange, marqué par les intempéries, prêtait également une oreille attentive à la conversation des hobbits. Assis dans l'ombre, il avait devant lui un grand pot à bière et fumait une pipe à long tuyau, curieusement sculptée. Ses jambes étaient étendues, laissant voir de grandes bottes de cuir souple qui lui convenaient bien, mais qui avaient beaucoup d'usure et étaient à présent crottées de boue.
Du coup, si je n'avais pas lu la VO, je pense que j'aurais vraiment eu l'impression de redécouvrir l’œuvre. C'est d'ailleurs tellement plaisant à lire que pendant trois jours je préférais prendre le bus pour aller travailler (quitte à arriver en retard), juste pour pouvoir profiter de ma lecture plus longtemps !

Évidemment, les traductions des nombreuses chansons et poésies ont été revues, et là encore, c'est que du bonheur. Je crois que pour la première fois de ma vie, j'ai pu lire la chanson de Bilbo sur Eärendil dans son intégralité sans piquer du nez ou sauter des vers ! Du coup le passage avec Tom Bombadil, c'est tout simplement un régal à redécouvrir.
Le vieux Tom Bombadil est un joyeux bonhomme ;
D'un bleu vif est sa veste, et ses bottes sont jaunes.
Nul ne l'a jamais pris, car le maître, c'est lui :
Plus vite ses pieds vont ; plus forte est sa chanson.
Et si vous voulez vous faire une idée des changements radicaux qu'on peut trouver, je vous met un morceau de la chanson des elfes sur Elbereth. Voilà la traduction de Francis Ledoux (qui fait un peu pub pour le dentifrice) :
Gilthoniel ! O Elbereth !
Vifs sont tes yeux et claire est ton haleine !
Blanche-neige ! Blanche-neige ! Nous chantons pour toi
Dans une terre lointaine au-delà de la Mer.
Et voilà la nouvelle version par Daniel Lauzon :
Gilthoniel ! Ô Elbereth !
Tes yeux sont d'argent clair et ton souffle est lumière !
Nous te chantons cet hymne, Ô Neige immaculé,
D'une contrée lointaine au delà de la Mer.
(en fait la version Ledoux colle beaucoup plus au texte d'origine, mais la nouvelle traduction est quand même bien plus jolie -et fluide, au risque de me répéter-)

Les noms également ont été retraduits, comme pour le Hobbit, en s'alignant toujours sur les recommandations de Tolkien. Adieu donc aux Sacquet de Besace (et autres noms de hobbits), à Bree (et autres noms de lieux), et à Grand-Pas.

On aimera ou on n'aimera pas. Personnellement j'apprécie la démarche parce que lorsque l'orthographe varie, c'est uniquement pour conserver la même prononciation ou le même sens qu'en VO. Bree par exemple devient Brie (et comme la Comté est devenu Le Comté -bien plus logique soit dit en passant-, je me permets d'inclure la remarque de Monsieur à ce sujet : « Si y'a Brie dans le Comté, mais où sont les Monts d'or ? »).
Puis ce fut le silence complet jusqu'à ce que, soudainement, après plusieurs grandes respirations, tous les Bessac, Boffine, Touc, Brandibouc, Foussieur, Fouineur, Terrier, Bolgeurre, Blairotte, Gaillard, Serreceinture, Sonnecornet et Belpied se mettent à parler en même temps.
Bon en toute honnêteté, le seul changement que je n'ai pas adopté (pour le moment), c'est celui de Grand-Pas. Devenu l'Arpenteur, il colle tout à fait à la VO, Strider. Mais là je blâme complètement l'effet madeleine de Proust, je n'arrive juste pas à me détacher de la première traduction !

Après cette série de louanges, je dois quand même pointer du doigt les deux-trois qui m'ont chagriné, bien que ça concerne plutôt la forme que le fond. Sur la traduction en elle-même, j'ai un peu buté sur le choix du vouvoiement ou du tutoiement que je n'ai pas toujours bien compris (notamment à un endroit Elrond vouvoie Frodo et dans la foulée tutoie Sam, ça sonnait bizarre à mes oreilles). Ceci dit c'est peut-être que je n'ai pas bien saisi les règles qui régissent ce choix (c'est surtout avec les elfes que c'est pas très clair), à voir dans les tomes suivants donc.


