lundi 29 juillet 2013

Sorcière (La trilogie de Gaïa 2) - John Varley


L'an dernier je m'étais lancée dans la lecture de La trilogie de Gaïa de John Varley avec le premier tome, Titan, space-opera assez foutraque mêlant allègrement mythologie et hard-science. Ayant bien aimé cette première aventure, j'ai donc profité de l'été pour m'attaquer à la suite (deux gros pavés de 600 et 750 pages), en commençant donc par Sorcière.

Nous voilà donc de retour sur Gaïa, étrange objet planétaire qui est à la fois un monde et une conscience limite divine, quelques décennies après les événements de Titan. Cirocco Jones est toujours là, assumant le rôle de Sorcière (c'est à dire de représentante de Gaïa), et son amie Gaby n'est jamais bien loin.

Désormais Gaïa est devenu un lieu touristique pour les Terriens, mais aussi une source de miracles. C'est d'ailleurs la raison qui amène nos deux nouveaux héros, Chris et Robin dans cette histoire. Le premier souffre de périodes d'absences où il saute sur tout ce qui bouge et la seconde est épileptique, et en dépit de toutes ses avancées, la science terrienne ne peut rien pour eux.

Mais voilà, Gaïa ne distribue pas ses miracles gratuitement, les voilà donc obligés d'accomplir un acte héroïque pour prouver leur valeur à la déesse. Cela tombe à pique, Cirocco et Gaby leur proposent justement une expédition à travers les différentes régions de Gaïa, l'occasion idéale de jouer au héros.

C'est un peu téléphoné comme prétexte, c'est le seul reproche que je ferais à l'intrigue d'ailleurs. Cela n'enlève cependant rien au plaisir de reprendre l'exploration de Gaïa, cette fois-ci non pas à la verticale le long des câbles, mais à l'horizontal au travers de jungles, déserts, océans et avec du danger à chaque tournant ou presque.

Je suis donc vite retombée sous le charme de cet univers fascinant, foisonnant, à la frontière des genres, où il est délicieux de voir se côtoyer hard-science et fantasy.

On visite en effet un monde extrêmement contrôlé, avec une description précise de certains de ses mécanismes, ou encore des modes de reproduction des Titanides (diagrammes à l’appui !). Mais en parallèle se développe une intrigue digne d'un roman de fantasy, qui interroge sur la notion de divin, le libre arbitre, la liberté et autres questions sous couvert d'une randonnée épique digne d'un Seigneur des Anneaux.

Tout cela est d'autant plus délicieux que l'auteur adopte un ton assez décalé parfois plein d'humour (on trouve des références insolites à King Kong ou Dune) et plutôt décomplexé, surtout lorsque Robin, élevée dans une société exclusivement féminine, étudie les mœurs des hommes.

Sorcière a donc été une lecture très plaisante, une belle aventure qui fait rêver, avec ses moments épiques, ses étrangetés, et un final qui ne peut que nous encourager à enchaîner sur le troisième volume, car finalement arrivé à la fin de ce tome 2, on se demande si ce qu'on vient de lire n'était pas juste une mise en bouche pour un final épique ! Affaire à suivre...


CITRIQ

6 commentaires:

Julien le Naufragé a dit…

Tu me donnes envie de sortir ce cycle de ma PàL et de m'y mettre. J'ai néanmoins entamé hier soir "Le Canal Ophite" du même auteur. J'aime bien sa plume jusque là. Pour l'histoire, j'en suis pas encore assez loin pour me faire une idée.

Lorhkan a dit…

Je n'ai pas forcément accroché totalement à tout ce que j'ai lu de John Varley, et pourtant j'aime bien cet auteur, une voix plutôt singulière dans la SF.

Je note ce cycle dans un coin. ;)

urgonthe a dit…

Sympa le mélange sf et fantasy ! Ta note me donne bien envie de tenter l'aventure.

Vert a dit…

@Julien
Pour l'été c'est pas mal (ça me rappelle qu'il faut que j'attaque le 3 d'ailleurs)

@Lorhkan
Singulier c'est le mot, je pense que c'est ce qui fait son charme !

@Urgonthe
C'est un cycle sympa, n'hésite pas à jeter un oeil au 1 (qui n'est pas trop long et une histoire avec une fin, ça permet de se faire une idée ^^)

Raven a dit…

Ah tient, un bouquin qui mixe les styles fantasy/SF ça peut être pas mal pour quelqu'un qui ne lit que très rarement de la SF et qui a parfois du mal à se lancer dans le genre... (pas moi, du tout ! promis ! erf, quoi qu'en fait si... :p)
je note !

Vert a dit…

Tu peux tenter en effet, faut pas se laisser arrêter par certains passages parfois un peu hard-science ^^