lundi 28 octobre 2013

Une place à prendre - J.K. Rowling


A vrai dire je ne pensais pas que je mettrais aussi longtemps à lire ce nouveau roman de J.K Rowling, sorti l'année dernière. Seulement voilà, le sujet ne m'attirait pas des masses, j'avais une peur immense d'être déçue, et mettre 24 euros dans une brique pareille (le bouquin pèse bientôt 1 kilo)...

C'est finalement mon cousin qui m'a donc rendu grand service en me le prêtant, j'ai donc pu le découvrir tranquillement sans avoir à me soucier de mon compte en banque. Et contre toute attente je l'ai beaucoup aimé.

Une place à prendre nous emmène dans la paisible petite ville de Pagford, où la mort soudaine de Barry Fairbrother, membre du conseil paroissial (qui si je ne m'abuse est plus ou moins l'équivalent d'un conseil municipal chez nous) va entraîner un beau remue-ménage. Certains membres du conseil voient là l'opportunité rêver de mettre un terme à tous les projets sociaux pour lesquels Barry se battait, et les candidats se bousculent pour récupérer son siège encore tiède...

Autant dire que les premières pages de Une place à prendre font l'effet d'un retour à Privet Drive, tant on a l'impression d'être parachuté dans cette coquette banlieue où tout le monde passe son temps à cracher sur ses voisins.

C'est ce qui m'a fait plaisir dès les premières pages : on retrouve la plume de J.K Rowling, à la fois très juste et très piquante. En peu de mots, elle a le don de donner vie à des personnages plus vrais que nature, qui sont tout sauf clichés ou manichéens.

Chacun a ses bons et ses mauvais côtés, ses rêves et ses déceptions, et pour presque tous, on finit par découvrir au moins un élément qui fait qu'on ne peut l'aimer ou le détester complètement. Il y a une certaine virtuosité là-dedans, et j'ai adoré cette belle brochette de personnages qui sont tous ou presque en crise (qu'il s'agisse de l'adolescence ou de la quarantaine).

C'est ce qui fait qu'on s'accroche au livre en dépit d'un début assez difficile. Il faut en effet bien passer les deux cents premières pages pour rentrer dans l'histoire, le temps d'arriver à s'y retrouver parmi les multiples personnages (je ne suis pas passée loin de me faire des schémas !) et de se faire au rythme très lent.

Une place à prendre est en effet un roman qui prend son temps, où l'intrigue est avant tout un prétexte pour mettre en scène toute la vie d'une petite communauté. On passe d'un personnage à l'autre, on découvre peu à peu les liens qui les unissent ou les désunissent (famille, amis, amours, relations de travail), et on s'amuse beaucoup à observer les hypocrisies, les mensonges, et comment chacun interprété les choses à sa façon.

C'est comme une sorte de grande symphonie dans laquelle on découvre peu à peu les différents instruments au gré des mouvements : ici une femme enfermée dans son mariage qui se réfugie dans ses fantasmes ; là un homme qui fait tout son possible pour fuir une relation ; là-bas un adolescent en crise contre le reste du monde et surtout contre ses parents...

Ce côté « chorale » du récit fait toute la saveur du roman, mais c'est aussi à mon avis son plus gros défaut : il n'est pas facile de rentrer dans l'histoire, et l'intrigue se révèle plutôt molle. C'est vraiment les personnages et leurs interactions qui portent le roman, et si j'ai passé un excellent moment avec eux, je comprends que cet étrange exercice de style puisse ne pas plaire à tout le monde.

Par ailleurs, parce que la comparaison avec Harry Potter est difficile à éviter, Une place à prendre est un roman bien plus sombre que ce à quoi elle nous avait habitué. Oui Harry Potter avait ses moments difficiles et tragiques, mais dans l'ensemble c'était un texte réconfortant.

Une place à prendre ne l'est pas du tout : c'est un portrait très acide qu'elle dresse de cette petite bourgade, dénonçant tous les petits travers de la société. C'est d'autant plus frappant que tout cela est affreusement réaliste, voir réel (contrairement à Harry Potter qui était un conte finalement). D'ailleurs le bouquin a finit par me prendre littéralement aux tripes, et je l'ai fini les larmes aux yeux (et la boite de mouchoirs pas loin).

J'ai donc eu grand plaisir à retrouver J.K. Rowling, qui a bien réussi avec ce texte à faire quelque chose de très différent d'Harry Potter, mais avec la même plume talentueuse. Une place à prendre n'aura certainement pas le même impact que le petit sorcier à lunettes, mais il m'a beaucoup touché, et vu comment il rôdait en permanence dans un coin de mon esprit tous les jours où je l'ai lu, je ne peux que le classer dans mes meilleurs moments de lecture de l'année.

(allez on se donne rendez-vous l'an prochain pour la chronique de son polar sous pseudonyme !)