Question forme, l'ouvrage en lui-même est superbe, d'autant plus qu'il vient avec son lot de planches illustrées par Alan Lee. Les images ont été renumérisées pour l'occasion, concrètement si je me fie à mon ancienne édition illustrée, cela donne surtout des couleurs moins vives (pas d'avis particulier dessus, mais c'est chouette de les avoir inclus dans cette édition, ça fait un plus pour qui n'a pas l'édition illustrée).

Les cartes ont également été revues, et c'est un peu la source de mon chagrin. Certes elles sont très belles, mais comme elles font partie des planches hors-texte, difficile de voir le milieu de la carte sans plier complètement le dos du livre.


Et comme pour Le Hobbit, c'est dommage que la mention nouvelle traduction n'apparaisse pas clairement (sticker, bandeau) à part en quatrième de couverture, du coup les gens risquent de passer à côté, vu qu'on hésite rarement entre un poche et un grand format à 20 euros, sauf si celui-ci a quelque chose de plus...

Ceci dit, je pinaille sur l'ouvrage en lui-même, mais ça n'enlève rien au bonheur qu'a été cette relecture. Cette nouvelle traduction est vraiment excellente et donne un sacré coup de jeune à un texte qui en avait bien besoin. Si vous aimez Le Seigneur des Anneaux, elle me semble presque indispensable. Et si vous n'avez jamais eu l'occasion de lire ce chef d’œuvre, c'est avec cette nouvelle traduction qu'il vous faut commencer votre voyage.

Par contre attendez peut-être que les deux autres volumes soient sortis, sans quoi vous allez au devant d'une grande frustration. J'ai beau connaître l'histoire sur le bout des doigts, je vous avoue qu'à la fin de ce premier volume, je n'avais qu'une envie : poursuivre l'aventure !

Et je pense que Morwenna comprendra tout à fait que ce livre-là,
je l'ai acheté sans même me poser la question.

31 commentaires:

Boo a dit…

Je m'étais posé la question, justement, sur l'intérêt de cette nouvelle traduction. Je trouve malheureusement la couverture peu attirante, contrairement aux éditions poche magnifiques, donc s'il n'y a pas de bandeau sache que j'en ai moi-même créé un dans la librairie où je travaille, pour inciter les gens à choisir La Fraternité plutôt que La Communauté.

Je me tâtais depuis un moment à découvrir la VO pour me faire une idée de l'oeuvre originale, comme je n'arriverai pas à me faire à l'idée d'un Aragorn qui ne s'appelle pas Grand-Pas, ça sera mon dernier mot.

Merci pour ton avis complet et les quelques comparaisons ^^

Isil a dit…

"Ses jambes étaient étendues, laissant voir de grandes bottes de cuir souple qui lui convenaient bien" Je ne suis pas convaincue par l'utilisation de "convenaient" dans ce sens. Les poèmes y gagnent par contre, c'est flagrant.
Et l'Arpenteur, j'aurais du mal aussi :-) Je pense tenter quand tout sera sorti mais comme ça fait 15 ans que je ne le lis qu'en anglais, je pense que ça risque d'être trop violent pour moi malgré les améliorations.

Phooka a dit…

Mince tu me donnes envie de découvrir cette version !! :)

Baroona a dit…

"(en fait la version Ledoux colle beaucoup plus au texte d'origine, mais la nouvelle traduction est quand même bien plus jolie -et fluide, au risque de me répéter-)"
Ça pose vraiment des questions sur ce que doit être une traduction. Le traducteur a t-il le droit "d'améliorer" le texte d'origine ? J'ai tendance à croire que cela revient presque à mentir aux lecteurs...
Dans le même temps, je me souviens d'avoir peiné par moment dans ce premier tome, j'imagine très bien ce que peut apporter cette nouvelle version. ^^

