dimanche 23 décembre 2012

Titan (La trilogie de Gaïa 1) - John Varley


Dans le genre livre qui trainait depuis bien trop longtemps dans ma PàL, ce livre-là se défend plutôt bien. Ce titre avait atterrit dans les propositions de lecture du Cercle d’Atuan en 2009, et bien qu’on ne l’ait jamais lu, le résumé m’avait marqué. C’est Olya qui me l’a ensuite donné, car elle l’avait commencé et il ne lui plaisait pas. Et depuis, il prenait la poussière depuis sur mes étagères…

Premier tome de La trilogie de Gaïa, Titan nous raconte l’histoire de Cirocco Jones, capitaine du vaisseau Le Seigneur des Anneaux (oui ça commence bien), chargé de l’exploration des anneaux de Saturne. Alors qu’ils arrivent aux abords de la planète, ils repèrent un étrange disque qui ne peut qu’être artificiel.

Littéralement avalés par l’objet en question, ils découvrent à l’intérieur un monde bien étrange peuplé (entre autres) de centaures multicolores. Voulant savoir ce qui leur est arrivé, et qui semble les manipuler, Cirocco et son équipage vont commencer à explorer les lieux…

Titan est un roman qui offre un mélange des genres plus que bizarre, car en parallèle d’une description extrêmement précise, très hard-science, de l’objet qui capture l’équipage, on croise des créatures saucisses-dirigeables et des centaures multicolores. Qui chantent. Oui, ça fait un peu peur présenté comme ça.

Cela explique que j’ai un peu pataugé pendant les premières pages. En plus, les premiers chapitres accumulent les scènes de sexe (comme pour mieux attirer le chaland), et je m’attendais à en juger par la quatrième de couverture, à un livre plus drôle (on le compare quand même à un croisement entre Rendez-vous avec Rama et les Annales du Disque-Monde, rien que ça !).

En fait il y a assez peu d’humour, si on laisse de côté l’univers assez délirant en lui-même, et les jeux de mots, que je soupçonne d’être de la main d’Yves Bonnefoy, le traducteur. Vu que le vaisseau Le Seigneur des Anneaux s’appelle Ringmaster en VO, il m’est avis qu’il s’est fait plaisir sur d’autres noms…

Cependant je me suis finalement surprise à bien rentrer dans l’histoire. J’ai bien aimé la quête de vérité dans laquelle se lance le capitaine Jones (une sacrée bonne femme, une vraie héroïne féminine, ça fait du bien), et qui va la mener dans un périple digne d’un roman de fantasy (sauf que pour trouver le « dieu » de cet univers, elle escalade des câbles).

La révélation finale est tout à fait cohérente, jonglant entre rationalisme scientifique et fantasy débridée (non sans une bonne dose de délire, il faut l’avouer), et vu la conclusion, je pense que je vais m’intéresser à la suite, je serais curieuse de savoir ce qu’il advient de Cirocco Jones !
« Je vous offre des amis sûrs et des ennemis redoutables, le jour éternel et la nuit sans fin, des chants d’allégresse et des vins entêtants, les épreuves, les victoires, le désespoir et la gloire. Je vous offre la possibilité d’une vie que vous ne trouverez nulle part sur Terre, le genre de vie que vous saviez impossible à trouver dans l’espace, tout en l’espérant malgré tout. »

CITRIQ

8 commentaires:

shaya a a dit…

Si ce n'est pas trop hard science, ça peut être sympa, jamais entendu parler de l'auteur mais je note !

Lorhkan a dit…

C'est du John Varley ça, mi-sérieux mi-loufoque !
J'aime bien cet auteur, assez original dans le petit monde de la SF, donc je note ce roman ! ;)

Vert a dit…

Y'a des moments hard science mais c'est pas trop chiant ça va ^^

Vert a dit…

Faudra me dire ce qu'il a écrit d'autre, j'ai pas vu grand chose de lui en magasin en fait.

Olya a dit…

Bah contente que ça ait plu au moins à quelqu'un :D

Vert a dit…

Il aura pas ^été perdu pour tout le monde :P

pierre56 a dit…

J'ai lu le tome 1 et j'ai bien bien accroché, le second m'a un peu moins plut et au final j'ai fini par lâcher...L'univers nous plait beaucoup mais niveau histoire et personnages ça pêche un peu au final. En espérant que cela te plaise tout du long =)

Vert a dit…

Bon on verra bien ce que ça donne, de toute façon j'ai trouvé les deux tomes suivants en occas pour 5 euros, donc au pire ça ne m'aura pas coûté trop cher ^^