CITRIQ

19 commentaires:

Valeriane a dit…

J'ai aussi totalement adhéré à son bouquin!
Son style est vraiment agréable.
C'est vrai que ce n'est pas aisé de s'y retrouver au début, mais une fois partie dans les méandres de l'histoire, c'était plaisir!
Je ne sais pas si tu as eu la même impression, mais quand je l'ai refermé, j'ai eu un sentiment de vide. Les personnages me manquaient.
Et effet, cette histoire est assez sombre. Argh tu me donnes envie de le relire ;-)
Belle chronique!!

Alys a dit…

Je suis contente de lire une chronique positive car, jusque là, je n'avais lu que des avis déçus et ça ne m'avait pas emballée... Tu me redonnes envie de le découvrir à l'occasion.

Fánaríë a dit…

Effectivement c'est bien résumé, c'est un peu difficile à démarrer sur les premières centaines de pages, c'est surement pour ça que je ne les ai pas dépassées :)
Je vais peut être m'y remettre quand j'aurai mes livres en cours, et peut être même qu'une version française sera plus simple d'accès.
sinon pour ce qui est du kilo de papier, je croyais que tu avais une liseuse ...

Vert a dit…

@Valeriane
C'est vrai que l'histoire aurait pu continuer encore et encore, j'étais presque furieuse de la fin qui m'a presque sembler arbitraire sur le coup (genre fallait en finir).
Je pense que je le relirais avec plaisir à l'occasion ^^.

@Alys
C'est un livre particulier, je comprends les avis mitigés. Mais si on l'aborde en faisant abstraction de tout ce qu'on a entendu... ma foi c'est très bien passé !

@Fánaríë
Je comprends, j'ai moi-même dû m'accrocher au début. C'est un roman qui demande qu'on lui consacre toute son attention pour arriver à rentrer dedans.
Et je ne pense pas que j'aurais pu lire ça sur ma liseuse, j'ai passé trop de temps à faire des allers-retours pour resituer certains personnages, exercice bien trop fastidieux sur une liseuse !

Acr0 a dit…

Héhé, oui, ce livre est cher au kilo :)
Ah oui, c'est bien vu le retour à Privet Drive ! J'ai trouvé que Rowling maitrisait particulièrement le concept de chorale, on y retrouve sa plus légèrement acerbe mais alors, j'ai eu un peu plus de mal sur la direction qu'elle donne au lecteur sans trop nous laisser le choix (ce qu'on doit penser de tel ou tel personnage). J'ai été moins séduite par ma lecture, mais on ne peut nier la maitrise générale de Rowling.

Vert a dit…

@Acr0
C'est marrant j'ai pas ressenti ce manque de choix, pour moi justement elle laissait plus de marge de manoeuvre que dans Harry Potter. Tu penses à des personnages en particulier ?

Le Cheyenne a dit…

Si je devais ressortir un côté négatif, ce serait quand même la fin.

Sinon, c'est une bonne lecture, bien menée dans un cadre qui permet aux personnages d'évoluer.

JainaXF a dit…

Ce que j'avais lu sur le ton sombre du roman m'a freiné au moment de sa sortie...mais si l'écriture et l'humour anglais sont là, je vais peut-être tenter quand même de le lire (il est à la bibli, en plus) !

Vert a dit…

@Le Cheyenne
Je comprends pour la fin, on aurait voulu que ça continue encore et encore...

@JainaXF
S'il est à la bibliothèque ça serait dommage de se priver !

Baroona a dit…

J'ai une seule question pour savoir si je peux éventuellement l'essayer : est-ce que cela se termine par un épilogue qui gâche tout ? =D
*toujours frustré*

Vert a dit…

Gâcher, non pas vraiment, il est juste un peu frustrant. Mais si c'est le côté mielleux qui te gâchait HP, là c'est tout le contraire donc tu peux foncer :D

shaya a a dit…

Tu es plus indulgente que moi avec ce roman... IL est intéressant, mais aurait du être écrémé, au moins au début. Il ne faut vraiment pas se décourager et s'arrêter au départ pour arriver à en profiter, et c'est dommage.

Vert a dit…

@Shaya
Faut le lire en vacances en fait, quand on peut se permettre de prendre le temps de rentrer dans un livre ^^

Escrocgriffe a dit…

C’est bien que Rowling ne soit pas enfermée dans un style !

Vert a dit…

@Escrocgriffe
En fait on reconnait bien son style, mais le résultat est très différent. Je suis curieuse de voir ce que donnera son polar.

Cranberries a dit…

Je suis totalement d'accord avec toi sur ce livre !
Je l'ai lu cet été et j'ai vraiment accroché à tous ces personnages aussi différents les uns que les autres.

Et je t'avoue que moi aussi à la fin j'ai dû prendre la boite de mouchoirs à côté de moi.

En tout cas j'ai été vraiment heureuse de retrouver J.K.R. et son univers !

Vert a dit…

@Cranberries
Moi aussi ^^

Raven a dit…

Il me semble qu'il doit être à la bibli du taff celui là... ^^ Reste à voir si j'aurais le temps d'en profiter, je n'ai quasi que des grands formats à dispo en ce moment, sauf que dans les transports c'est pas possib' ça ! ^^

Vert a dit…

@Raven
Oui à lire dans le métro c'est un exercice délicat. Il est sorti en poche si ça peut aider ^^