Vert a dit…

@Boo
C'est vrai que la couv est pas hyper-vendeuse, je suis bien d'accord (et chic idée d'avoir créé un bandeau !).
Et la VO est chouette à lire si tu as du courage (bon par contre faudra composer avec Strider :P)

@Isil
Je peux comprendre qu'en connaissant trop la VO, on tique sur la VF (j'ai le problème avec DW, je ne supporte même pas l'idée d'une traduction en français, bonne ou mauvaise xD)

@Phooka
C'est le but :D

@Baroona
Je pense que c'est le choix subtil entre coller aux mots littéralement ou conserver l'esprit du texte (qui est plutôt l'approche de Lauzon je pense). Et sur le sujet, personne ne sera jamais d'accord ^^.

Fánaríë a dit…

Tiens j'ai aussi cette ancienne version illustrée par Alan Lee, d'ailleurs je l'ai même en version dédicacée (par alan Lee bien sûr), mais j'étais passé à côté de cette nouvelle mouture et traduction, merci.
C'est donc ce même Daniel Lauzon, qui avait déjà fait la nouvelle traduction du Hobbit.
Faudra que je l'essaye, mais cette façon de tout traduire, j'ai un peu de mail : dans le Hobbit, on se retrouvait avec la forêt de "Grand Peur" sic, par exemple. Et pour Bessac, je dois avouer bien aimer l'ancienne version de Sacquet, mais c'est plus une question d'habitude.
Sinon avec l'exemple de traduction que tu donnes, un équivalent du jeu de mot pour ProudFoot est facile à trouver : BeauxPieds
probablement.
Sans commentaire pour "l'Arpenteur", par contre ...

Yume a dit…

J'avais entendu parler de cette nouvelle traduction, mais en lisant ton article, ça y'est, je suis convaincue. Il me le faut !!
J'ai peur d'être un peu perturbée par l'Arpenteur, mais bon... Depuis le temps que je voulais relire la trilogie, ça sera l'occasion :)

Endea a dit…

Ce livre a l'air d'être magnifique et il est vrai qu'une traduction rendant le texte plus fluide ne serait pas pour me déplaire, j'avais galéré à rentrer dedans à cause de la façon d'écrire.

Lorhkan a dit…

Bravo pour cette critique détaillée !
Alors bien sûr, avec l'habitude de l'ancienne traduction, il va falloir "se forcer" pour faire passer certains termes (l'Arpenteur...) mais avec du temps, ça devrait aller.
Je suis ravi qu'on puisse avoir une traduction qui suive les grandes lignes édictées par Tolkien lui-même, ça nous fait une belle traduction définitive.

Et tant qu'à parler d'édition définitive, j'attendrai l'intégrale pour craquer. j'ai le temps : je n'ai toujours pas lu la nouvelle traduction du "Hobbit"... ;)

Et maintenant, à quand une nouvelle traduction du "Silmarillion", LE chef d'oeuvre absolu de Tolkien ?

Vert a dit…

@Fánaríë
J'ai pas le livre sous le nez mais je crois que c'est effectivement "Beauxpieds" ^^

@Yume
En même temps ça serait vraiment dommage de s'arrêter à une seule traduction qu'on n'aime pas, c'est l'ensemble qui faut apprécier (et puis pour le reste, je sais que pour Harry Potter j'alterne entre VO et VF selon le terme que je préfère xD)

@Endea
Tu vas pouvoir réessayer, on galère beaucoup moins (bon après je suis pas si je suis très bonne juge dans le domaine)

@Lorhkan
Ca serait assez logique que le Silmarillion suive, quoique personnellement j'attends surtout la suite de l'Histoire de la Terre du Milieu (vu que les tomes sur le SdA sont encore inédits en français ^^).

vincent ferré a dit…

Bonsoir,

& et merci pour cette critique encourageante et cette manière de communiquer votre enthousiasme !

je réagis à un commentaire :

>"la version Ledoux colle beaucoup plus au texte d'origine"

il s'agit ici d'un poème.
mais à l'échelle des 203 500 mots de ce volume, en êtes vous si sûr/e ? ;-)

bien cordialement, encore merci
vincent ferré

vincent ferré a dit…

ps : pour le vouvoiement/tutoiement, le traducteur s'est expliqué ici
https://www.facebook.com/TolkienLeSeigneurdesAnneaux?ref=hl
et ici
http://www.jrrvf.com/fluxbb/viewtopic.php?pid=83213#p83213

pps : bien noté pour le bandeau !
pour les cartes, c'est tout de même mieux que dans l'édition anglaise ?

