lundi 25 février 2013

Utopiales 2012 (anthologie)


A défaut d’être allée aux Utopiales l'année dernière, j’ai au moins investi dans l’anthologie, principalement pour y lire la nouvelle de Neil Gaiman. Oui je sais, ça fait cher la nouvelle, à 14 euros, mais je comptais bien y trouver d’autres textes intéressants, tout de même.

Penchons-nous donc un peu sur le sommaire…

"Origines" de Roland Lehoucq et Ugo Bellagamba est une très chouette préface que j’ai trouvé très plaisante à lire, chantante et truffée de petites allusions ici ou là, c’est une excellente mise en bouche pour attaquer le recueil.

Origo est je crois le premier texte que je lis de Pierre Bordage (ou du moins le premier dont je me souviens). J’ai beaucoup aimé cette aventure spatiale originale (bien que je n’aie pas forcément compris grand-chose au pourquoi du comment), et le style très plaisant m’a donné envie de lire d’autres choses de cet auteur (il serait temps, me direz-vous !).

Fae-space de Sara Doke, comme son titre l’indique, mélange allègrement fées et science-fiction (un peu comme dans Artemis Fowl mais en beaucoup moins drôle), autour d’une rencontre avec des extraterrestres. J’aurais sans doute adoré à une époque, mais j’avoue n’être rentrée qu’à moitié dans le texte finalement.

L'Observatrice nous raconte l’histoire d’une petite fille qui reçoit d’étranges visiteurs la nuit. Je tourne autour de son auteur, Robert C. Wilson, depuis longtemps. C’est la deuxième nouvelle de lui que je lis, et si j’aime son style d’écriture, ses personnages, ses conclusions me plongent toujours dans la plus grande confusion, et celle-ci n’a pas fait exception. Mais j’y arriverais un jour, à tout comprendre, je ne désespère pas !

La Finale m’a permis d’avoir un aperçu de l’écriture de Nancy Kress, avant de m’attaquer à sa novella L’une rêve, l’autre pas. Le test a été plus que concluant, puisque j’ai beaucoup aimé toute l’interrogation sur la pensée humaine que met en place cet auteure.

La Chose du lac de Laurence Suhner s’éloigne de la SF (enfin…) pour une histoire se déroulant dans les années 20, au bord du lac Léman, avec une mystérieuse créature et un maître-cambrioleur. J’ai beaucoup aimé l’ambiance (et assez naturellement, les lieux de l’intrigue), mais l’histoire ne m’a pas plus transporté que cela.

"Et pleurer, comme Alexandre" est une rareté à mes yeux, car Neil Gaiman ne s’amuse pas souvent à écrire de la SF, c’est donc amusant de le voir s’y essayer (avec beaucoup d’humour) dans cette histoire qui nous fait découvrir un homme qui exerce une profession particulière. Forcément, j’ai aimé, en même temps il est rare que ses nouvelles me déplaisent (à part quelques expérimentations pas toujours faciles à apprécier).

La Fin de Léthé de Claude Ecken est je crois bien ma nouvelle préférée de tout le recueil. C’est un peu difficile de vous en parler sans spoiler toute l’histoire, en tout cas c’est un très chouette texte, qui même lorsqu’on a compris l’astuce, se révèle extrêmement agréable à lire, et très touchant. Pourquoi n’ai-je jamais rien de ce monsieur avant, voilà une question pertinente !

Petite Excursion à l'endroit des atomes est un texte d’un auteur italien, Tommaso Pincio (ce n’est pas souvent qu’on a l’occasion de lire de la SF italienne) qui brosse le portrait d’une Italie futuriste radioactive et dictatoriale, du point de vue (forcément décalé) d’un enfant. Glaçant, mais surtout délicieux à lire.

En attendant demain de Laurent Queyssi et Xavier Mauméjean est un joli texte qui fait la paire avec celui de Claude Ecken au niveau de la thématique, avec cette fois-ci l’histoire d’un garçon qui connait le futur. Le traitement très intimiste donne une histoire très touchante.

RCW d'Ayerdhal est un hommage à Roland C. Wagner dont j’ai beaucoup aimé le style, la verve, le délire sur la Fiction nationale, mais dont la fin m’a complètement noyée sous les références qui m’échappent (n’ayant jamais lu aucun texte de Roland C. Wagner). Mais y’a de beaux passages tout de même :
« Une œuvre littéraire n’est pas une suite aléatoire de mots destinée à occuper l’esprit de celui qui la reçoit, même s’il se contente de la consommer. Elle imprègne ses rêves et sa perception du réel, elle porte une connaissance et elle délivre la vision du monde de celui qui la transmet, parfois en filigranes, parfois de façon beaucoup plus directe. »
Globalement cette anthologie a été une lecture sympathique, même si je n’ai pas eu de gros coup de cœur pour l’un des textes (quoique, celui de Claude Ecken m'a beaucoup touché). Par contre, cela m’a donné l’opportunité de faire connaissance avec plein d’auteurs qui m’ont l’air d’écrire des choses très intéressantes (Pierre Bordage, Nancy Kress…).



CITRIQ

11 commentaires:

JainaXF a dit…

Je l'ai aussi acheté mais je n'ai lu que la première nouvelle pour l'instant ! Je ne peux que t'encourager chaudement à poursuivre ta découverte de Bordage, notamment avec Wang, Les Guerriers du Silence et Les Fables de l'Humpur ! Il a une jolie plume et des idées humanistes qui font que j'adore les romans susmentionnés !

Vert a dit…

J'ai beaucoup entendu parlé de Wang et des fables de l'humpur, donc je commencerais sans doute par l'un ou l'autre.

BlackWolf a dit…

Cette antho est dans ma PAL et j'avoue qu'elle me tente pas mal. Faudrait que je pense à la sortir surtout que ton avis est vraiment intéressant et donne envie de la découvrir. Problème une PAL trop grande :P

Lhisbei a dit…

Finalement c'est 14e bien investis non ? :D

Vert a dit…

Tout à fait, j'en suis bien contente (sauf pour ma wishlist imaginaire qui a fait une grosse poussée de croissance du coup xD)

Vert a dit…

@BlackWolf (qui je sais pas pourquoi a fini dans les spams)
La PàL n'existe pas, c'est une illusion de l'esprit voyons :D

Endea a dit…

Un très chouette recueil de nouvelle. J'ai adoré aussi La Fin de l'Ethée je l'ai trouvée très émouvante, et bien entendu adoré aussi la nouvelle de Neil Gaiman, quelle chute !

Vert a dit…

Tu devrais lire les autres recueils de Neil, même si les textes sont plus ou moins faciles, y'en a quelques uns avec des chutes vraiment sympas ^^

Tigger Lilly a dit…

J'ai eu un peu de mal avec la préface pour ma part. Pour moi la grande découverte de ce recueil c'est Tommaso Pincio, quelle claque cette nouvelle ! Ça me donne très envie de découvrir l'auteur.

Olya a dit…

Genre, Gaiman c'est l'excuse pour que tu t'achètes un livre :D

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Je crois que tu n'es pas la seule, moi je me suis laissée porter, ça passait bien ^^

@Olya
C'est la meilleur des excuses :D