Vert a dit…

@Vincent Ferré
Loin de moi l'idée de jouer à la comparaison sur tout le texte. Sur les quelques passages du Hobbit et de la FdA où j'ai joué au jeu de la comparaison (sur les poèmes ou le texte en prose), j'ai trouvé que Ledoux traduisait plus "mot par mot", après c'est pas pour ça que c'est plus agréable à lire, bien au contraire je trouve qu'on retrouve mieux le ton et le rythme de la VO dans la nouvelle trad qui n'hésite pas à s'éloigner un peu.

Pour les cartes en fait il suffirait qu'elles ne soient pas à bords perdus mais avec une petite marge vers l'intérieur du livre. Ca couperait sans doute un peu l'effet "grande carte", mais ça évite d'avoir la Moria invisible (et j'ai une carte en 4 morceaux dans mon édition VO donc elle est plutôt lisible pour son format).

Tigger Lilly a dit…

J'attends (avec une impatience non contenue) que la suite arrive, voir ce qui va se passer au niveau des intégrales et des éditions luxe.

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Ca va venir, sans aucun doute ^^

Alys a dit…

Quelle fête de lire un bel article sur le travail d'un confrère. C'est vraiment cool de voir que la retraduction est médiatisée (bien que peu ici) depuis quelques années et que des éditeurs prennent ces projets au sérieux.
Bon en revanche je t'avoue que j'aimais bien le nom français d'Aragorn moi! :D

Vert a dit…

@Alys
Je commence à regrette d'avoir parlé de son nouveau surnom, du coup tout le monde bloque là-dessus comme si la nouvelle traduction se limitait à ça xD

Anonyme a dit…

Voici une traduction que j'ai trouvée en pêchant sur le net :
Soudain, Frodo avisa un homme, un étranger selon toute apparence, aux traits burinés et caché dans l'obscur d'une encoignure, qu'intéressait fort le babil des hobbits. Assis derrière sa chope, il fumait une pipe à long tuyau singulièrement sculptée. Ses jambes étendues étaient enfermées dans de hautes bottes de cuir souple et de bonne facture, mais en ce jour fatiguées et maculées de boue. Un manteau de drap lourd vert sapin l'enveloppait et, malgré la chaleur environnante, il demeurait sous son capuchon, occulté par une ombre que seules trouaient parfois deux vives lueurs tandis qu'il observait les hobbits.

Voici sa version du Roman de Tinūviel , du moins les quatre premiers vers :
Les feuilles étaient graciles, l'herbe vive,
Les cigües en ombelle hautes et belles,
Et dans la clairière l'éclat d'une lumière
Reflet d'étoile dans l'ombre scintillait.

La nouvelle traduction française ne rend aucunement hommage au grand Tolkien. Vivement la prochaine !

Vert a dit…

@Anonyme
C'est une traduction personnelle ? En tout cas à choisir j'aime autant la nouvelle version. Et puis c'est dommage de juger une traduction à 2 extraits ;)

Vertefeuille a dit…

J'ai lu le SDA pour la première fois en 1978...et relu régulièrement, pour la dernière fois ...en ce moment ! je dois dire que la version Ledoux, souvent critiquée ne m'a jamais posé de problèmes. J'ai peur qu'une nouvelle version ( il faut bien vendre des livres ) modernisée ne fasse l'impasse sur le style un peu suranné qui m'a toujours plu !
Quoiqu'il en soit, merci pour cette info sur la nouvelle version, j'irai la feuilleter, faute de l'acheter !

Vert a dit…

@Vertefeuille
Je ne pense pas que le style suranné disparaisse complètement (de toute façon en VO c'est un aspect plus présent dans les tomes suivants de mémoire), ça rend juste la lecture... plus fluide (je me répète ^^)

christian a dit…

tres belle traduction, mais quel dommage d’avoir trebuché avec autant de maladresse sur le surnom d’Aragorn... Grands-pas correspondait parfaitement au Strider de la VO, mais était également parfaitement entré dans l’imaginaire du lecteur francais. Une excellente trouvaille de Ledoux, au meme titre que Sacquet d’ailleurs. Pour moi cette maladresse ne peut-etre fortuite, et ne peux s’expliquer que par une volonté forcenée de se démarquer... j’espere au moins qu’il s’agit plus d’une question d’orgueil mal placé que d’une sordide question de droits. Grands-Pas, Sacquet et Fondcombes me feront toujours rever, Arpenteur, Bessac et Fendeval me feront toujours desesperer.

Vert a dit…

@Christian
En même temps si on n'avait pas connu l'ancienne traduction, on ne râlerais pas forcément sur ces nouveaux termes ^^

Anonyme a dit…

La nouvelle version est très mal écrite, et si la version de Ledoux m'écorchait parfois les oreilles, celle-ci est pire qu'un mauvais roman de gare. C'est Tolkien qu'on assassine ! Allez, hop ! Je relis Ledoux...

Anonyme a dit…

Il y a tout plein de boulettes dans la nouvelle traduction. A la page 228, il y a marqué :
- eh bien, poursuivit l'Arpenteur, avec la permission de Sam, nous dirons que l'affaire est réglée. Et maintenant, je crois qu'il est temps d'aller vous coucher et de vous reposer comme vous le pourrez...
Cette dernière phrase, pourtant, n'apparaît pas dans mon SdA anglais qui date de 1982.

A la page 226 , " but handsome is as handsome does,..." est traduit par le barbare " Mais beau est qui bien fait,.." Alors qu'il aurait fallu écrire " Mais l'air ne fait pas la chanson,...", équivalent de " l'habit ne fait pas le moine" , que nous nous garderons bien d'utiliser dans le SdA.

Le pauvre Sam parle comme un parfait illettré, mais parfois il nous sort un vocabulaire digne du Littré.

Je n'aime pas que les Elfes tutoient Frodo : ils ont bien trop d'éducation pour cela. Ce tutoiement intempestif leur retire de la noblesse et du mystère. Et le porteur de l'Anneau se doit d'être considéré.

Hobbitteville, c'est un peu comme Mickeyville, dont les Cavaliers Noirs seraient les Rapetout ( j'ignore l'orthographe de ce nom ).

L'Arpenteur est plus le proche cousin du géomètre que celui du marcheur : je regrette Grands-Pas. Et je regrette aussi le Rôdeur qui correspondait mieux au caractère, au tempérament et à l' histoire d'Aragorn que l'insignifiant coureur.

Je pense que la Comté aurait dû rester féminine : elle est une mère nourricière, avec ses collines ( rondeurs, seins ) et ses rivières ( le lait maternel), sans compter qu'elle accomplissait le devoir d'une mère, apportant nourriture, sécurité et un certain amour à ses "enfants" les hobbits Et avoir transformé Bree en brie, pardonnez moi, mais je trouve cela vraiment "frommage".
Cette nouvelle traduction possède un langage pauvre, abusant à outrance des verbes être, avoir et faire. Elle est traduite, à mon humble avis, comme un vulgaire roman de gare.
Quant à Bessac, je suis désolé, mais je ne peux pas le "Sacquet" . :))
Voilà, je fulmine, je m'énerve, et j'en oublie l'essentiel : je vous souhaite à tous une bonne année et, si vous ne lisez pas le SdA, plongez-vous donc dans les œuvres de Genevoix, Loti, Maupassant, Flaubert, Châteaubriant et tous les autres, sans compter nos grands poètes. Et après les avoir lus, vous comprendrez la dure réalité des choses : il manque à Tolkien un traducteur qui, ayant l'étoffe d'un littéraire, serait capable de rendre à son œuvre la place qui lui revient, car ne l'oublions pas, si Bilbo le Hobbit fut écrit pour Christopher Tolkien étant enfant, le Seigneur des Anneaux, lui, à été écrit pour un public adulte. Et c'est un ouvrage si foisonnante, que l'on aimerait y ēgarer sonn âme. 🌠

Vert a dit…

@Anonyme
Oui, bonne année à tous les gens qui préfèrent se cacher derrière l'anonymat pour se lancer dans des campagnes de dénigrement dont l'intérêt me semble douteux. Comme j'en ai un peu marre, les prochains commentaires anonymes ne seront pas validés, histoire que vous soyez obligés d'assumer votre propos :D

Guillaume44 a dit…

Les dénigrements des blogueurs SFFF c'est ma spécialité, mais là non celui-là c'était pas moi ! Si maintenant les anonymes me concurrencent ...

Sinon j'ai été dégouté aussi pour la carte sur 2 pages, mais par contre j'aime beaucoup cette nouvelle traduction.

Vert a dit…

@Guillaume
La carte est un peu plus lisible dans le tome 2 (même si c'est pas Byzance), mais bon mieux vaut une belle traduction et une mauvaise carte que le contraire ^^.

Valeriane P. a dit…

Ah bin mince alors... ça me donne envie de me les procurer...
Je n'ai lu que le premier tome, et ça m'avait pris une plombe... justement parce que je trouvais ça un peu lourd.
J'imagine qu'il n'est pas encore réédité en version poche (non mais parce que chez moi je compte déjà deux fois l'édition Pocket, et une fois l'édition Folio junior -qui était écrite plus grand que chez Pocket :-) AHAH- bref j'en ai déjà beaucoup).

Vert a dit…

@Valeriane
Non pas encore, mais ça devrait venir (Le Hobbit a été réédité en poche l'année dernière je crois).

Daniel a dit…

Pour répondre à l'anonyme (qui n'est plus si anonyme maintenant, je pense; il s'est manifesté ailleurs, mais sous un autre psudonyme), anonyme qui écrit :

<
Il y a tout plein de boulettes dans la nouvelle traduction. A la page 228, il y a marqué :
- eh bien, poursuivit l'Arpenteur, avec la permission de Sam, nous dirons que l'affaire est réglée. Et maintenant, je crois qu'il est temps d'aller vous coucher et de vous reposer comme vous le pourrez...
Cette dernière phrase, pourtant, n'apparaît pas dans mon SdA anglais qui date de 1982."
>

Cette phrase était manquante et elle figure dans les éditions récentes. Je ne me suis pas servi de l'édition de 1982 !

<
A la page 226 , " but handsome is as handsome does,..." est traduit par le barbare " Mais beau est qui bien fait,.."
>

Tiré d'un vieux dictionnaire de proverbes.

<
Le pauvre Sam parle comme un parfait illettré, mais parfois il nous sort un vocabulaire digne du Littré.
>

Pas d'exemples donnés puisqu'il n'y en a pas...

<
Je n'aime pas que les Elfes tutoient Frodo : ils ont bien trop d'éducation pour cela. Ce tutoiement intempestif leur retire de la noblesse et du mystère. Et le porteur de l'Anneau se doit d'être considéré.
>

Les Elfes "éduqués" n'ont ni le parler commun comme langue maternelle, ni la même "éducation" que les Hobbits (qui tutoient tout le monde) ou les Hommes. Ce ne sont pas tous les Elfes qui tutoient Frodo, d'ailleurs.

<
Je pense que la Comté aurait dû rester féminine : elle est une mère nourricière, avec ses collines ( rondeurs, seins ) et ses rivières ( le lait maternel), sans compter qu'elle accomplissait le devoir d'une mère, apportant nourriture, sécurité et un certain amour à ses "enfants" les hobbits
>

:^)